Politique

Redéploiement des forces du Yémen et du CTS à Abyan et Aden

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des combattants partisans du CTS séparatiste du Yémen voyagent dans un convoi dans la province d'Abyan le 13 décembre, dans le cadre d'un retrait conformément à un accord de partage du pouvoir négocié à Riyad. [AFP]

Le gouvernement du Yémen et le Conseil de transition du sud (CTS) ont commencé vendredi 11 décembre un retrait réciproque des forces dans la province d'Abyan aux termes del'accord de partage du pouvoir signé à Riyad.

Cette mesure démontre que le gouvernement du Yémen et le CTS séparatiste se sont engagés et sont sérieux dans l'exécution de l'aspect militaire et sécuritaire de l'Accord de Riyad, a signalé la coalition arabe.

Ces mesures qui comprennent le retrait des forces du CTS d'Aden procèdent conformément au plan, et le processus continue en coopération avec les forces de la coalition arabe, a indiqué la coalition.

Le gouvernement a commencé vendredi le redéploiement de la 189e brigade d'infanterie de la zone de Sheikh Salem à Abyan vers la zone de Lawdar, à proximité des parties de la province d'al-Bayda contrôlée par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran.

En même temps, le CTS a commencé à son tour le retrait des forces Saiqa (Tonnerre) de la 14e brigade vers la ville de Zinjibar dans l'Abyan. Ces forces seront déployées sur les lignes de front avec les Houthis dans la province d'al-Dhale.

Les deux côtés ont convenu le 10 décembre de former un nouveau gouvernement de 24 ministres, comprenant le CTS, dans une semaine, date à laquelle l'aspect militaire et sécuritaire de l'accord devrait être exécuté.

Le vent d'optimisme souffle

Le Président Abd Rabbo Mansour Hadi cherche à exécuter l'aspect sécuritaire de l'accord, a confié le sous-ministre des droits de l'homme Nabil Abdoul Hafeez.

Cela devrait « créer une atmosphère adéquate qui aidera le gouvernement de technocrates à mener à bien sa mission requise », a-t-il affirmé à Al-Mashareq, notant que le gouvernement sera opérationnel d'Aden, capitale temporaire du Yémen.

L'équipe militaire saoudienne travaillant sur le terrain pour exécuter l'aspect militaire de l'accord, qui comprend le retrait des forces et leur déploiement ultérieur pour confronter les Houthis, a indiqué Abdoul Hafeez.

Le vent d'optimisme souffle à la suite de ces derniers développements, a souligné le -général de division Ahmed al-Mousai, sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur au secteur de la sécurité et de la police, et membre du comité militaire de l'Accord de Riyad.

C'est notamment le cas après la réalisation du premier retrait des forces des deux côtés d'Abyan, a-t-il dit à Al-Mashareq.

L'aspect militaire et sécuritaire de l'accord stipule le retrait, le redéploiement et l’intégration des services de sécurité dans la ville d'Aden, et l'entrée de la 4e brigade de protection présidentielle.

Cette force a été préparée pour sa mission dans la province de Shabwa, a expliqué al-Mousai.

Le ministère de l'Intérieur sera responsable de la gestion de la sécurité à Aden comme une garantie pour la réussite du nouveau gouvernement, a-t-il précisé.

Mettre un terme aux tensions

« L'exécution pratique de l'aspect militaire et sécuritaire survient après que les parties ont acquis la conviction qu'il était la seule solution pour mettre un terme à la tension militaire entre les deux côtés», a souligné Ali al-Sarari, conseiller au premier ministre du Yémen.

Al-Sarari a remarqué que l'Arabie Saoudite a exercé un effort majeur pour résoudre les problèmes en suspens.

L'exécution de l'aspect militaire et la sortie des forces du CTS visent à « consolider la sécurité et la stabilité là-bas », a-t-il expliqué.

Cela « permettra au gouvernement d'accomplir ses fonctions, alléger les difficultés économiques de la population et améliorer la valeur de la devise, qui ne cesse de chuter », poursuit-il.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500