Sécurité

Des observateurs de la coalition arabe surveillent la trêve au Yémen

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des combattants fidèles au Conseil de transition du Sud, un groupe séparatiste, photographiés dans la province yéménite d’Abyan le 24 juin. La coalition arabe a indiqué avoir déployé des observateurs pour surveiller le cessez-le-feu entre les forces yéménites et les séparatistes du sud. [AFP]

Le déploiement d’observateurs de la coalition arabe pour surveiller le cessez-le-feu récemment déclaré dans la province yéménite d’Abyan entre le gouvernement et les forces séparatistes est une étape importante pour stabiliser la situation, ont déclaré des responsables politiques yéménites.

Cela montre également que la coalition arabe prend au sérieux son engagement pour mettre en œuvre l’accord de partage du pouvoir signé à Riyad en novembre entre le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du Sud (CTS), ont-ils ajouté.

La coalition arabe a annoncé mercredi 24 juin qu’elle avait commencé à déployer des observateurs pour surveiller le cessez-le-feu dans l’Abyan et superviser la séparation entre les forces, conformément aux dispositions de l’Accord de Riyad.

Les forces saoudiennes sont arrivées le jour-même à Shaqra et Cheikh Salem dans la province méridionale d’Abyan, qui a été le théâtre d’affrontements entre les forces yéménites et celles du CTS mardi et dans la nuit, a rapporté l’AFP.

Ces mouvements de troupes se sont déroulés après que les forces du CTS ont pris le contrôle de l’île de Socotra samedi, et après une escalade des affrontements entre les deux camps dans l’Abyan.

La coalition arabe a annoncé lundi que le gouvernement yéménite et le CST avaient tous deux répondu positivement à l’appel en faveur d’un cessez-le-feu complet.

Selon le ministre yéménite de l’Information Mouammar al-Eryani, une délégation de parlementaires yéménites s’est rendue mercredi à Riyad pour discuter de la situation.

Parmi eux se trouvaient le président du parlement, plusieurs députés, les conseillers du président Abdrabbo Mansour Hadi, les représentants des blocs parlementaires et les dirigeants des partis politiques, a-t-il fait savoir.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a indiqué mercredi qu’il fallait exercer davantage de pressions sur tous les belligérants pour garantir une issue positive pour le Yémen.

Son appel a été lancé avant une présentation à huis clos de la situation au Conseil de sécurité des Nations unies par l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Martin Griffiths.

Des « efforts sincères » pour stopper les confrontations

« Le déploiement d’observateurs pour surveiller le cessez-le-feu et la séparation entre les forces est une étape importante dans la mise en œuvre de l’Accord de Riyad », a déclaré le politologue Faisal Ahmed à Al-Mashareq.

« Cela démontre également les efforts sincères de la coalition arabe dirigée par les Saoudiens pour mettre fin aux confrontations militaires qui ont affaibli le gouvernement légitime contre les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran », a-t-il déclaré.

« Bien que le gouvernement et le CTS aient tous deux accueilli favorablement les propositions saoudiennes pour la mise en œuvre de l’Accord de Riyad, des événements se sont déroulés sur le terrain dans certaines provinces du sud », a-t-il ajouté.

« Les tensions ont augmenté entre les deux camps, mais le déploiement d’observateurs aidera à identifier la partie qui entrave les efforts de mise en œuvre de l’Accord de Riyad », a-t-il déclaré.

« Des leaders du gouvernement légitime et du CTS essaient de saper les efforts d’unification et d’arrêt de ces batailles, qui ne font que servir les plans des Houthis », a-t-il déclaré.

Ali al-Sarari, conseiller auprès du Premier ministre yéménite, a déclaré à Al-Mashareq que l’Arabie saoudite joue un rôle « honnête et sincère » pour mettre fin au bain de sang et rétablir la paix.

Il a appelé les commandants militaires sur le terrain à travailler sérieusement pour faire respecter le cessez-le-feu et parvenir à la paix.

Parlant des dernières propositions saoudiennes pour la mise en œuvre de l’Accord de Riyad, il a noté qu’elles « ont donné une impulsion à sa mise en œuvre et contribueront à rétablir la confiance mutuelle et à désamorcer la situation ».

« La mise en œuvre réussie de cet accord implique d’éviter la propagation de la haine, de mettre fin aux appels à la violence et d’interagir positivement avec les efforts saoudiens qui encouragent au dialogue afin de rétablir la paix », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire