Santé

Contrairement à ce qu'il prétend, l'Iran peut acheter des vaccins contre la COVID-19, affirment des experts

Ardeshir Kordestani et Al-Mashareq

image

Des responsables iraniens ont fait savoir que l'Iran développera un vaccin contre la COVID-19 d'ici la fin de l'hiver. Selon les experts, les déclarations de l'Iran selon lesquelles les sanctions américaines entravent son accès aux vaccins contre la COVID-19 ne sont que des mensonges. [Photo de l'IRNA]

L'Iran a affirmé à plusieurs reprises que les sanctions américaines entravent son accès aux vaccins contre la COVID-19. En répétant souvent ce message de manière appuyée, il espère peut-être détourner l'attention de sa propre mauvaise gestion des crises qui ont frappé le pays.

Mais les experts affirment que, tout comme la République islamique a raté sa réponse à la crise des vaccins antigrippaux au début de l'automne, elle est également responsable de la mauvaise gestion de l'importation des vaccins récemment approuvés contre le coronavirus (COVID-19).

Le fait que le gouvernement n'a pas été franc ni transparent dans les informations qu'il fournit au public sur son accès aux vaccins n'aide pas l'Iran.

Le président Hassan Rohani a déclaré au cabinet qu'il avait ordonné aux responsables du ministère de la Santé d'acheter des vaccins contre le coronavirus « à un certain pays » sans le nommer, selon la télévision d'État.

Il n'a pas non plus précisé combien de doses de vaccin ont été commandées.

Rohani a déclaré que les efforts de son gouvernement pour acheter des vaccins contre la COVID-19 ont été entravés par les sanctions américaines.

Dans le même temps, le ministre de la Santé Saeed Namaki a indiqué que si les sanctions américaines continuent d'entraver la capacité de l'Iran à transférer de l'argent à l'étranger pour les vaccins, « heureusement, ces liens sont desserrés », selon l'Agence de presse des étudiants iraniens le 9 décembre.

Il n'a pas précisé comment l'Iran payait les doses.

Esquive et contradiction

Accuser les sanctions pour la plupart, voire la totalité, des problèmes auxquels le gouvernement de Rohani est confronté n'est qu'une façon d'esquiver les responsabilités et de distraire le public iranien des échecs systémiques, affirment des observateurs.

« La faute leur revient. Les sanctions américaines exemptent les denrées alimentaires et les médicaments », a rapporté un ancien analyste de la marine iranienne qui a souhaité conserver l'anonymat.

Les États-Unis ont souligné que les sanctions sont dirigées contre le régime iranien, et non contre le peuple, et maintiennent de larges exceptions et autorisations pour la vente de produits agricoles, de nourriture, de médicaments et d'appareils médicaux à l'Iran.

« Même sous sanctions, 30 % de nos médicaments sont importés des États-Unis », a déclaré le 1er décembre Nasser Riahi, président de l'Association iranienne des importateurs de produits pharmaceutiques.

Même si le gouvernement importe les vaccins contre la COVID-19, il est plus que probable qu'ils finiront sur le marché noir, a déclaré l'analyste de la marine.

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) « serait probablement impliqué et prendrait sa part des bénéfices », a-t-il ajouté.

Un scénario similaire s'est déroulé à l'automne, après que le gouvernement eut annoncé à plusieurs reprises que les vaccins contre la grippe n'étaient pas accessibles au grand public à cause des sanctions.

Au cours de l'été, il a été promis aux Iraniens un vaccin contre la grippe ; une promesse qui ne s'est pas concrétisée à temps. Des informations faisant état de membres du Majles vaccinés contre la grippe, malgré les déclarations du gouvernement sur la pénurie de vaccins, ont été divulguées quelques mois plus tard.

Depuis début décembre, le vaccin contre la grippe est disponible en Iran, mais de nombreux citoyens hésitent à l'utiliser, car la saison des rhumes et de la grippe est déjà bien avancée. Beaucoup préfèrent également ne pas prendre le risque de se rendre dans un établissement médical pour se faire vacciner, car cela signifierait une exposition à la COVID-19.

L'Iran a signalé plus de 50 000 décès dus au coronavirus sur plus d'un million de cas confirmés, ce qui est la pire épidémie du Moyen-Orient.

Plusieurs pistes pour acquérir le vaccin

La semaine dernière, l'IRNA a cité Namaki, qui a déclaré que si l'Iran a préacheté 16,8 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 par le biais du système COVAX de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il « coopère également avec d'autres pays pour la production de vaccins », et les tests sur l'homme pour le vaccin commenceront en Iran au printemps.

Il y a quelques mois, le gouvernement avait annoncé qu'il était « prêt à coopérer » avec les Chinois pour développer un vaccin, ce que la communauté médicale iranienne avait tout bonnement désapprouvé. Il n'y a pas eu d'autre signalement à ce sujet, et la Chine a poursuivi ses efforts pour développer un vaccin sans mentionner l'Iran.

Quelques informations éparses ont émergé sur une coopération similaire avec la Russie, ou sur un éventuel achat du vaccin à Moscou, ce que les experts iraniens ont également désapprouvé.

L'OMS n'a en effet approuvé aucun des vaccins produits en Chine ou en Russie.

Le 7 décembre, Masoud Mardani, membre de l'État-major gouvernemental pour la lutte contre le coronavirus, a déclaré que « les sanctions n'auront aucun effet sur l'accès [de l'Iran] au vaccin contre le coronavirus ». L'OMS a également confirmé qu'elle fournira le vaccin à l'Iran.

Shahin Mohammadi, un journaliste iranien basé à Washington, a déclaré à Al-Mashareq que ce que les hauts fonctionnaires ont déclaré à propos des sanctions américaines empêchant l'Iran de se procurer le vaccin sont des « mensonges ».

« L'Iran dispose de multiples possibilités pour acquérir le vaccin contre le coronavirus, le vaccin contre la grippe et tout autre médicament dont il a besoin », a-t-il affirmé.

« Ces possibilités comprennent les dérogations du Trésor américain pour l'exportation de nourriture et de médicaments, le mécanisme que les États-Unis ont mis en place avec la Suisse, et l'INSTEX », a-t-il conclu, faisant référence à l'acronyme de l'instrument financier de l'Union européenne permettant de mener des affaires limitées avec l'Iran.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500