Terrorisme |

L'influence d'al-Qaïda au Yémen diminue

Par Abou Bakr al-Yamani à Sanaa

image

Des forces yéménites marchent dans Zinjibar, capitale de la province sud d'Abyan le 16 août 2016 suite à une offensive visant à reprendre la ville à al-Qaïda. [Saleh al-Obeidi/AFP]

Une série d'assassinats et d'arrestations ciblant le leadership d'al-Qaïda au Yémen le mois dernier, et des campagnes de sécurité réussies pour s'attaquer à sa présence dans le pays ont rendu le groupe incapable de lancer des attaques importantes au Yémen, ont expliqué des experts.

L'ampleur de la faiblesse du groupe est visible dans la façon dont il mène des attentats suicides, ont-ils affirmé, qui ont un impact très réduit et sont moins précis par rapport aux attaques précédentes.

Lors d'une attaque ratée d'al-Qaïda lundi 23 octobre dans la province méridionale d'Abyan, une voiture piégée chargée d'explosifs et transportant cinq activistes s'est garée à côté d'une base militaire dans le district de Modiyah, a rapporté une source de sécurité.

Quatre hommes portant des ceintures d'explosifs sont sortis de la voiture et ont couru vers la base, mais ils ont tous été abattu avant de pouvoir déclencher leurs explosifs, a indiqué la source.

Le véhicule a ensuite explosé en dehors de la base, tuant le conducteur et quatre soldats du contingent de l'armée yéménite soutenu par les Émirats arabes unis.

Lutte contre al-Qaïda

« Les opérations suicide d'al-Qaïda reflètent la faillite de ses chefs, du moins ce qu'il reste de ses leaders militaires, idéologiques ou financiers », a fait savoir le politologue Tareq al-Zuraiqi.

Le groupe redoute désormais les affrontements armés et s'en remet aux attentats suicides pour tenter de prouver qu'il existe toujours malgré les campagnes de purge menées contre lui par les forces gouvernementales, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Cependant, a-t-il ajouté, le groupe « est désespéré » tandis que les forces yéménites, appuyées par la coalition arabe, ont réussi à purger la région côtière de la province de Hadramaout en un temps record en avril 2016, après un an de règne pour al-Qaïda.

Des forces spéciales yéménites entraînées par les Emirats arabes unis ont lancé une importante opération contre al-Qaïda il y a deux mois, chassant le groupe de la province de Shabwa riche en pétrole.

Des membres de tribus ont joué un rôle important au côté des forces yéménites pour la libération des districts de Lawdar, Modiyah et al-Wadea à Abyan.

Des campagnes de sécurité sont en cours dans tous les directorats d'Abyan, Lahj, et dans la vallée d'Hadramaout pour chasser les cellules d'al-Qaïda.

« Les habitants de ces provinces sont solidaires avec l'armée et les forces de sécurité, et cela a privé al-Qaïda d'un incubateur social », a-t-il expliqué.

« La répression financière mondiale contre al-Qaïda et les mesures prises pour couper ses sources de financement ont également porté leur fruit », a-t-il ajouté.

Les dirigeants d'al-Qaïda pris pour cible

Il ne fait aucun doute que le groupe a été grandement affaibli et ne jouit plus de l'influence qu'il avait au Yémen, a déclaré Mohammed Azzan, chercheur spécialisé dans les groupes islamistes.

Par conséquent, l'intérêt pour rejoindre al-Qaïda a diminué, a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

Al-Qaïda souffre d'un état de trouble « car il a perdu ses dirigeants les plus influents sur le terrain au cours des guerres qu'il a menées et perdues », a indiqué le politologue Adnan al-Humairi.

Les tribus yéménites ne sont plus favorables au groupe et ne fournissent plus un refuge sûr à ses éléments.

Al-Humairi a cité plusieurs dirigeants importants d'al-Qaïda ayant été tués au cours des six dernières années, dont Anwar al-Awlaki, tué dans une frappe aérienne américaine en 2011.

Nasser al-Wuhayshi, le n° 2 d'al-Qaïda au niveau mondial, dirigeait AQPA jusqu'à ce qu'il trouve la mort en 2015 lors d'une frappe aérienne.

Plus récemment, les forces yéménites de la ceinture de sécurité ont tué le 27 septembre le chef d'al-Qaïda Abdoul Nabi dans le directorat de Yafaa à Lahj lors d'une fusillade.

Le même jour, à Abyan, la campagne de sécurité actuellement en cours dans la province a capturé l'expert en explosifs et en engins explosifs improvisés (EEI) al-Khedhr Ahmed Hussein, aussi appelé al-Darmali.

Le 18 septembre, des forces de la ceinture de sécurité et des unités d'opérations spéciales à Abyan ont assiégé Mohammed al-Awsaji, émir d'al-Qaïda à Lawdar, et l'ont tué après qu'il ait refusé de se rendre.

Ces forces ont également arrêté Aqeel Amtali, un autre leader d'al-Qaïda lors de la même opération.

Le 21 avril, les hauts dirigeants d'al-Qaïda Ahmed Saïd Awad Barhamah, aussi appelé « al-Zarqawi du Yémen », et Abou Ali al-Sayari ont été arrêtés lors de deux raids différents dans la province d'Hadramaout avec plusieurs autres éléments d'al-Qaïda.

Aimez-vous cet article?
6
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha