Sécurité

Les projets d’exportation d’armes de l’Iran alarment les autorités yéménites

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Une affiche montrant un missile récupéré par l’Arabie saoudite révèle l’identité et le logo du fabricant iranien Shahid Bagheri Industries sur cette photo d’archive datée du 14 décembre 2017. [Jim Watson/AFP]

L’intention affichée par l’Iran qu’il cherchera à vendre des armes après l’expiration, le dimanche 18 octobre, de l’embargo sur les armes des Nations unies menacera encore un peu plus la stabilité du Yémen et de la région, ont affirmé des responsables yéménites à Al-Mashareq.

Ces exportations d’armes au Yémen violeront également la Résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Yémen, qui appellent toutes les parties au Yémen, en particulier les Houthis (Ansarallah), à mettre immédiatement et sans condition un terme à la violence, ont-ils ajouté.

Dans un communiqué paru dimanche, le ministère yéménite des Affaires étrangères a indiqué que malgré cette interdiction, le régime iranien continue de faire entrer en contrebande des armes et des militaires à destination des Houthis, ce qui « démontre l’hostilité de ce régime » à l’égard des Yéménites.

Le ministère a exhorté la communauté internationale et le Conseil de sécurité des Nations unies à condamner les pratiques illégales et les violations de l’Iran et son intervention continue dans les affaires internes du Yémen.

Dans leurs récentes déclarations, le président Hassan Rouhani et d’autres hauts responsables gouvernementaux ont révélé les intentions de l’Iran d’exporter ouvertement des armes.

« Avant d’être un acheteur sur le marché des armes, l’Iran a la capacité de fournir » d’autres pays, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh lundi à des journalistes.

Escalade des conflits dans la région

Ces déclarations « sont une indication sérieuse des plans de l’Iran d’aggraver le conflit dans la région », a expliqué à Al-Mashareq le ministre yéménite de l’Information Mouammar al-Eryani.

Il a mis en garde contre les conséquences dangereuses de « telles déclarations provocatrices et de toutes les mesures prises par Téhéran pour exporter des armes aux Houthis ».

Cela ne fera « qu’aggraver le conflit, faire échouer les solutions politiques à la crise yéménite et renforcer les activités subversives et terroristes qui saperont la stabilité et la sécurité du Yémen et de la région », a-t-il expliqué.

Cela fera également planer une menace sur les routes maritimes internationales, a ajouté al-Eryani.

Le gouvernement yéménite a également condamné la nomination par l’Iran d’un nouvel « ambassadeur pour la République du Yémen », dont il explique qu’elle constitue une violation du droit international.

Ce nouvel ambassadeur, arrivé à Sanaa la semaine dernière, est un officier du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), a expliqué al-Eryani.

L’envoi par l’Iran d’un officier du CGRI, couplé à ses récentes déclarations sur ses intentions d’exporter ouvertement des armes, révèle « la portée de son agression qui tue et oppresse les Yéménites depuis cinq ans », a-t-il ajouté.

« Nouvelle violation des résolutions onusiennes »

Les déclarations des autorités iraniennes concernant l’exportation d’armes après la fin des restrictions imposées en vertu de la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies constituent une nouvelle violation d’une résolution des Nations unies, a déclaré le journaliste Khaled Ahmed à Al-Mashareq.

« Les tentatives visant à faire passer en contrebande des armes iraniennes aux Houthis sont une nouvelle violation de la Résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Yémen, qui interdit la fourniture d’armes aux Houthis », a-t-il précisé.

Selon lui, « l’Iran considère le Yémen comme un champ de bataille, par le biais de ses intermédiaires », et il utilise les Houthis pour cibler l’Arabie saoudite, « en utilisant des drones et des missiles ».

Cela a un impact économique néfaste sur l’Arabie saoudite et sur l’économie mondiale, a-t-il précisé, soulignant que pour cette raison et d’autres, « la communauté internationale doit prendre des mesures pour mettre un terme au rôle subversif de l’Iran ».

En soutenant les Houthis, l’Iran prolonge la guerre au Yémen et aggrave les souffrances du peuple yéménite, a déclaré Ahmed.

« La guerre au Yémen va entrer dans sa sixième année, et la fin de l’interdiction sur les armes contre l’Iran signifie que le soutien militaire de l’Iran aux Houthis va doubler », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500