Criminalité et Justice

Les Houthis critiqués pour avoir retenu de l’aide médicale

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

De l’aide médicale est déchargée d’un navire dans le port d’al-Hodeidah sur la mer Rouge au Yémen, sur cette photo d’archive du 6 juillet 2017. [Abdo Hyder/AFP]

Les responsables du gouvernement yéménite ont fortement critiqué les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran pour avoir retenu l’aide médicale envoyée par l’Organisation mondiale de la santé dans le port d’al-Hodeidah.

Cette aide médicale est bloquée depuis plus d’un mois dans ce port de la mer Rouge, qui est sous le contrôle des Houthis, a fait savoir le ministre de l’Administration locale Abdel Raqib Fatah, qui préside la Haute Commission de secours du gouvernement.

Le blocage de cette aide « est un crime humanitaire visant à aggraver les souffrances du peuple yéménite, en particulier pendant la pandémie de coronavirus », a-t-il déclaré dans une déclaration diffusée par les médias locaux.

« Les Houthis bloquent les conteneurs dans le port d’al-Hodeidah depuis plus d’un mois et refusent de les laisser partir », a-t-il indiqué.

La cargaison est contenue dans environ 1000 conteneurs, a-t-il précisé, et comprend du matériel et des fournitures médicales nécessaires pour combattre l’épidémie de nouveau coronavirus (COVID-19) au Yémen.

Les Houthis cherchent à prendre le contrôle de cette cargaison, a-t-il ajouté, en insistant pour que des sociétés affiliées servent de contractants pour transporter cette aide et le matériel là où ils doivent aller.

Ils pourront ainsi « l’orienter vers leurs partisans », a-t-il expliqué.

Fatah a demandé au coordinateur des affaires humanitaires d’intervenir et de faire pression sur les Houthis pour qu’ils débloquent cette aide et la distribuent dans tout le pays.

« Les Houthis seront tenus responsables de tout dommage causé à cette aide, d’autant plus que le peuple yéménite dans toutes les provinces a désespérément besoin de plus de nourriture et de soutien sanitaire », a-t-il déclaré.

Vies perdues sans aide médicale

La Haute Commission d’urgence pour la lutte contre le COVID-19 a annoncé mercredi 17 juin que 902 cas de coronavirus avaient été rapportés dans les provinces contrôlées par le gouvernement, dont 244 décès.

Les Houthis n’ont pas encore communiqué le nombre d’infections au coronavirus dans les zones sous leur contrôle, bien qu’un responsable houthi ait admis que la pandémie s’était propagée à Sanaa et dans d’autres régions contrôlées par la milice.

« Les Yéménites dans leur ensemble condamnent les actions des Houthis et leur rétention de l’aide médicale », a affirmé le vice-ministre de la Santé Abdoul-Raqeeb al-Haidari.

« L’aide médicale aurait été une source majeure de fournitures pour les hôpitaux, pour protéger les travailleurs de la santé et sauver des milliers de patients du COVID-19 et d’autres épidémies », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Le COVID-19 ne fait aucune différence entre ses victimes, et les premières sont les travailleurs de la santé, y compris les médecins et les infirmières », a indiqué le Dr Moetaz al-Maqtery, membre du Syndicat des médecins yéménites.

« Une telle aide aurait contribué à protéger les travailleurs de la santé et à sauver des patients », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Tout retard dans l’acheminement de cette aide signifie la mort de dizaines de patients et de travailleurs de la santé, et nous condamnons donc ces actes criminels », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire