Terrorisme

L'Egypte montre sa solidarité après les attentats des églises

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les prières sont récitées sur les cercueils des victimes de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" après une attaque le 9 avril contre l'église copte de Saint-Marc à Alexandrie. [Mina Magdi / Al-Mashareq]

Les Égyptiens de toutes les affiliations religieuses témoignent de solidarité avec les victimes et les familles des attaques du dimanche des Rameaux dès qu'ils aient eu lieu, ont déclaré les musulmans et les chrétiens de toutes les couches sociales à Al-Mashareq.

Les terroristes ne font pas la différence entre les musulmans et les chrétiens lorsqu'ils commettent leurs crimes, ont-ils déclaré, étant donné que leur but est de remuer les conflits sectaires et de détruire la société égyptienne.

Le premier attentat à l'explosif, à l'église Saint-Georges à Tanta, a tué 27 personnes, a déclaré le ministère de la Santé. Le second a frappé à l'extérieur de l'église Saint-Marc à Alexandrie, tuant 17, après qu'un kamikaze a été empêché d'entrer dans le bâtiment.

Au moins 70 autres personnes ont été blessées lors des dernières attaques contre la communauté copte égyptienne, toutes deux revendiquées par "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL).

Suite aux attaques, le gouvernement égyptien a annoncé trois jours de deuil public pour les victimes et leurs familles.

Lorsque l'Etat déclare une période de deuil, des tentes sont installées dans toutes les régions pour recevoir des personnes qui sont venues témoigner de leurs condoléances, a déclaré l'archevêque Michael Bakhos de l'église St. Mina à Gizeh à Al-Mashareq.

"Les martyrs sont considérés comme des martyrs de l'Egypte", a-t-il indiqué.

Les Egyptiens ont répondu aux attaques avec rage et condamnation, sans tenir compte du fait que les victimes soient chrétiennes ou musulmanes, a-t-il ajouté.

En dépit des tentatives de l'EIIL de remuer les conflits sectaires, a souligné Bakhos, "les Egyptiens ont confirmé à plusieurs reprises la solidarité entre eux, et les efforts terroristes pour les déchirer ont échoué".

Les survivants donnent du sang

Lorsque l'explosion a eu lieu, le propriétaire d'une boutique d'Alexandrie, Abbas al-Shaker, 50 ans, se trouvait à quelques bâtiments de l'église Saint-Marc.

Il attendait que la messe finisse pour pouvoir rencontrer ses amis coptes et les féliciter à l'occasion de la fête, comme il le fait chaque année, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Il se rend parfois à l'église, a-t-il ajouté, mais cette année, il est arrivé trop tard.

Au moment où il a entendu l'explosion, il a senti que l'église était la cible, a-t-il dit, à la lumière des préoccupations récentes concernant les attaques contre les chrétiens, et il s'est rendu immédiatement sur les lieux.

La poussière et la fumée s'élevaient de la région, a-t-il indiqué, et le personnel de sécurité se précipitait sur les lieux.

Il ne pouvait pas se rapprocher pour se rassurer de ses amis à cause du cordon de sécurité, alors il s'est dirigé à l'hôpital où les équipes d'urgence médicale avaient transporté les blessés, a fait savoir al-Shaker.

"Sans même penser, je suis allé à la banque de sang pour faire un don de sang, car je savais qu'il y aurait un besoin urgent de tous les types de sang afin de traiter les blessés", a-t-il ajouté.

Pendant qu'il y était là, beaucoup de jeunes, principalement des musulmans, se sont afflués pour faire de même.

'Tous les martyrs égyptiens'

Le lien entre les musulmans et les chrétiens d'Alexandrie est unique, a affirmé al-Shaker, notant que les relations entre les deux groupes ont été bonnes et qu'il y a toujours de la solidarité en temps de crise ou de célébration.

"Ceux qui sont morts dans les attaques sont tous des martyrs égyptiens, indépendamment de leur affiliation religieuse", a déclaré Sheikh Abdoul Zahir Shehata, membre du comité des fatwas de l'Université d'Al-Azhar, qui ensigne à la faculté de la Sharia et de droit à l'université d'al-Azhar.

"Malgré la tension que tout le monde a ressentie pendant et après les attaques, la solidarité sociale et nationale était claire dans la plupart des régions d'Egypte", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Dans les deux églises, les musulmans et les chrétiens se sont précipités pour sauver les blessés et essayer de sauver ceux qui pouvaient être sauvés, a-t-il dit.

Les jeunes musulmans et chrétiens sont descendus dans la rue ensemble dans des manifestations spontanées dénonçant le terrorisme, a-t-il déclaré, "indiquant que le plan de l'EIIL visant à remuer les conflits entre les Egyptiens et entre les musulmans et les coptes en particulier a échoué".

Les récpercussions des attentats du dimanche impliqueront inévitablement des efforts accrus pour sensibiliser la sécurité et promouvoir une religion modérée, a déclaré Shehata.

Cela doit être fait par les clercs musulmans et chrétiens, a-t-il dit, en plus des établissements d'enseignement étatiques et privés et des organisations de la société civile.

La terreur n'épargne personne

Le policier Mohammed Rifaat al-Mansa, tué dans l'attentat de Tanta, avait été affecté à travailler dans la zone de l'église Saint-Georges, a déclaré son proche Mahmoud Qassem al-Mansa, 45 ans, professeur privé d'al-Sharqiya.

Al-Mansa était un musulman dont le père a travaillé comme prédicateur au ministère des Waqfs, a indiqué Mahmoud à Al-Mashareq.

"Sa mort est la preuve que le terrorisme n'épargne absolument personne et que tous doivent travailler ensemble pour l'affronter, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Egypte", a-t-il souligné.

Beaucoup de zones à Tanta et dans la province voisine d'al-Sharqiya ont mis en place des tentes de deuil comme expression de solidarité avec les victimes, a ajouté Mahmoud.

"Le père de la victime est connu pour sa prédication modérée, sa promotion de la tolérance et son rejet du terrorisme et de l'idéologie extrémiste, étrangère à l'Islam", a affirmé son proche.

Depuis qu'il a reçu la parole de la mort de son fils, a ajouté Mahmoud, le père du policier est resté complètement silencieux, en répétant une seule phrase: "Repose en paix, martyr de la patrie".

Opérations de loups solitaires

Les attaques contre les églises coptes interviennent alors que l'EIIL fait face à une pression croissante au Sinaï , où l'armée égyptienne a détruit des cachettes de l'EIIL, des caches d'armes et des véhicules, a déclaré l'expert militaire, le général de division Talat Moussa, un officier militaire égyptien à la retraite.

Les attaques sur le continent peuvent être perçues comme des "attaques de vengeance", a-t-il déclaré à Al-Mashareq, notant que les auteurs avaient cherché des points faibles pour s'y infiltrer.

Les célébrations religieuses ont eu lieu dans 2626 églises le jour de l'incident, a déclaré Moussa, ajoutant que "le double attentats à l'explosif n'indique pas la sécurité laxiste ou le manque de sérieux dans la lutte contre les menaces terroristes".

"Au contraire, l'EIIL a mené des attaques de loups solitaires , qui constituent l'un des types d'opérations les plus difficiles à contrecarrer", a-t-il expliqué.

L'attaque d'Alexandrie a eu lieu à l'entrée de l'église, après que l'officier de police chargé de la sécurité de l'église, qui se trouvait à l'entrée principale de la cour de l'église, a appréhendé l'auteur, a-t-il dit.

"Si le kamikaze avait réussi à entrer dans l'église, le nombre de victimes aurait été plus élevé", a-t-il déclaré, notant que beaucoup de victimes étaient des policiers.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500