Le Bahreïn s'associe aux efforts menés par les États-Unis pour protéger la navigation dans le Golfe

Le Bahreïn a annoncé lundi 19 août qu'il se joindrait aux efforts menés par les États-Unis pour protéger les navires dans le Golfe face aux tensions avec l'Iran après une série d'attaques contre des pétroliers, a annoncé l'AFP.

Le roi Hamad de Bahreïn a exprimé la satisfaction de son pays quant au "rôle des États-Unis dans le soutien à la sécurité et à la stabilité régionales" lors d'une réunion avec le chef du Commandement central américain (CENTCOM), le général Kenneth McKenzie, ont annoncé les médias publics.

"Le roi a confirmé la participation du royaume de Bahreïn à l'effort conjoint visant à préserver la sécurité de la navigation maritime internationale et à sécuriser les corridors internationaux pour le commerce et l'énergie", a rapporté l'agence de presse officielle bahreïnie.

McKenzie a déclaré lundi dans un communiqué qu'il "accueille le Royaume de Bahreïn dans le cadre de la construction de la sécurité maritime internationale".

"J'apprécie la décision de Sa Majesté le Roi Hamad Bin Issa Al-Khalifa de s'associer au Royaume-Uni et aux États-Unis pour jouer un rôle actif dans la préservation de la liberté de navigation, la promotion de la sécurité maritime et la désescalade des tensions régionales", a souligné McKenzie.

Le Bahreïn n'a pas précisé l'étendue de la participation de sa marine.

La Grande-Bretagne, qui a déjà des navires de guerre en service de protection dans le Golfe après la saisie d'un pétrolier sous pavillon britannique par le Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI), a annoncé qu'elle se joindrait à l'opération prévue.

Le Bahreïn, qui héberge la 5ème flotte américaine, a annoncé le mois dernier qu'il coorganiserait une conférence avec les États Unis sur "la sécurité de la navigation maritime et aérienne", prévue pour octobre.

L’Iran a saisi trois pétroliers dans les eaux stratégiques du Golfe depuis le mois dernier, dont un navire battant pavillon britannique.

Cela s'est produit après que les Royal Marines britanniques aient aidé à saisir un pétrolier transportant du pétrole iranien au large du territoire britannique de Gibraltar à l'étranger, le 4 juillet.

La Grande-Bretagne soupçonnait qu'il était destiné à la Syrie au mépris des sanctions de l'UE, ce que l'Iran nie.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha