Sécurité |

La mort de Soleimani ébranle le Hezbollah, indiquent des analystes

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, fait l'éloge funèbre de Qassem Soleimani, commandant de la FQ-CGRI et d'Abou Mahdi al-Muhandis, tous deux tués lors d'une attaque américaine le 3 janvier à Bagdad. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Des analystes et des opposants au Hezbollah au Liban ont déclaré que la milice fidèles à l'Iran a été ébranlée par la mort du général de division Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI) vendredi 3 janvier.

La Force Qods de Soleimani était chargée des opérations extérieures du CGRI et de ses intermédiaires, parmi lesquels le Hezbollah libanais.

La décision américaine de tuer Soleimani « était une décision stratégique visant la deuxième figure la plus puissante du commandement iranien », a expliqué Hassan Qotb, directeur du Centre libanais de recherche et de conseil.

« L'Iran a perdu l'un de ses principaux piliers qui dirigeait les opérations militaires et de sécurité dans la région de manière réfléchie et harmonieuse, du Yémen au Liban, pour servir les intérêts et les objectifs stratégiques de l'Iran », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Les dirigeants des milices affiliées à l'Iran doivent maintenant se sentir perdus sans Soleimani, qui contrôlait et dirigeait leurs affaires, a-t-il ajouté.

Les dirigeants des milices alignées sur le CGRI, en particulier ceux du Hezbollah, « sont maintenant sans couverture et sans protection et pensent qu'ils pourraient être pris pour cible », a déclaré Qutb.

'Remplacer Soleimani n'est pas facile'

« Le commandement iranien est en difficulté, car il n'est pas facile de remplacer Soleimani par quelqu'un capable de mener à bien ses plans », a précisé Qutb.

Bien que le guide suprême de l'Iran Ali Khamenei ait rapidement nommé le général de division Ismael Qaani pour remplacer Soleimani, plusieurs officiers proches du commandant de la FQ-CGRI tué ont péri à ses côtés, a noté Qotb.

Soleimani « était chargé des dossiers extérieurs sensibles et a dirigé la confrontation armée contre les opposants politiques et idéologiques de l'Iran à l'intérieur et à l'extérieur du pays, en Liban, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Afghanistan », a-t-il déclaré.

Qotb a noté que Soleimani « se déplaçait entre ces pays sans prévenir et sans passer par les procédures de contrôle aux frontières ».

Les milices dans ces pays suivaient ses ordres et ses directives, a-t-il indiqué, ajoutant qu'il y aura des répercussions « énormes » suite à son absence de l'arène politique et sécuritaire.

La mort de Soleimani survient alors que l'Iran est confronté à des crises internes et externes croissantes, a fait savoir l'érudit religieux Cheikh Mohammed Ali al-Haj al-Ameli, cofondateur du Mouvement de réforme chiite au Liban.

Le Liban traverse sa propre crise, a-t-il précisé, des milliers de personnes descendant dans la rue pour manifester contre la corruption et la détérioration de la situation économique.

Il se peut que le Hezbollah essaie d'exploiter la mort de Soleimani pour « galvaniser la détermination de ses partisans » et détourner leur attention vers d'autres questions, a-t-il déclaré.

Impact sur les milices soutenues par l'Iran

La mort de Soleimani est une perte énorme pour tous les affiliés du CGRI, en particulier le Hezbollah, a déclaré l'analyste politique Elias al-Zoghbi à Al-Mashareq.

« Toutes les milices dirigées par l'Iran ont été profondément touchées par l'assassinat de Soleimani », a-t-il affirmé, notant que le commandant de la FQ-CGRI n'était pas un agent ordinaire, mais qu'il était le point focal majeur de la politique expansionniste de l'Iran.

Aujourd'hui, Téhéran « ne peut tolérer aucune erreur tactique commise par le Hezbollah ou une autre milice » alignée sur le CGRI, a indiqué al-Zoghbi.

C'est pourquoi l'éloge funèbre du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah pour Soleimani dans la banlieue sud était largement de nature rhétorique et ne pouvait pas être considéré comme un appel à une action explicite et spécifique, a-t-il expliqué.

L'assassinat de Soleimani « a réduit à zéro toutes les marges d'erreur du Hezbollah au Liban et des Forces de mobilisation populaire en Irak », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
36
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha

Ce ne sont que des mensonges. Personne ne devrait penser qu'il a été blessé. Hezbollah

Répondre