Santé |

L'Iran ne se soucie pas de son peuple, déclarent des analystes

Nohad Topalian à Beyrouth et Faris al-Omran

image

Des personnes manifestent à Paris le 6 janvier 2018 pour soutenir le peuple iranien dans le contexte d'une vague de protestations qui se répand partout en Iran à cause de l'économie. [Christophe Simon/AFP]

La répression brutale par le régime iranien d'un incident qui a éclaté dans le centre de l'Iran à la suite de l'utilisation présumée de seringues contaminées montre son traitement dur de son propre peuple et qu'il manque totalement d'empathie pour ses préoccupations, ont indiqué des analystes.

Le mois dernier, des manifestants ont pris d'assaut les bureaux du gouvernement local dans le village iranien de Chenar-e Mahmudi, dans la région de Lordegan de la province de Chaharmahal et Bakhtiari.

Ils ont accusé les autorités locales de négligence, affirmant que des seringues avaient été utilisées plusieurs fois lors d'une campagne de dépistage du diabète et avaient causé un grand nombre d'infections au VIH. Le VIH peut être transmis par des aiguilles contaminées.

Le gouvernement a nié que des infections aient été causées de cette façon, mais plutôt que de rassurer les villageois et leur permettre d'exprimer leurs préoccupations, la police aurait tiré des coups de semonce et des gaz lacrymogènes et procédé à de nombreuses arrestations.

Ce type de réaction brutale n'est que trop familier en Iran, où la liberté d'expression n'est pas respectée et où les manifestations sur toutes sortes de questions sociales, de l'économie à l'habillement des femmes, sont réprimées plutôt qu'écoutées.

Répression des manifestations

Les analystes qui se sont entretenus avec Al-Mashareq ont expliqué que la situation en Iran est susceptible d'exploser à tout moment en raison des actions oppressives du régime iranien qui réprime les manifestations exigeant des conditions de vie décentes.

Les manifestations sont un moyen pour le peuple d'exprimer ses opinions et de revendiquer ses droits, a déclaré le chercheur et analyste politique irakien Anmar al-Droubi.

Mais le peuple iranien s'est vu refuser ses droits les plus élémentaires depuis que le régime des mollahs a pris le pouvoir il y a quarante ans, a-t-il précisé à Al-Mashareq.

Ce régime dur « a poussé l'Iran dans l'abîme, et depuis sa prise de pouvoir a réprimé les Iraniens et imposé de sévères restrictions à leurs libertés publiques et personnelles », a-t-il poursuivi.

« Ils ne peuvent plus exprimer librement leurs opinions ou critiquer les conditions dans lesquelles ils vivent, car les campagnes d'arrestations, les disparitions forcées de dissidents et les accusations portées contre eux continuent », a-t-il déclaré.

« Malgré ces pratiques oppressives, les Iraniens continuent d'exprimer leurs revendications légitimes par des vagues de protestations dans les rues de Téhéran et d'autres parties du pays », a ajouté al-Droubi.

Dégradation de la situation en Iran

Ces dernières années, les manifestations ont gagné en ampleur et en intensité à mesure que les performances des secteurs des services iraniens, et du secteur médical en particulier, ont diminué, a rapporté al-Droubi.

Les Iraniens se plaignent de la détérioration du système éducatif, du manque de services de base et des prix élevés du carburant et d'autres biens de consommation, a-t-il déclaré.

Le régime est responsable de cet état général de détérioration et de déclin intérieur, a-t-il ajouté, notant que la République islamique a été fondée dans le but « d'exporter la révolution iranienne », et que son intérêt est porté vers l'extérieur du pays.

Il a concentré son attention sur la soumission des pays de la région à la doctrine de Wilayat al-Faqih (Tutelle du Juriste), qui demande l'allégeance au Guide suprême Ali Khamenei, a-t-il indiqué.

Cette approche expansionniste et interventionniste a laissé l'Iran isolé sur le plan international et accablé d'un nombre croissant de sanctions.

« Au lieu d'essayer d'écouter le ressentiment populaire causé par l'absence de libertés et de droits, la médiocrité des services et les conditions de vie difficiles, le régime a eu recours à la répression de toute manifestation ou protestation et à l'usage excessif de la force », a-t-il déclaré.

Le régime « pourrait payer cher » son opposition à la volonté du peuple, a-t-il ajouté.

Le régime redoute de perdre son hégémonie

Le régime iranien, « comme tout régime fasciste et autoritaire, ne croit pas aux droits et aux aspirations du peuple », a déclaré l'ancien député irakien Mithal al-Alousi.

« Quand le peuple se révolte, le régime le réprime avec la plus grande cruauté et violence, parce qu'il craint d'être renversé », a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

« Les dirigeants iraniens considèrent chaque manifestation ou activité d'opposition, quelle que soit sa taille, comme une menace directe pour leur pouvoir et leur régime », a-t-il fait savoir.

« Même leurs interventions dans les manifestations qui se déroulent dans les rues d'Irak découlent de leur crainte de perdre leur hégémonie, et du fait qu'elles pourraient donner une motivation morale au peuple iranien pour qu'il intensifie ses protestations contre eux », a ajouté al-Alousi.

La rue iranienne est quant à elle mécontente des politiques du régime, qui n'ont pas réussi à apporter de véritables solutions aux problèmes auxquels la population est confrontée, comme la pauvreté généralisée, la corruption et la négligence des services publics, a-t-il déclaré.

La récente manifestation à Chenar-e Mahmudi était dirigée contre un régime « qui ne tient pas compte des intérêts et de la santé de son peuple », a indiqué la journaliste libanaise Badiya Fahs à Al-Mashareq.

« Il y a une pénurie grave de services dans les zones pauvres, au point que les habitants sont privés d'eau, d'électricité, de routes et d'éducation », a-t-elle rapporté.

Le financement va au CGRI et aux milices

Fahs a attribué l'apathie du régime iranien envers son peuple à un manque d'argent, causé par les importantes dépenses faites par son Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) pour acheter des armes et soutenir des milices étrangères.

Le régime « affame son peuple pour soutenir ses milices », a-t-elle expliqué, ajoutant que ces milices « terrorisent la région ».

Les Iraniens sont enlisés dans la pauvreté, parce que le régime canalise ses ressources vers l'acquisition d'armes pour ses intermédiaires, favorisant ses ambitions expansionnistes et accroissant son influence, a déclaré le politologue Elias al-Zoghbi à Al-Mashareq.

Le régime iranien et le CGRI « ne se sont jamais souciés des droits de leur peuple ou de travailler pour leur fournir un niveau minimum de services », a déclaré le militant politique libanais Luqman Salim.

Le régime dépense beaucoup d'argent pour acheter des armes et financer ses milices au Liban, au Yémen et dans d'autres pays, « tout en négligeant d'investir dans des projets liés aux services et au développement » sur son propre territoire, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

De plus, a-t-il conclu, la répression de la manifestation de Chenar-e Mahmudi est « la preuve de la négligence délibérée d'un régime qui n'aime pas son peuple ».

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha