Diplomatie

L'envoyé de l'ONU au Yémen entame de nouvelles discussions à Riyad

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths s'entretient dimanche 13 septembre avec des responsables du gouvernement à Riyad. [Photo fournie du compte Twitter bureau de l'envoyé spécial pour le Yémen]

L'envoyé spécial de l'ONU au Yémen Martin Griffiths a lancé un nouveau tour de discussions à Riyad avec les responsables du gouvernement du Yémen pour discuter d'un projet de déclaration conjointe pour rétablir le processus politique au Yémen.

Griffiths a rencontré dimanche 13 septembre le président du parlement yéménite et le ministre des affaires étrangères Sultan al-Burkani Mohammed al-Hadhrami pour discuter des moyens pour mettre fin à la crise, parvenir à un cessez-le-feu et réaliser la paix.

Il a salué le progrès envers l'exécution de l'Accord de Riyadet discuté des moyens pour avancer vers une solution politique globale.

Griffiths a précisé que l'ONU s'exerce à résoudre le problème du terminal de stockage et de déchargement flottant (FSO) Safer pour éviter une catastrophe écologique dans la Mer rouge qui affecterait le Yémenet la région.

Al-Burkani a également souligné le besoin de trouver une solution au problème de Safer le plus tôt que possible, et a accusé les Houthis (Ansarallah) d'utiliser Safer « comme un moyen pour extorquer le monde ».

« Cela ne doit pas être accepté », a-t-il affirmé.

'L'attaque sur Marib doit cesser'

Les discussions ont porté également sur les graves conséquences humanitaires de l'escalade militaire à et autour de Marib, qui continue à accueillir plus de trois millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI).

Griffiths a souligné que l'attaque sur Marib doit cesser immédiatement.

Al-Burkani et al-Hadhrami ont condamné l'escalade des Houthis sur Marib et al-Jawf, et leurs attaques au missiles balistiques et drones dans ces provinces.

Ils ont aussi accusé les Houthis desaper le travail de la mission de l'ONU à al-Hodeidah en imposant des restrictions sur ses mouvements qui signifient qu'elle est incapable de mener à bien son mandant comme détaillé dans l'Accord de Stockholm .

« Le gouvernement ne peut possiblement pas continuer à honorer ses obligations sous l'accord lorsque les Hoouthis continuent à saper le travail de la mission de l'ONU et fuient leurs obligations sous l'accord», a confié al-Burkani.

Le ministre délégué du Yémen aux droits de l'homme Nabil Abdul Hafeez a affirmé à Al-Mashareq que le gouvernement soutient les efforts de paix qui sont conformes à l'Initiative du Golfe, le résultat du Dialogue National au Yémen et la Résolution du Conseil de sécurité de l'ONU 2216.

Il a accusé les Houthis d'exploiter les accords pour leurs propres intérêts, disant qu'ils profitaient de l'accord de cessez-le-feu d'al-Hodeidah pour redéployer leurs combattants aux provinces de Marib, al-Jawf et al-Bayda.

« Ils ont aussi exploité l'accord d'al-Hodeidah pour s'assurer que le port restera sous leur contrôle, car il facilite l'entrée d'armes iraniennes», a-t-il remarqué.

« Nous avons déjà vu le résultat de cela, dans les attaques aux missiles balistiques et drones sur les civils dans d'autres villes yéménites et pays voisins», a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500