Manifestations

Les États-Unis déclarent qu'ils vont sanctionner les "abus" de l'Iran contre les manifestants

AFP

image

Les Iraniens passent devant la succursale d’une banque locale endommagée lors de manifestations contre la hausse des prix de l’essence le 20 novembre à Shahriar, à l’ouest de Téhéran. [Atta Kenare / AFP]

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a appelé jeudi 21 novembre les Iraniens à envoyer des photos et d'autres informations documentant la répression dans le cadre de manifestations en cours, tout en promettant de sanctionner les "exactions" commises par la république islamique.

Des manifestations ont éclaté en Iran vendredi dernier, quelques heures après que le prix de l'essence ait grimpé de près de 200%, les troubles se propageant dans de nombreux centres urbains.

"J'ai demandé aux manifestants iraniens de nous envoyer leurs vidéos, leurs photos et des informations documentant la répression du régime contre les manifestants", a déclaré Pompeo dans un message publié sur les médias sociaux.

"Les États-Unis vont exposer et sanctionner les abus", a-t-il ajouté.

Un arrêt quasi total d'Internet a rendu difficile l'obtention d'informations sur les effusions de sang. Les responsables ont confirmé cinq morts, mais Amnesty International a déclaré que le nombre de morts pourrait être bien supérieur à 100.

Le bureau des droits de l'homme des Nations unies a déclaré qu'il était alarmé par des informations selon lesquelles des balles réelles auraient provoqué "un nombre important de morts".

Plus tôt jeudi, le président américain Donald Trump avait accusé l'Iran de bloquer l'Internet pour dissimuler "la mort et la tragédie".

"L’Iran est devenu tellement instable que le régime a fermé tout son système Internet afin que le grand peuple iranien ne puisse pas parler de la violence énorme qui règne dans le pays", a déclaré Trump sur Twitter.

La panne d’internet est restée en grande partie effective jeudi, les Iraniens à l’étranger ont tweeté des hashtags tels que # Internet4Iran et réclamé la fin de la panne.

Le conseil de sécurité nationale a pris la décision de débrancher l'accès à Internet, a déclaré l'agence de presse semi-officielle ISNA.

Les chefs de protestation arrêtés

La mission iranienne auprès de l'ONU a qualifié le bilan d'Amnesty de "spéculatif" et a déclaré que l'Iran était sujet à une "campagne de désinformation".

Dans le même temps, le site officiel du Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI) iranien a félicité les forces armées d'avoir pris "des mesures rapides" contre les "émeutiers" et laissé entendre que le calme était revenu.

Alors que l’Internet est resté pratiquement bloqué pendant un cinquième jour, la télévision d’État a diffusé des images de ce qu’elle a qualifié de rassemblements pro-gouvernementaux pour célébrer la défaite du "complot".

Des responsables de la protestation ont été arrêtés dans la province de Téhéran, Alborz et la ville de Chiraz, dans le sud du pays, a ajouté le journal.

Le responsable iranien de la sécurité, Ali Shamkhani, a promis que toutes les personnes identifiées comme des émeutiers seraient "punies", selon l'agence de presse iranienne Mehr.

Appelle à une "retenue maximale"

L'UE a exhorté l'Iran à faire preuve de la "retenue maximale" dans le traitement des manifestations.

L’Allemagne a condamné jeudi les forces de sécurité iraniennes pour avoir eu recours à une force excessive pour réprimer les manifestations.

"Nous sommes choqués par les informations faisant état de la mort de plus de 100 victimes et condamnons l'action disproportionnée des forces de sécurité iraniennes. Le droit de manifester pacifiquement doit être respecté", a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"Nous appelons les forces de sécurité iraniennes à faire preuve de la plus grande retenue possible", a-t-elle ajouté.

Berlin a également exhorté Téhéran à "lever complètement" le blocus sur l'Internet.

Dans le but d'atténuer les coûts élevés du carburant, l'Iran a commencé lundi à verser des aides en espèces à 40 millions de personnes, et 20 millions de personnes supplémentaires devraient être payées samedi, ont annoncé les médias locaux.

Les dons mensuels - allant de 550 000 rials (4,64 dollars) pour les particuliers à un peu plus de 2 millions de rials (17 dollars) pour les familles de cinq ans et plus - doivent être financés au moyen des recettes provenant d’une réduction des subventions à l’essence.

Mais dans les rues de Téhéran, les gens se sont plaints de difficultés économiques.

"Notre revenu n'a pas du tout augmenté, mais les coûts ont triplé ou quadruplé", a déclaré l'avocat Ehsan. "Si cela continue comme cela, il sera vraiment difficile de gérer les coûts de la vie".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500