Manifestations |

L'Iran dissimule 'délibérément' le bilan des victimes et des arrestations selon HRW

Par l'AFP

image

Les manifestants iraniens bloquent une route lors d'une protestation contre la hausse des prix du gasoil à Téhéran, le 16 novembre. [AFP]

Human Rights Watch (HRW) a accusé mercredi 27 novembre les autorités iraniennes de « dissimuler délibérément » les bilans des morts et des arrestations lors d'une répression des manifestations à travers le pays plus tôt ce mois-ci.

Les manifestations ont été déclenchées à travers l'Iran le 15 novembre, soit quelques heures après l'annonce de l'augmentation des prix de l'essence de 200%.

Les bilans des morts et des arrestations ont apparus alors que les forces de sécurité ont été déployées pour freiner les démonstration, qui sont devenues violentes dans certaines zones.

Mais l'étendue de la répression n'est pas claire, en premier lieu à cause de la coupure d'internet imposée lors des émeutes dans une mesure considérée ayant pour but de freiner la prolifération des vidéos sur la violence.

HRW a indiqué que les autorités « dissimulaient délibérément l'ampleur de la répression massive contre les manifestants ».

L'organisme des droits de l'homme les a appelés à « annoncer immédiatement le nombre des morts, des arrestations, des détentions ... et à permettre une enquête indépendante sur les abus présumés ».

Son directeur-adjoint pour le Moyen-Orient, Michael Page, a dénoncé l'Iran qui a jusqu'à présent « refusé de fournir un bilan exact des morts, et menacé de mort des détenus ».

Des organisations de défense des droits humains y compris Amnesty International ont fait état d'au moins 140 morts et 7.000 arrestations dans les manifestations, a affirmé HRW dans un communiqué.

'Stratégie du gouvernement à étouffer la dissidence'

Les responsables ont confirmé la mort de cinq personne et ont annoncé jusque-là l'arrestation d'environ 500 autres, y compris environ 180 « meneurs »

« Maintenir les familles dans le noir quant au sort de leurs proches, attisant dans le même temps un climat de peur et de vengeance, est une stratégie délibérée du gouvernement pour étouffer toute dissidence », a martelé Page.

L'accès à internet est revenu ces derniers jours dans une grande partie du pays, sauf sur les réseaux de téléphonie mobile, selon le site NetBlocks, qui surveille les perturbations de l'internet.

Les États-Unis ont annoncé avoir reçu près de 20.000 messages de l'Iran sur les manifestations, y compris des photos et vidéos après avoir appelé les manifestants à défier les restrictions sur internet. .

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait demandé plus tôt aux iraniens d'envoyer des informations pour que les États-Unis puissent « dévoiler et sanctionner les abus ».

« Nous avons reçu près de 20.000 messages, vidéos, photos et notes des abus du régime à travers les services de messagerie Telegram», a indiqué Pompeo.

« Au peuple courageux de l'Iran qui a refusé de garder le silence sur 40 ans d'abus par le régime, je dis simplement ceci: les États-Unis vous écoutent, nous vous soutenons et nous continuerons à vous soutenir dans votre combat pour un meilleur avenir pour votre peuple et pour votre grande nation», a-t-il confié.

En réponse à l'effort de l'Iran de couper l'accès à l'internet, les États-Unis ont imposé des sanctions sur le ministre de la communication, et ont demandé à Facebook, Twitter et Instagram de suspendre les comptes de dirigeants du gouvernement iranien.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha