Sécurité

L’Iran critiqué pour ses manœuvres « irresponsables et imprudentes » dans le Golfe

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les forces iraniennes ont ciblé cette réplique d’un porte-avions américain avec des missiles lors d’une récente manœuvre militaire largement considérée comme un acte provocateur. [Capture d’écran d’une vidéo de Fars News]

Mardi 28 juillet, la marine américaine a critiqué un Iran « irresponsable et imprudent » pour avoir mené un exercice militaire dans les eaux du Golfe, avec le tir d’un missile sur une réplique de porte-avions, a rapporté l’AFP.

Les experts militaires de la région qu’Al-Mashareq a rencontrés ont décrit les manœuvres terrestres, aériennes et maritimes baptisées « Prophète Mohammed 14 », comme étant « une provocation prévisible » et ont mis en garde contre leurs effets négatifs sur le commerce mondial.

Cet exercice a eu lieu à proximité du détroit d’Ormuz, une voie de navigation vitale pour un cinquième de la production pétrolière mondiale, à un moment où les tensions entre l’Iran et les États-Unis s'intensifient.

« Nous sommes au courant de l’exercice iranien impliquant l’attaque d’une maquette de navire similaire à un porte-avions immobile », a déclaré mardi Rebecca Rebarich, porte-parole de la 5e Flotte américaine.

image

Des vedettes iraniennes participent à des manœuvres militaires qui viennent de se terminer, dirigée par le CGRI près du détroit d’Ormuz. [Capture d’écran d’une vidéo de Fars News]

« Bien que nous soyons toujours attentifs à ce type de comportement irresponsable et imprudent de la part de l’Iran à proximité des voies navigables internationales fréquentées, cet exercice n’a pas perturbé les opérations de la coalition dans la région », a-t-elle ajouté.

Les avis étaient partagés quant à l’impact que cet exercice pourrait avoir sur le commerce mondial.

Rebarich a déclaré que les actions de l’Iran n’avaient pas perturbé « la libre circulation du commerce dans le détroit d’Ormuz et les eaux environnantes », tandis que les experts régionaux prédisaient que le renforcement des tensions aura un impact financier.

Destruction d’une réplique de porte-avions

Au cours de cet exercice, le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) a fait exploser une maquette d’un porte-avions américain avec des missiles, a fait savoir la télévision d’État.

Des images diffusées par la télévision d’État ont montré les forces aériennes et navales du CGRI se préparant à une attaque. Des vedettes se sont déplacées en formation avant que les forces terrestres ne tirent au canon et qu’un missile ne soit lancé depuis un hélicoptère.

La maquette d’un porte-avions de classe Nimitz a été présentée avec des rangées d’avions de chasse factices de chaque côté de sa piste d’atterrissage.

La télévision a ensuite montré des roquettes tirées vers la mer depuis des camions, avant de montrer les dégâts causés à la coque du porte-avions factice.

Un autre missile tiré depuis un hélicoptère a laissé une traînée de fumée avant de sembler s’écraser sur le flanc du faux navire de guerre. Les forces armées ont ensuite été montrées descendant en rappel sur le pont du navire, avant qu’une douzaine de vedettes ne tournent autour.

« Ce qui a été montré aujourd’hui dans ces exercices, au niveau des forces aérospatiales et navales, était entièrement offensif », a déclaré le général Hossein Salami, commandant du CGRI, à la télévision d’État.

En Iran, quelques sites internet nationaux extrémistes ont également parlé de cet exercice.

Selon Mashregh News, des images du satellite iranien Nour ont été utilisées, ce qui « a aidé à coordonner la manœuvre de manière plus précise ».

L’Iran a lancé Nour, son premier satellite militaire, le 22 avril, ce qui est selon les États-Unis une couverture pour son travail sur des missiles, alors que la République islamique a demandé à la communauté internationale des fonds pour l’aider à lutter contre le coronavirus (COVID-19).

« Une provocation prévisible »

Ces manœuvres militaires étaient une provocation prévisible de la part du CGRI, qui cherche à maintenir le Golfe dans un état de tension permanente par tous les moyens possibles, ont affirmé des experts militaires à Al-Mashareq.

Elles se sont déroulées alors que les pays du Golfe et les États-Unis œuvrent pour rétablir le calme et désamorcer les tensions afin d’instaurer la paix et la sécurité dans la région, ont-ils déclaré.

L’expert militaire saoudien Mansour al-Shehri a noté que les récentes manœuvres dans le détroit d’Ormuz étaient « intentionnellement provocatrices ».

Elles sont allées au-delà de simples manœuvres, a-t-il affirmé à Al-Mashareq, et peuvent être considérées comme une menace directe, puisque l’accent a été mis sur la destruction de la maquette d’un porte-avions américain par des missiles guidés.

Il a noté l’implication des soi-disant « forces géospatiales » du CGRI, avec le lancement des mêmes missiles à courte portée que ceux que le CGRI a utilisés pour menacer et attaquer les pays de la région, soit directement soit par ses intermédiaires.

Les Houthis (Ansarallah) les ont utilisés pour attaquer l’Arabie saoudite, a-t-il fait remarquer.

Al-Shehri a déclaré que les unités qui ont pris part aux manœuvres, forces aériennes, missiles, vedettes et plongeurs de la marine, sont les mêmes que celles que le CGRI utilise pour provoquer les pays de la région, notamment les vedettes rapides.

À la mi-avril, les États-Unis ont accusé le CGRI d’utiliser des vedettes pour harceler leurs navires de guerre dans le Golfe.

« Actions d’escalade » du CGRI

« Les actions d’escalade du CGRI se produisent alors que tous les efforts portent sur l’apaisement de la situation au Moyen-Orient et dans le Golfe », a déclaré le chercheur politique Abdoul Nabi Bakkar.

Elles sont de toute évidence destinées à envoyer un message aux États du Golfe et aux forces américaines qui sécurisent les eaux maritimes de la région, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Lorsque l’Iran mène [...] des manœuvres au cours desquelles il détruit des cibles qui représentent des navires présents pour sécuriser la région et les routes des navires commerciaux civils, il signale son intention délibérée de les attaquer à l’avenir », a-t-il indiqué.

Selon Bakkar, les manœuvres militaires du CGRI dans le détroit d’Ormuz ont déclenché des tensions qui auront un impact modéré et durable sur l’économie mondiale.

Elles perturberont considérablement la navigation commerciale mondiale, a-t-il affirmé.

Il est probable que cela incitera les compagnies d’assurance et de navigation à recalculer les risques d’une manière qui pourrait augmenter les dépenses, a-t-il ajouté, à un moment où les efforts mondiaux sont concentrés sur l’aide au commerce pour se remettre de l’impact de la crise du coronavirus.

Êtes-vous satisfait du niveau de sécurité dans votre pays ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire