Sécurité

La marine américaine soutient la sécurité maritime régionale

Mohammed al-Jayousi à Manama

image

Cette photo prise en janvier 2015 par la marine américaine montre un F/A-18F Super Hornet décollant du porte-avions USS Carl Vinson, alors que le navire effectue des opérations de vol dans la zone de responsabilité de la 5e flotte des États-Unis, en soutien à l'opération Inherent Resolve. [AFP PHOTO/OFFICIEL/MARINE AMÉRICAINE/MC2 JACOB G. SISCO] 

Grâce à sa présence dans les eaux régionales en soutien aux nations partenaires, le Commandement central des forces navales des États-Unis (NAVCENT) a clairement exprimé son engagement envers la sécurité, le commerce et le transport maritimes sûrs, ont déclaré des politologues.

Le NAVCENT fournit un large soutien de sécurité maritime aux Forces maritimes combinées (FMC), une force de 33 pays destinée à lutter contre le terrorisme et la piraterie, à encourager la coopération régionale et à promouvoir un environnement maritime sûr.

Il assure également un soutien direct aux marines du Golfe et de la région, a précisé à Al-Mashareq Abdoullah al-Junaid, politologue bahreïnien.

Les forces navales régionales et internationales « partagent la responsabilité commune de garantir le transit normal du transport régional à travers le détroit d'Ormuz, la mer d'Arabie, le détroit de Bab el-Mandeb et d'autres voies navigables importantes », a-t-il expliqué.

image

Un navire de guerre de la marine américaine a apporté une aide médicale à un bateau iranien en détresse dans le centre du Golfe persique le 5 février. [Archive]

La 5e flotte des États-Unis, stationnée à Bahreïn, est appuyée par les forces navales britanniques et françaises dans ses efforts pour protéger « la sécurité et la stabilité des eaux territoriales contre toute menace terroriste ou militaire », a indiqué al-Junaid.

« Une barrière contre les menaces iraniennes »

La coopération navale « a repoussé de nombreuses menaces » contre la navigation maritime dans la région, a affirmé al-Junaid.

Ces menaces incluent l'utilisation de bateaux piégés télécommandés par l'Iran et les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, et le lancement de missiles contre des navires civils, a-t-il déclaré, ainsi que des mines marines placées par l'Iran.

Ces mines ont été installées « en violation flagrante » des lois internationales de navigation maritime, a-t-il fait savoir, et elles nuisent aux intérêts politiques et économiques de la région.

Développer les capacités de détection des menaces et de confinement ne peut se faire que par l'échange d'expertise et la mise en place d'exercices conjoints intensifs dans les eaux régionales, a expliqué al-Junaid.

La présence de la marine américaine dans la région et ses efforts pour sécuriser la navigation maritime sont devenus « un besoin fondamental reconnu par tous les pays de la région », a déclaré à Al-Mashareq le politologue saoudien Abdoulrahman al-Mulhim.

Cela a servi de « barrière contre des menaces iraniennes répétées et a empêché les attaques contre les intérêts commerciaux et économiques », a-t-il ajouté, notant que l'Iran représente toujours une menace pour les frontières de navigation maritime.

« Les solides relations stratégiques entre le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et les États-Unis ont permis d'améliorer l'échange d'informations et d'expertise pour aider la sécurité maritime », a indiqué al-Mulhim.

Cela contribuera à améliorer la sécurité dans ces couloirs vitaux de transport, a-t-il poursuivi.

Soutien à la sécurité régionale

Près de 80 % du commerce international passent par ces voies navigables stratégiques, a expliqué la journaliste bahreïnienne Tamam Abou Safi à Al-Mashareq, notant que « 60 % du pétrole mondial sont originaires de la région du Golfe ».

Les États-Unis ont fourni plusieurs formes de défense et d'aide à la sécurité pour protéger ces eaux navigables et faciliter la libre circulation commerciale, signant des accords militaires et établissant des bases militaires à Bahreïn et au Koweït, a-t-elle déclaré.

Cet engagement envers la sécurité maritime implique aussi « un soutien logistique, la formation d'un personnel militaire dans la région et des exercices militaires communs », a-t-elle indiqué.

Ces exercices servent à envoyer « des messages clairs à tout futur ennemi potentiel et à améliorer l'efficacité des forces navales dans la région », a expliqué Abou Safi, notant que les eaux régionales couvrent une grande zone.

« Sans la présence des forces américaines, les pays de la région n'auraient pas pu contrôler les activités illégales qui s'y déroulent, dont les activités terroristes, le trafic de drogue et d'armes, la piraterie et le trafic d'êtres humains », a-t-elle déclaré.

En plus de leur présence militaire, les forces navales américaines ont joué un rôle humanitaire dans les eaux régionales en intervenant pour secourir des bateaux de pêche et d'autres navires en détresse.

« Le rôle humanitaire assuré par les forces navales communes n'exclut pas les navires iraniens », a fait savoir à Al-Mashareq le chercheur et politologue Adnan al-Humairi.

Le 5 février, un navire de combat iranien dans le centre du golfe Persique a demandé une aide sanitaire à un navire militaire américain. Ce dernier a répondu, et deux hommes à bord du vaisseau iranien ont été examinés et soignés.

Aimez-vous cet article?
6
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Les guerres détruisent les pays.

Répondre