Sécurité |

Les États-Unis confirment l'assassinat du chef de l'AQPA au Yémen

AFP

image

Une affiche des personnes recherchées par la police yéménite montre le 11 octobre 2010, des images du chef militaire d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique au Yémen Qassim al-Rimi. [AFP]

Le Président américain Donald Trump a confirmé jeudi 6 février que les États-Unis avaient tué le chef d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA).

Les États-Unis « ont mené une opération antiterroriste au Yémen et ont réussi à éliminer Qassem al-Rimi, un fondateur et le chef d'AQPA», a annoncé Trump dans un communiqué de la maison blanche.

L'annonce survient alors que Trump démontre la détermination américaine suite aux meurtres du chef de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) Abou Bakr al-Baghdadi en octobre de l'année dernière et le plus haut général iranien Qassem Soleimaniil y a trois mois.

Washington considère AQPA la branche la plus dangereuse du réseau.

Le groupe s'est épanoui dans le chaos d'années de guerre civile entre le gouvernement du Yémen appuyé par l'Arabie saoudite et les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran.

« Sous al-Rimi, AQPA a perpétré des violences inqualifiables contre des civils au Yémen et a cherché à perpétrer et inspirer de nombreuses attaques contre les États-Unis et nos forces», a souligné Trump.

« Sa mort affaiblit davantage AQPA et le mouvement mondial Al-Qaïda et cela nous rapproche de l’élimination des menaces que ces groupes posent à notre sécurité nationale».

'Eliminer les terroristes'

Trump n'a pas donné de détails sur les circonstances où le moment de l'opération.

Mais elle survient après l'assassinat du prédécesseur d'al-Rimi, Nasser al-Wuhayshi en juin 2015, et celui en 2016 de l'émir régional d'AQPA Jalal Belaidi, alias Abou Hamza.

Belaidi avait été responsable de plusieurs provinces au Yémen, a annoncé le département d'État amméricain après l'assassinat.

Il avait offert une récompense de 5 millions de dollars pour des informations sur Belaidi concernant son implication présumée dans la planification d'attentats à la bombe contre des responsables et installations diplomatiques à Sanaa en 2013.

« Les États-Unis, nos intérêts et nos alliés sont plus sûrs suite à sa mort», a affirmé Trump sur l'opération contre al-Rimi. « Nous continuerons à protéger le peuple américain en traquant et éliminant les terroristes qui cherchent à nous faire du mal».

Aimez-vous cet article?
5
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha