Criminalité et Justice |

Les tribunaux d'Egypte interrogent les accusés d'attaques contre des églises

Par Ahmed al-Charqawi

image

Des proches portent les cercueils des victimes de l'explosion à l'église Saint-Marc à Alexandrie lors d'un cortège funèbre au monastère de Mar Mina dans la ville voisine de Borg el-Arab le 10 avril. [Mohamed el-Shahed / AFP]

La poursuite militaire en Egypte a commencé son interrogatoire provisoire contre 41 accusés d'attentats contre trois églises égyptiennes, ont déclaré des responsables à Al-Mashareq.

Cette démarche est une étape initiale avant que les accusés - tous liés à "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) - soient traduits en justice.

Plus de 70 civils et membres des forces de police sont morts lors d'attaques suicides visant des églises au Caire en décembre et à Tanta et Alexandrieen avril.

Les agences de sécurité ont identifié les trois kamikazes qui se sont fait exploser à l'aide de gilets explosifs, et des enquêtes ont révélé des liens entre les trois, tous appartenant au groupe "Soldats du caliphat".

Le procureur égyptien a précédemment enquêté sur l'affaire, dans laquelle 41 sont accusés, certains en détention provisoire et d'autres en fuite, et les ont renvoyés devant le tribunal militaire.

Selon une source judiciaire, les soldats du caliphat sont un groupe relevant de Wilayat Sinai affilié de l'EIIS, créé sur les ordres d'Ezzat Mohammed, qui est l'un des accusés.

"La principale tâche du groupe était de cibler les coptes en Egypte", a déclaré la source.

Mohammed, un membre de Wilayat Sinai, a communiqué avec son ami proche Amr Saad, un autre accusé, pour former une cellule affiliée afin d'attaquer les provinces égyptiennes en dehors du Sinai, a souligné la source.

"Saad a recruté des dizaines de jeunes hommes, principalement du gouvernorat d'al-Menya et incluant les kamikazes Mamdouh Amine et Mahmoud Hassan Moubarak, qui ont fait exploser les églises d'Alexandrie et d'Al-Gharbiya", a ajouté la source.

Saad a également recruté un médecin fugitif, Mohab Mustafa, ainsi que certains de ses amis proches, et ils ont voyagé au Sinaï, a-t-elle affirmé.

Selon la source, Saad a réussi à convaincre les accusés d'adopter l'idéologie takfiri.

"Mahmoud Chafiq Mohammed, qui s'est fait exploser à l'église Saint-Pierre et Saint-Paul au Caire, tuant 29 personnes, recevait des ordres directs d'Ezzat Mohammed et n'était pas membre de la cellule de Saad", a ajouté la source.

Pénalités sévères pour crimes terroristes

Les poursuites militaires se sont appuyées sur les enquêtes sur les agences de sécurité, les aveux de 10 détenus et les témoins qui ont confirmé que les accusés ont adopté l'idéologie takfiri, a déclaré la source.

S'ils sont reconnus coupables, les accusés devraient recevoir la peine de mort.

Selon l'avocat de la défense Ahmed Saad, la poursuite militaire a interrogé les accusés et l'affaire devrait être portée devant le tribunal militaire bientôt.

"Le renvoi des accusés aux tribunaux militaires est conforme à la loi et à la constitution égyptienne et vise à dissuader les groupes terroristes et à endiguer les sanctions contre les personnes impliquées dans les attaques", a déclaré l'ancien chef adjoint de l'agence de sécurité publique, Fouad Allam.

Les attaques récentes indiquent que l'EIIS a une présence dans les villes égyptiennes, Allam a déclaré à Al-Mashareq, et "qu'il a recruté de nombreux jeunes hommes qui sont capables de mener des actes hostiles contre l'Egypte lorsqu'ils ont une chance".

Il a souligné la nécessité de faire face au terrorisme à tous les niveaux, y compris par voie intellectuelle et religieuse.

Le succès de l'EIIS dans la réalisation d'attaques dans les villes égyptiennes et la mesure de cette échelle de dégâts montre qu'il reçoit des des renseignements provenant de diverses sources, a déclaré le spécialiste en sécurité, le général Hamdi Bekhit.

"Cela montre également que le groupe a la capacité de former ses membres et de les convaincre de mener des opérations suicide et de faire passer des explosifs en profondeur en Egypte", a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
2
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha