Politique

Le gouvernement yéménite et les séparatistes concluent une trêve

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Un véhicule militaire appartenant aux forces séparatistes du sud du Yémen bloque l’entrée d’un bâtiment de l’administration locale sur l’île stratégique de Socotra, le 22 juin. [AFP]

Le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du Sud (CTS) sont convenus d’un cessez-le-feu total et d’une désescalade sur l’île de Socotra et la province d’Abyan en réponse à l’appel lancé lundi 22 juin par la coalition arabe.

Cet accord a été conclu alors que les forces de la coalition arabe interceptaient et détruisaient des drones et des missiles lancés depuis le Yémen contre l’Arabie saoudite par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran, a rapporté l’AFP.

Le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition arabe, a fait savoir que la coalition se félicitait de la réponse positive à son appel pour un cessez-le-feu et une désescalade entre le gouvernement et le CTS, qui ont tous deux combattu les Houthis.

Les deux camps doivent maintenant participer à une réunion dans le royaume pour discuter de la mise en œuvre de cet accord de partage du pouvoir signé à Riyad en novembre, et de la remise en état des commissions politiques et militaires.

« La coalition déplore les récents événements survenus dans plusieurs provinces du sud du Yémen et appelle toutes les parties à donner la priorité aux intérêts nationaux du Yémen et de son peuple ainsi qu’à leur sécurité et leur stabilité », a déclaré al-Maliki.

Elle a appelé à la fin des effusions de sang, au respect de l’Accord de Riyad, au retour à la normale à Socotra, à la conclusion d’un cessez-le-feu à Abyan, et à éviter une escalade dans toutes les autres provinces, y compris dans les médias.

« Le commandement de la coalition déploiera des observateurs sur le terrain dans l’Abyan pour surveiller le cessez-le-feu et la séparation entre les forces », a ajouté al-Maliki.

La coalition arabe « sera aux côtés du Yémen et soutiendra ses efforts pour restaurer son état, sa sécurité, sa stabilité et son intégrité territoriale », a-t-il fait savoir.

« Poursuivre un engagement constructif »

Samedi, les forces du CTS ont annoncé avoir pris le contrôle de l’île stratégique de Socotra après plusieurs jours de conflit armé contre les forces yéménites.

Les forces yéménites ont également affronté les forces du CTS à Abyan et dans certaines parties de la province de Shabwa, suite à léchec de l’application de l’Accord de Riyad.

Le 18 juin, les médias locaux ont rapporté que l’Arabie saoudite avait présenté une nouvelle proposition pour encourager le gouvernement et le CTS à mettre en œuvre cet accord.

Dans une déclaration du 21 juin, l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Martin Griffiths a exhorté toutes les parties à mettre fin à l’escalade militaire, déclarant que « cela va à l’encontre de l’esprit des négociations en cours facilitées par les Nations unies ».

Il a souligné la nécessité de « continuer à s’engager de manière constructive dans les efforts des Nations unies pour soulager les souffrances des Yéménites, compte tenu de la propagation du COVID-19 ».

Lors d’une réunion par vidéoconférence, le gouvernement yéménite a déclaré que son acceptation de la trêve « s’inscrit dans le cadre de son interaction continue et positive avec les efforts des frères saoudiens pour mettre en œuvre l’Accord de Riyad ».

« Aucune autre procrastination ou retard ne peut être toléré, et la soi-disant auto-administration doit être immédiatement annulée et les comités politiques et militaires doivent revenir d’urgence pour commencer à mettre en œuvre l’Accord de Riyad. »

Le CST a également salué l’appel de la coalition arabe en faveur d’un cessez-le-feu dans l’Abyan et d’une désescalade des tensions dans les provinces du sud.

Dans une déclaration relayée par les médias locaux, le porte-parole du CST, Nizar Haitham, a également souligné la nécessité de reprendre immédiatement l’application de l’Accord de Riyad, rappelant le rôle de la coalition arabe dans le soutien à la paix et à la stabilité.

« J’appelle le grand peuple du Yémen du Sud à être patient et à faire preuve de maîtrise de soi », a-t-il déclaré, soulignant la position inébranlable du CST par rapport aux aspirations légitimes des habitants du Sud.

Le leadership de l’Arabie saoudite salué

Nabil Abdoul Hafeez, ministre adjoint des Droits de l’homme, a déclaré que le gouvernement yéménite faisait confiance à l’Arabie saoudite pour mettre en œuvre l’Accord de Riyad.

Cette confiance « découle des efforts saoudiens pour aboutir à cet accord et à sa mise en œuvre, des nombreux efforts déployés pour rapprocher les parties et des nombreuses discussions marathon », a-t-il expliqué.

« Le premier fondement de la mise en œuvre réussie de l’Accord de Riyad est le désir évident et le bon leadership du CTS pour continuer à travailler dans le cadre du gouvernement légitime », a-t-il déclaré.

« Le deuxième fondement est la présence des forces saoudiennes et de la coalition sur le terrain, car leur présence servira de soupape de sécurité pour la mise en œuvre et la normalisation des relations entre le gouvernement [...] et les représentants du CST », a-t-il ajouté.

« Retirer les forces du CST d’Aden, mettre fin à toutes les manifestations de leur présence militaire et former un gouvernement donnera une indication positive de la réussite de la mise en œuvre de l’accord », a indiqué Abdoul Hafeez.

L’analyste politique Adel al-Shujaa a déclaré à Al-Mashareq que la coalition arabe réussirait à mettre en œuvre l’accord si elle revenait à ses objectifs premiers.

La plus importante de ces mesures est la restauration de l’État et de ses institutions des mains des Houthis, a-t-il déclaré, notant que « dans ce cas, toutes les parties respecteront les mesures qui contribueront à maintenir l’unité et la légitimité du Yémen ».

Les forces de la coalition arabe ont réussi à « intercepter et détruire un missile balistique » tiré par les Houthis de Sanaa vers Riyad lors d’une « opération hostile délibérée », a rapporté mardi Al-Maliki.

Les forces de la coalition ont intercepté « huit avions piégés sans pilote lancés contre des cibles civiles et des civils dans le royaume » ainsi que « trois missiles balistiques tirés du gouvernorat de Saada vers le royaume », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire