Économie

Le Liban fixe ses priorités pour la nouvelle phase du plan pluriannuel de réponse à la crise

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des membres du Plan de réponse à la crise du Liban rencontrent des représentants d'organisations internationales et des responsables à Beyrouth pour discuter des programmes de développement pour 2021. [Photo fournie par le PRCL]

Le ministère libanais des Affaires sociales s'est efforcé de définir les priorités pour une nouvelle phase du Plan de réponse à la crise du Liban (PRCL), un plan conjoint entre le gouvernement libanais et ses partenaires nationaux et internationaux.

Ce plan pluriannuel rassemble plus de 104 partenaires pour venir en aide à 2,8 millions de personnes très vulnérables, dans le but d'aider le Liban à faire face à la crise des réfugiés syriens et de financer des projets de développement dans les communautés d'accueil.

Depuis 2015, date de lancement de la première phase de ce plan, le Liban a reçu 5,64 milliards de dollars de soutien dans le cadre du PRCL. Le plan actuel, qui couvre les années 2017 à 2020, expire à la fin de l'année.

Le Liban est aujourd'hui plongé dans une profonde crise politique, économique et de santé publique, et les autorités ont souligné la nécessité permanente de fournir aux Libanais les plus vulnérables un filet de sécurité sociale et d'accroître l'aide alimentaire aux familles les plus démunies.

image

Des réfugiés syriens dans la vallée de la Bekaa au Liban travaillent dans le secteur agricole. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

Ils ont également souligné la nécessité de poursuivre la réponse humanitaire aux réfugiés syriens et palestiniens.

Le Liban dans un bourbier

« Les crises successives qui ont frappé le Liban ont plongé le pays dans cet état déplorable et ont augmenté le taux de pauvreté parmi les citoyens libanais », a déclaré Asim Abi Ali, superviseur général du PRCL.

Et au milieu de tout cela, l'armement du Hezbollah et son implication dans des guerres régionales à la demande de l'Iran, son commanditaire, continuent de tirer l'économie et le système politique vers le bas.

Le parti a aliéné le Liban avec les pays de la région et au-delà, qui sont réticents à offrir leur soutien tant que le Hezbollah exercera un contrôle sur les leviers du pouvoir. Il en va de même pour le FMI, qui s'est déclaré prêt à aider le Liban à condition que de véritables réformes soient mises en œuvre et que l'influence du Hezbollah soit limitée.

Les chiffres de la Banque mondiale publiés en mars ont montré que 45 % des Libanais vivent en dessous du seuil de pauvreté, et 20 % en dessous du seuil de pauvreté extrême.

Des études plus récentes montrent que le taux de pauvreté est passé à 60 %, et que 25 % de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté extrême, soit un revenu par habitant inférieur à un dollar par jour, a fait savoir Abi Ali, notant que les réfugiés syriens sont confrontés à la même situation.

Le ministère des Affaires sociales a développé plusieurs programmes pour répondre aux besoins croissants du pays, en partenariat avec les organisations internationales et les pays donateurs, dans le cadre de la préparation du PRCL 2021.

Celui-ci cherche à garantir une réponse équilibrée qui tienne compte de la nécessité d'aider les réfugiés tout en fournissant une assistance aux citoyens libanais afin d'éviter d'éventuelles tensions entre les deux communautés, a déclaré Abi Ali.

Construire une protection sociale

Le plan prévoit de « construire et d'activer une protection sociale en aidant les communautés d'accueil et en les dotant de compétences afin qu'elles puissent passer de communautés de consommateurs à des sociétés productives et durables », a-t-il expliqué.

Une partie essentielle du plan « se concentrera sur la garantie d'un retour digne des réfugiés dans leur pays d'origine tout en continuant à leur fournir un soutien au Liban jusqu'à ce qu'un retour correct ait lieu », a-t-il déclaré.

Les efforts se concentrent sur l'augmentation à 55 000 du nombre de familles bénéficiant du programme « Familles les plus pauvres » avec le soutien de l'Union européenne, de l'Allemagne, de l'Italie, de la Norvège et d'autres bailleurs de fonds.

Les responsables sont également en train de négocier un prêt de la Banque mondiale afin de porter à 120 000 le nombre de familles bénéficiant de l'aide des services sociaux.

« Nous travaillons en partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Programme des Nations unies pour le développement, les bailleurs de fonds et les ministères concernés pour évaluer la situation socio-économique des segments les plus vulnérables », a-t-il indiqué.

Le plan « cherchera à augmenter le nombre de zones soutenues de 251 à plus de 300 », a-t-il déclaré, notant qu'un financement de 2,7 milliards de dollars est nécessaire.

Mise à jour du plan de réponse

Ola Boutros, superviseuse générale adjointe du PRCL, a expliqué que ce plan prévoit le développement rural qui, selon elle, est « une nécessité pour sortir de la pauvreté ».

« Le développement rural s'inscrit dans le cadre du soutien aux communautés libanaises pauvres qui accueillent des réfugiés syriens, et a reçu l'approbation préliminaire des organisations internationales et des bailleurs de fonds », a-t-elle précisé à Al-Mashareq.

Il vise à offrir des emplois aux Libanais et aux Syriens dans l'agriculture, la construction et l'environnement, a-t-elle poursuivi, et à permettre aux gens de créer leurs propres petites entreprises dans l'artisanat et la production agricole industrielle.

Le développement rural contribuerait également à « lutter contre la contrebande, conformément à la Résolution 1680 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui appelle à la réalisation d'une stabilité durable aux frontières ».

Le plan du PRCL sera mis à jour avant son lancement en janvier pour refléter des changements tels qu'une « augmentation de l'absentéisme scolaire chez les enfants, une augmentation des tensions et de l'endettement personnel et une diminution de l'accès aux services au niveau local », a déclaré Lisa Abou Khaled, responsable de l'information publique au HCR, à Al-Mashareq.

Ce plan fournit une protection, une assistance directe et des services à 1,5 million de Libanais vulnérables, 1,5 million de Syriens et plus de 200 000 réfugiés palestiniens, a conclu Abou Khaled.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500