Sécurité

Les États-Unis répondront aux attaques des intermédiaires de l'Iran, rapportent des experts

Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

Des soldats américains montent la garde sur le toit de l'ambassade des États-Unis à Bagdad le 1er janvier. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Avec l'élimination du haut commandant militaire iranien Qassem Soleimani, les États-Unis ont envoyé un message clair indiquant qu'il n'hésiteront pas à protéger leurs citoyens, leurs intérêts et leurs alliés contre les attaques de l'Iran ou de ses intermédiaires, ont expliqué des experts.

La frappe américaine qui a tué le commandant de la Force al-Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique a « renversé l'hypothèse » selon laquelle Soleimani était inarrêtable, a déclaré Ahmed Khalil al-Kamali, professeur de sciences politiques à l'université d'Aden.

« Cela a également diminué l'idée que ses déplacements étaient entourés du plus grand secret et que personne ne pouvait le trouver », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

« Les intermédiaires de l'Iran sont toujours sous le choc, bien qu'il se soit passé [deux mois] depuis l'élimination de Soleimani », a-t-il déclaré.

Les milices soutenues par l'Iran au Yémen, au Liban, en Syrie et en Irak sont désormais inquiètes, car si les États-Unis ont pu traquer et tuer Soleimani, elles sont elles aussi vulnérables, a rapporté al-Kamali, notant que Soleimani se déplaçait régulièrement pour les rencontrer.

Elles pourraient maintenant « hésiter lorsqu'elles envisagent de menacer les intérêts ou les citoyens américains », a-t-il déclaré, ainsi que les alliés des États-Unis.

Les États-Unis répondront aux menaces

L'assassinat de Soleimani a prévenu les adversaires des États-Unis que ces derniers « ne resteront plus silencieux » face au harcèlement de l'Iran ou aux attaques menées par ses intermédiaires, a déclaré al-Kamali.

Il envoie un signal indiquant « qu'à l'avenir, les États-Unis élimineront leurs ennemis de manière préventive, et avant qu'ils ne nuisent à leurs citoyens ou à leurs intérêts », a-t-il poursuivi.

Les États-Unis avaient mis en garde contre les conséquences des attaques sur leurs citoyens et leurs intérêts, « mais l'Iran et ses intermédiaires pensaient que Washington ne donnerait pas suite à ses menaces », a déclaré Entifadh Qanbar, président du Parti constitutionnel irakien du futur.

« La mise à mort de Qassem Soleimani a été le coup qui les a ramenés à la réalité », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« La seule chose qui peut être certaine est que Washington n'ignorera pas et ne restera pas sans rien faire lorsque ses citoyens ou ses intérêts dans la région seront menacés », a-t-il déclaré.

On peut maintenant supposer que « les États-Unis peuvent mener des opérations préventives pour déjouer les menaces », a ajouté Qanbar, notant que « l'élimination de Soleimani pour son implication dans le meurtre de citoyens américains est la meilleure preuve de cette hypothèse ».

« Des roquettes Katyusha menacent le personnel de l'ambassade américaine à Bagdad et ceux qui travaillent sur les bases irakiennes pour aider l'armée irakienne dans sa guerre contre le terrorisme », a-t-il déclaré. « Je doute que Washington continue à garder le silence face à de telles menaces ».

« Les zones à partir desquelles les roquettes sont lancées contre les intérêts américains connaissent une présence active de milices affiliées à l'Iran, telles que la Kataeb Hezbollah et Harakat al-Nujaba », a-t-il déclaré, soulignant que les États-Unis en sont parfaitement conscients.

En fait, a ajouté Qanbar, les responsables américains ont informé les autorités irakiennes il y a quelque temps « qu'ils répondront d'une manière qu'elles jugent appropriée pour la défense de leurs intérêts et de leurs objectifs en Irak ».

Une réponse « sévère et claire »

L'élimination de Soleimani « a contraint plusieurs parties accusées de miner la stabilité de la région à recalculer leur stratégie en ce qui concerne les menaces envers les intérêts américains », a rapporté l'expert militaire saoudien Abdoullah al-Qahtani à Al-Mashareq.

« Ces dernières années, l'hypothèse générale était que les Américains ne répondraient pas à ces menaces ou tentatives de montrer les muscles par l'Iran ou ses milices affiliées », a déclaré al-Qahtani.

Mais lorsque des citoyens américains ont été menacés, « la réponse a été sévère et claire », a-t-il indiqué, ajoutant que la réponse a été ciblée et menée avec précision, de sorte qu'il n'y a eu aucune perte de vie innocente dans le processus.

Il est probable que la réponse sera tout aussi rapide, a-t-il ajouté, « si les intermédiaires de l'Iran ou l'Iran lui-même répétaient des menaces similaires ».

« La prochaine fois, la réponse sera peut-être encore plus forte », a-t-il prévenu.

Aimez-vous cet article?
10
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire