Sécurité |

La menace iranienne au centre du Dialogue de Manama 2019

Mohammed al-Jayousi à Manama

image

Des dirigeants et décideurs politiques se réunissent à Bahreïn pour le Dialogue de Manama 2019 de l'IIES fin novembre. [Photo fournie par le Dialogue de Manama 2019 de l'IIES]

Des dirigeants et décideurs politiques de la région et du reste du monde se sont réunis le mois dernier à Manama, capitale de Bahreïn, pour discuter de la sécurité partagée et des partenariats stratégiques face aux menaces régionales.

Les participants au Dialogue de Manama 2019 de l'Institut international d'études stratégiques (IIES) ont centré leurs réflexions sur l'Iran, soulignant l'importance de renforcer les alliances régionales pour contrer son ingérence régionale et son programme expansionniste.

Des représentants des Émirats arabes unis, des États-Unis, de l'Arabie saoudite, de la France et d'autres pays ont participé à cet événement de trois jours, qui a débuté le 22 novembre.

L'Iran continue de représenter la plus grande menace pour la sécurité de la région, en particulier pour la sécurité des eaux internationales et du transit pétrolier, ont expliqué des analystes politiques du Golfe à Al-Mashareq.

La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour contrer les menaces et les attaques répétées de l'Iran contre ses voisins du Golfe, ont-ils déclaré, à la lumière des attaques contre des installations pétrolières en Arabie Saoudite et contre des pétroliers dans le détroit d'Ormuz.

« Peu importe à quel point l'Iran tente de nous entraîner dans le conflit, nous sommes toujours déterminés à ne pas nous laisser entraîner par les actions hostiles de Téhéran, malgré ses transgressions répétées », a déclaré Dirar Belhoul al-Falasi, politologue et rédacteur politique aux Émirats arabes unis.

Toute réponse doit passer par « la création d'une coalition capable de contrer et de mettre fin à ses activités illégales », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Nous voyons la communauté internationale commencer à faire pression contre l'Iran », a rapporté al-Falasi. « C'est ce à quoi nous aspirons et ce que nous espérions depuis longtemps. »

Discussion axée sur les solutions

Le forum a réuni un groupe de haut niveau de décideurs politiques et militaires pour aborder les stratégies visant à assurer la sécurité régionale, a fait savoir Nejib Friji, directeur du bureau du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord de l'Institut international pour la paix.

Les participants au Dialogue de Manama se sont engagés dans un débat approfondi et de haut niveau sur la menace iranienne, a-t-il indiqué.

« Nous sommes invités à engager toutes les parties dans le dialogue », a déclaré Friji, appelant les pays participants à adopter une vision tournée vers l'avenir et à œuvrer en faveur du dialogue.

« Nous espérons qu'il y aura un dialogue avec l'Iran, mais que cela ne se fera pas aux dépens de la souveraineté d'autres États et sans ingérence dans leurs affaires intérieures », a-t-il ajouté.

Le Dialogue de Manama a souligné les partenariats stratégiques entre les États du Golfe et leurs alliés dans le monde pour contrer les menaces de sécurité croissantes que l'Iran représente, a déclaré l'analyste politique bahreïnien Abdoullah al-Junaid à Al-Mashareq.

La pérennité des alliances doit être fondée sur les intérêts communs de toutes les parties, afin de pouvoir répondre efficacement aux crises et aux actes hostiles de Téhéran, que ce soit sur terre, sur mer ou dans les airs, a-t-il affirmé.

Menaces pour la sécurité maritime

« Une partie considérable du Dialogue de Manama a été consacrée à la sécurité maritime », a-t-il déclaré, notant que des délégations yéménite et somalienne ont été invitées à discuter des menaces qui pèsent sur les voies navigables essentielles.

Ces menaces comprennent notamment le trafic de drogue et d'êtres humains, et les attaques contre des navires de commerce, a-t-il précisé.

Il sera important de « s'appuyer sur ces sessions de dialogue approfondi, d'en tirer de nouvelles idées et de développer nos outils diplomatiques et non diplomatiques pour faire face aux différentes sources de menaces », a déclaré al-Junaid.

Il a noté que le fait que Bahreïn accueille le Dialogue de Manama depuis quinze ans témoigne de sa volonté de renforcer la sécurité régionale.

Cette nation insulaire accueille la 5e Flotte américaine, les Forces maritimes combinées et la Force opérationnelle CTF 152 (opérations de sécurité maritime dans le golfe Persique), et participe à des exercices terrestres et navals conjoints dans la région et à l'extérieur.

Aimez-vous cet article?
3
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha

Que Dieu vous aide!

Répondre