Économie

L’Iran vole les richesses halieutiques du Yémen alors que l’insécurité alimentaire affecte des millions de personnes

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Le 11 juin 2019, des pêcheurs yéménites amarrent leurs bateaux au port de la ville d’al-Hodeidah, en mer Rouge. [Stringer/AFP]

Les responsables yéménites accusent le régime iranien d’aggraver la crise d’insécurité alimentaire dans leur pays, suite à un récent rapport qui documente les activités de pêche illégale de l’Iran dans les eaux territoriales yéménites.

Au Yémen, le prix de la nourriture est monté en flèche, et le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en garde que malgré l’aide humanitaire, 20 millions de Yéménites peuvent être classés en état d’insécurité alimentaire, et près de 10 millions sont confrontés à de graves pénuries alimentaires.

Dans un rapport publié à la mi-juillet, plusieurs agences des Nations unies ont averti que l’insécurité alimentaire aiguë devrait augmenter fortement au Yémen en raison d’une combinaison de facteurs, a rapporté l’AFP.

L’augmentation de l’insécurité alimentaire est « alarmante », selon le PAM, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, l’UNICEF et d’autres partenaires qui ont préparé le rapport.

Les chocs économiques, les conflits, les inondations, les criquets et maintenant la nouvelle pandémie de coronavirus (COVID-19) rassemblent toutes les conditions pour la forte augmentation attendue de l’insécurité alimentaire, a indiqué le rapport.

Pendant ce temps, l’Iran fait main basse sur les richesses halieutiques du Yémen.

Dans un rapport de juin, Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking ont révélé que l’Iran mène une opération de pêche illégale massive dans l’océan Indien, avec près de 200 navires opérant dans les eaux yéménites et somaliennes.

De la nourriture prise à ceux qui en ont besoin

En plus du vol par l’Iran des richesses halieutiques du Yémen, une quantité importante d’aide alimentaire est pillée par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran avant qu’elle ne parvienne au peuple yéménite, a déclaré le vice-ministre des Droits de l’homme Nabil Abdoul Hafeez.

« En pillant les richesses halieutiques et en empêchant l’aide alimentaire de parvenir à ceux qui en ont besoin, l’Iran et les Houthis essaient d’affamer le peuple dans le cadre de leur plan pour les soumettre », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

L’Iran profite de la tourmente créée par la guerre pour pénétrer dans les eaux territoriales yéménites et mener des expéditions de pêche illégale, a-t-il rapporté, ajoutant que Téhéran « considère les eaux territoriales yéménites comme faisant partie de ses zones d’influence ».

Il a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à prendre une position ferme contre les agissements de l’Iran et des Houthis, conformément à la Résolution 2216 des Nations unies, qui stipule que l’aide humanitaire ne doit pas être entravée ou refusée.

Selon cette résolution, cela peut constituer une violation du droit international humanitaire si l’accès humanitaire est refusé aux civils ou si ceux-ci sont privés de choses indispensables à leur survie.

Elle « exhorte toutes les parties à faciliter l’acheminement de l’aide, ainsi qu’un accès rapide, sûr et sans entrave des acteurs humanitaires pour atteindre les personnes ayant besoin d’une aide humanitaire, y compris médicale ».

Fahd Kafayen , ministre des Richesses halieutiques, a déjà accusé l’Iran d’utiliser des bateaux de pêche pour importer illégalement des armes aux Houthis du Yémen.

Vol manifeste de la nourriture des Yéménites

La décision iranienne de pêcher dans les eaux territoriales du Yémen équivaut à un « vol à la vue de tous » des richesses en poissons du Yémen, a affirmé Abdoul Hafeez.

« Toutes les interventions de l’Iran au Yémen et son soutien aux Houthis ont contribué à la pauvreté croissante et à la détérioration de la situation sanitaire et éducative », a-t-il déclaré.

« L’Iran est aussi responsable que les Houthis de la triade de la pauvreté, de la faim et de la maladie » qui ravagent le Yémen, a-t-il ajouté, notant que par ses actions, le régime iranien viole les traités internationaux qui réglementent la pêche marine.

« La pêche illégale pratiquée par l’Iran épuise les richesses halieutiques du Yémen, et le Conseil de sécurité doit le tenir pour responsable, car il viole l’embargo sur les armes du Yémen », a-t-il déclaré.

« L’Iran est soumis à un blocus, et il a donc voulu atténuer sa crise financière en volant les richesses maritimes du Yémen, en l’absence d’un État au Yémen pour l’arrêter », a déclaré le politologue Adel al-Shujaa à Al-Mashareq.

Il a souligné que l’Iran a fourni des armes aux Houthis, mais a noté que même les Houthis souffriront du vol des richesses halieutiques, et que leurs partisans souffriront si la fourniture de l’aide alimentaire au Yémen est entravée.

L’Iran viole le droit international

Décrivant la tactique iranienne, l’analyste politique Faisal Ahmed a déclaré à Al-Mashareq que le régime iranien avait l’habitude « d’affamer son peuple, et les peuples vivant sous le contrôle de ses milices », pour faire avancer ses propres objectifs et son programme.

« La faim et les souffrances accrues provoquées par le conflit humilient les gens et les rendent soumis à lui et ses milices », a-t-il expliqué, ce qui encourage le recrutement dans les rangs des Houthis, car les gens cherchent un salaire.

« L’Iran viole l’embargo et le droit international sur la pêche illégale », a-t-il affirmé, appelant à un renforcement des sanctions pour mettre fin à ces pratiques qui aident le régime à contourner le blocus et à soutenir ses milices.

« L’Iran connaît une crise économique parce qu’il dépense beaucoup d’argent pour exporter la violence et former des milices terroristes, et il cherche donc des sources de revenus pour surmonter sa crise économique », a conclu Ahmed.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire