Terrorisme

Des soldats tués dans une attaque d'al-Qaïda sur un point de contrôle à Abyan

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des combattants des Forces de la ceinture de sécurité entraînées par les EAU et dominées par des membres du Conseil de transition du sud, gardent un point de contrôle dans la banlieue de la province d'Abyan le 29 août 2019. [Saleh al-Obeidi/AFP]

Des éléments d'al-Qaïda ont attaqué lundi 7 décembre un point de contrôle des Forces de la ceinture de sécurité dans la province d'Abyan au Yémen tuant six soldats, ont fait savoir des forces de sécurité.

« Des hommes armés d'al-Qaïda ont lancé une attaque surprise sur un point de contrôle des Forces de la ceinture de sécurité à l'entrée de Lawdar», a annoncé le département de l'orientation morale des Forces de la ceinture de sécurité au Conseil de transition du sud (CTS) dans un communiqué.

Cinq soldats ont été tués sur le champ, et le sixième a succombé plus tard à ses blessures, a expliqué le communique.

Le Président du Yémen Abd Rabbu Mansour Hadi a envoyé un message de condoléance aux familles des victimes.

Al-Qaïda a profité du retard dans l'application de l'Accord de Riyad pour mener des attaques, y compris l'attaque de lundi à Lawdar, a signalé le ministre délégué des droits de l'homme Nabil Abdoul Hafeez.

C'était une année entière depuis que le gouvernement du Yémen et le CTS ont signé l'accord du partage de pouvoir , qui stipule la formation d'un gouvernement national de technocrates avec une représentation égale entre le nord et le sud.

L'accord appelle aussi à l'intégration des forces du CTS dans les forces de l'armée et de sécurité yéménites, a expliqué Abdoul Hafeez.

« Les retards dans l'exécution de l'accord de Riyad créeront des lacunes qui sont contre les intérêts du gouvernement légitime, le CTS, les forces nationales et le pays en général», a-t-il affirmé.

« L'accord de Riyad visait à unifier les forces nationales sous un gouvernement travaillant avec un esprit national et coordonner les efforts contre le principal ennemi, les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran», poursuit-il.

Le but est de mettre fin au coup d'État mené par les Houthis, a-t-il confié.

Abdoul Hafeez a exhorté toutes les parties à faire avancer l'exécution des aspects militaires et politiques de l'accord.

« Nous demandons à tout le monde de recourir à la raison et d'aller de l'avant dans l'application de l'accord de Riyad», a-t-il souligné.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500