Droits de l'Homme

Amnesty: demandes de responsables des prisons iraniennes concernant l'aide pour lutter contre le virus ignorée

Par l'AFP

image

Une photo prise le 2 septembre 2014 dans la capitale iranienne Téhéran montre des statues en bronze exhibées dans la cour de la prison Qasr, une ancienne prison qui accueillait des prisonniers politiques et transformée en musée en 2012. [Atta Kenare/AFP]

Le gouvernement de l'Iran a ignoré des demandes répétées de hauts responsables de prisons d'aide pour contenir le coronavirus dans les prisons surpeuplées du pays, a annoncé Amnesty International vendredi 31 juillet.

Mais tout en ignorant ces demandes, la République islamique a trouvé les fonds pourun exercice militaire d'envergure dans les eaux du Golfe , près du détroit d'Ormuz.

Amnesty a affirmé avoir lu des copies de quatre lettres au ministère de la Santé signées par des responsables à l'Organisation des prisons en Iran, « tirant la sonnette d'alarme sur les graves manques de matériel de protection, de produits désinfectants et de matériel médical essentiel ».

Le ministère « n’a pas répondu et les prisons iraniennes demeurent sous-équipées de façon catastrophique face aux épidémies », a indiqué l’ONG basée à Londres dans un communiqué.

image

Une femme iranienne, portant un masque de protection, marche dans une rue de Téhéran le 22 juillet, durant la pandémie de COVID-19. [Atta Kenare/AFP]

L'Iran lutte pour contenir l'éruption du nouveau coronavirus (COVID-19) depuis l'annonce de ses premiers cas le 19 février. Les autorités ont confirmé plus de 16.000 décès dans la République islamique à ce jour.

Amnesty a noté que le chef du bureau de santé à l'Organisation des prisons avait adressé la première lettre au ministère de la Santé demandant l'aide le 29 février, avec des lettres de suivi envoyée le 25 mars, 12 mai, 14 juin et 5 juillet.

La lettre de mars a demandé des produits désinfectants et matériel de protection pour couvrir trois mois, y compris un million de litres de désinfectants pour sol et 5,4 millions de masques, selon Amnesty.

'Défaut de protection des prisonniers'

« Ces lettres officielles fournissent une preuve acablante du terrible échec du gouvernement à protéger les prisonniers», a précisé Diana Eltahawy, directrice adjointe régionale d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Amnesty a indiqué que les lettres sont « en contraste frappant » avec les déclarations publiques du chef de la justice, Asghar Jahangir, qui a félicité l'Iran pour ses initiatives « exemplaires » pour protéger les prisonniers de la pandémie.

L'ONG a déclaré avoir « reçu des rapports affligeants de prisonniers montrant des symptômes de COVID-19 qui ont été négligés pendant quelques jours, même s'ils souffrent de problèmes préexistants cardiaques et pulmonaires, diabètes ou asthme ».

«Quand leur état se détériore, plusieurs sont simplement mis en quarantaine dans une section séparée dans la prison ou en confinement solitaire, sans accès aux soins médicaux appropriés», a présumé l'ONG.

Depuis mars, plus de 100 000 détenus iraniens ont bénéficié de permissions de sortie ou remises de peine afin de limiter la propagation de la pandémie dans les prisons.

Mais des experts de l’ONU ont affirmé que les détenus relâchés sont maintenant remis en prison, malgré une deuxième vague du virus dans le pays.

« Nous appelons à nouveau les autorités iraniennes à régler d'urgence le surpeuplement dans les prisons, particulièrement en libérant immédiatement et sans condition tous ceux détenus pour l'exercice pacifique de leurs droits », a souligné Eltahawy.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500