Terrorisme

Programmes d'aide au Yémen frappés par le manque de fonds et l'ingérence des Houthis

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des enfants yéménites marchent près de tentes du camp pour déplacés au district de Khokha à al-Hodeidah le 6 mai. [Khaled Ziad/AFP]

L'ingérence des Houthis dans le travail des organisations internationales au Yémen est en partie la raison pour laquelle les financements des donateurs ont diminué, ont indiqué les responsables yéménites.

La milice (Ansarallah) soutenue par l'Iran amanipulé la livraison d'aide, pillé l'aide destinée aux civils, et a mis la pression sur les organisations internationales pour recruter le personnel qu'elle choisit, ont-ils-dit.

Ainsi, les donateurs sont devenus réticents à répondre aux appels de financement, ont-ils ajouté, précisant que suite aux actions des Houthis, les yéménites dans les zones qu'ils contrôlent seront privés de l'aide vitale et de services.

L'ONU a annoncé le 19 août qu'elle a été contrainte de suspendre ou réduire considérablement la moitié de ses programmes majeurs au Yémen.

« Nous avons l'obligation morale d'avertir le monde que des millions de yéménites vont souffrir et pourraient mourir parce que nous n'avons pas les fonds nécessaires pour aller de l'avant», a mis en garde la coordinatrice humanitaire de l'ONU, Lise Grande.

Lors d'une conférence d'aide au Yémen tenue à Riyad le 2 juin, les donateurs se sont engagés à verser seulement 1,35 milliard de dollars 2,41 milliards de dollars nécessaires pour couvrir les activités humanitaires essentielles jusqu'à la fin de l'année, laissant un déficit de plus de 1 milliard de dollars.

Impact du manque de fonds

L'ONU a indiqué que l'impact du sous-fiinancement était dramatique.

En avril, les rations alimentaires ont été réduites de moitié pour plus de huit millions de personnes dans le nord du Yémen et les agences humanitaires ont dû interrompre les services de santé reproductive dans 140 centres.

Dans 275 centres spécialisés dans le traitement des personnes atteintes de choléra et d'autres maladies infectieuses, les services de santé ont été réduits ou supprimés.

Les allocations pour près de 10 000 travailleurs de la santé de première ligne ont été coupées et les fournitures nécessaires pour traiter les patients traumatisés, qui vont presque certainement mourir sans traitement immédiat, ont été suspendues.

Sans fonds urgents, l'approvisionnement en médicaments et fournitures essentiels de 189 hôpitaux et 2 500 cliniques, qui représentent la moitié des établissements de santé au Yémen, suspendront leur travail en quelques semaines.

L'organisme d'aide international Médecins Sans Frontières (MSF) a mis en garde que le Yémen fait face à une « catastrophe » à cause du nouveau coronavirus.

L'ONU affirme que le COVID-19 s'est probablement déjà propagé à travers une grande partie du Yémen, même si moins de 2 000 cas, dont 537 décès, ont été enregistrés. Par ailleurs, les responsables yéménites , accusent les Houthis de mentirà propos de la gravitè de l'éruption du virus dans les zones sous leur contrôle.

Obstruction de l'aide

Pendant la Journée humanitaire mondiale, le 19 août, le ministre adjoint de la santé Abdoul Raqeeb al-Haidari a appelé la communauté internationale à condamner les violations houthis contre les travailleurs humanitaires et leur obstruction de l'aide.

Les Houthis ont tenté en avril de forcer le Programme alimentaire mondial à leur remettre de l'aide en espèces, dans une action largement considérée comme un « chantage lamentable ».

En juillet, la milice a tenté de négocier avec les organisations humanitaires actives dans les zones sous son contrôle, leur offrant un choix entre les travailleurs affiliés aux Houthis ou voir leur travail suspendu ou entravé.

Dans un document publié le 29 juillet par les médias locaux, les Houthis ont exigé que les organisations internationales recrutent leurs éléments dans plusieurs zones clés, dont les initiatives de la santé, l'eau, administration et finance et gestion de projets.

« Les organisations internationales ont essayé d'éviter de mentionner les violations des Houthis et leurs pillages et vols de l'aide jusqu'à ce qu'ils ont atteint un niveau intolérable, comme c'était le cas avec le PAM», a confié le ministre adjoint aux droits de l'homme Nabil Abdoul Hafeez.

Par leurs actions, a-t-il affirmé à Al-Mashareq, les Houthis ont réduit l'assistance internationale aux communautés dans le besoin en les prévenant de recevoir l'aide.

Compromettre l'aide humanitaire

« Le port de Hodeidah reçoit 80% de l'aide fournie par les organisations internationales aux résidents vivant dans les provinces contrôlées par les Houthis», a affirmé l'économiste Abdoul Aziz Thabet à Al-Mashareq.

Cela donne aux Houthis l'influence et le contrôle sur comment l'aide est allouée, directement à travers les employés affiliés à la milice, et indirectement à travers les organisations locales de la société civile, a-t-il expliqué.

Les organisations internationales « travaillent sous la supervision [des Houthis] et contrôlent la distribution de l'aide et la sélection de bénéficiaires ciblés», poursuit-il.

« Les organisations d'aide internationales ont effectivement contribué à l'allègement des souffrances humaines des yéménites causées par de la guerre», a souligné Thabet. Mais « l'ingérence [des Houthis] dans le travail des organisations a compromis leurs efforts ».

Votre gouvernement lutte-t-il efficacement contre l'extrémisme ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire