Sécurité |

Bahreïn accueille une réunion sur la sécurité maritime

AFP

image

Les délégués assistent à la session inaugurale du Groupe ministériel de travail sur la sécurité maritime et aérienne réuni à Manama le 21 octobre. Les États-Unis, Bahreïn et la Pologne coprésident les débats, qui visent à garantir la sécurité maritime et aérienne et à interdire les expéditions illicites liées à des armes de destruction massive. [STR/AFP]

Des représentants de plus de soixante pays se sont réunis lundi 21 octobre à Bahreïn pour parler de la sécurité maritime à la suite des attaques contre des pétroliers dans le Golfe et des installations pétrolières saoudiennes.

Ces attaques ont été largement imputées à Téhéran, qui réfute toute implication.

« Nous devons tous adopter une position commune... pour prendre les mesures nécessaires en vue de protéger nos nations contre les États voyous », a déclaré aux participants le ministre bahreïnien des Affaires étrangères Khaled ben Ahmed Al-Khalifa.

image

Le ministre bahreïnien des Affaires étrangères, Cheikh Khalid ben Ahmed Al Khalifa, prononce le discours introductif à l'ouverture de la réunion du Groupe ministériel de travail sur la sécurité maritime et aérienne à Manama le 21 octobre, aux côtés du vice-ministre polonais de l'Intérieur Krzysztof Kozlowski et du représentant du département d'État américain Eliot Kang. [STR/AFP]

« Cette réunion intervient à un moment critique dans l'histoire », a déclaré le secrétaire d'État américain Mike Pompeo dans une lettre adressée aux participants.

« La prolifération des armes de destruction massive (ADM) et de leurs vecteurs de lancement, que ce soit par les airs ou par la mer, représente une sérieuse menace pour la paix et la sécurité internationales », a-t-il écrit.

« Ensemble, nous devons tous nous engager à prendre les mesures nécessaires pour stopper les pays qui continuent de poursuivre ces ADM, qui représentent un grand risque nous nous tous », a ajouté Pompeo, faisant explicitement référence à l'Iran.

Les participants à cette réunion de deux jours sont membres du Groupe de travail sur la sécurité maritime et aérienne crée en février lors d'une conférence sur le Moyen-Orient réunie à Varsovie.

« Cette réunion est l'occasion d'échanger nos points de vue sur la manière de traiter avec la menace iranienne et de garantir la liberté de navigation », a indiqué le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn dans un poste sur les médias sociaux.

À la suite des récentes attaques contre des pétroliers dans le Golfe, les États-Unis ont mis sur pied une coalition navale pour protéger la navigation dans cette région essentielle pour les approvisionnements mondiaux en pétrole.

Bahreïn, qui accueille la 5e flotte de l'US Navy, a rejoint cette coalition en août. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis l'ont fait à leur tour en septembre.

Le Royaume-Uni et l'Australie ont pour leur part accepté d'envoyer des navires de guerre pour escorter la navigation commerciale dans le Golfe.

« Les États-Unis s'engagent à maintenir la sécurité maritime et aérienne dans la région et à promouvoir des mesures visant à interdire et à prévenir les expéditions illicites liées aux armes de destruction massive », a indiqué le département d'État américain dans un communiqué du 18 octobre.

Le groupe de travail qui se réunit à Manama est l'un des sept groupes de travail qui avaient été annoncés à la suite de la conférence de Varsovie en février, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha