Sécurité |

Des mois de provocation ont précédé l'attaque contre Soleimani

Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

Les forces antiterroristes irakiennes montent la garde devant l'ambassade américaine de Bagdad le 2 janvier après qu'elle a été prise d'assaut et assiégée par des manifestants pro-iraniens. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

La mise à mort du général iranien Qassem Soleimani par les États-Unis début janvier fait suite à plus d'une vingtaine d'actes d'agression dans la région qu'il avait personnellement supervisés, ont expliqué des experts et des analystes à Al-Mashareq.

Le commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI-FQ) était directement responsable de la mort et des blessures de personnes innocentes, et a sapé la sécurité et la stabilité dans les pays de la région, ont-ils affirmé.

En tant que chef de la Force Qods, qui supervise les opérations extérieures du CGRI, Soleimani a été la force motrice de l'ingérence et des menaces régionales de l'Iran.

« L'élimination de Soleimani s'apparentait plus à l'ablation d'une tumeur cancéreuse », a déclaré le chercheur Ahmed Abdel Salam du Centre d'études et de recherches juridiques de la faculté de droit de l'université du Caire.

Entre mars 2018 et le jour de sa mort, Soleimani « a été impliqué dans plus de 20 activités menaçant la sécurité qui sont classées comme actes terroristes dans la région, dans des pays où l'Iran intervient négativement », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

En Irak, des milices soutenues par l'Iran ont tiré des missiles sur des camps irakiens accueillant des forces internationales, et un missile envoyé contre le camp K1 dans la province de Kirkouk a tué un entrepreneur américain et blessé plusieurs soldats américains et irakiens.

Il y a eu une attaque à la roquette contre le consulat américain à Bassorah, un assaut contre l'ambassade américaine à Bagdad, et une attaque contre le site d'une compagnie pétrolière américaine à Burjesia à Bassorah, a rapporté Salam.

« Quant à la Syrie, on ne peut s'empêcher de se rappeler la milice Fatemiyoun », a poursuivi Salam, et les « crimes qu'ils ont commis contre les Syriens avec des armes fournies par Soleimani ».

« Les attaques contre les installations pétrolières saoudiennes, le bombardement de l'aéroport international du roi Khaled et les attaques contre Najran et Jizan avec des missiles houthis ont tous été ordonnés par Qassem Soleimani », a-t-il rappelé.

« Les attaques contre des pétroliers dans les eaux du golfe Persique portaient également la trace de la Force Qods », a-t-il déclaré.

Pour toutes ces raisons, et bien d'autres encore, a-t-il ajouté, la décision d'éliminer Soleimani équivalait à « sauver la vie de dizaines de milliers d'innocents ».

Provocations extrêmes

« Soleimani est allé jusqu'à l'extrême ces derniers mois en ciblant les intérêts américains », a déclaré Entifadh Qanbar, ancien député irakien et président du parti constitutionnel irakien Futur.

Parmi ces actes se trouvait « les menaces contre le commerce mondial dans le Golfe et le dépassement des lignes de sécurité dans les États du Golfe et d'autres États de la région », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Nous n'entendons pas par là de simples menaces envers les intérêts militaires ou de sécurité des États-Unis, mais les menaces se sont étendues aux civils américains travaillant dans le domaine diplomatique et civil », a-t-il indiqué.

Il s'agit notamment d'employés des compagnies pétrolières et de travailleurs des organisations humanitaires qui aident les habitants des villes libérées du nord et de l'ouest de l'Irak, a-t-il précisé.

« Soleimani les a menacés, et naturellement chaque État et régime, que ce soit les États-Unis ou tout autre pays, a le devoir de protéger ses citoyens et de les maintenir hors de danger », a déclaré Qanbar.

« La décision de tuer [Soleimani] est absolument correcte, car il était plus dangereux [qu'Oussama] ben Laden ou [Abou Bakr] al-Baghdadi. »

Les États-Unis « ont fait preuve de patience »

Dans une déclaration du 2 janvier, le Pentagone a indiqué que « Soleimani et sa Force Qods étaient responsables de la mort de centaines de militaires des États-Unis et de la coalition, et d'en avoir blessé des milliers d'autres ».

Qanbar a noté que « Soleimani était impliqué dans le meurtre de plus de 600 soldats américains en Irak », car l'Iran avait armé et entraîné les milices qui exécutaient ses ordres.

« Cet homme était un criminel et a au final reçu sa juste punition après une longue période pendant laquelle Washington a essayé d'utiliser différentes méthodes pour mettre fin à ses attaques contre les intérêts américains et les intérêts de tous les pays de la région », a-t-il déclaré.

« Les États-Unis ont fait preuve de patience pendant longtemps avant de décider d'éliminer le danger que représentait Qassem Soleimani », a indiqué à Al-Mashareq Ali Reza Zadeh, expert en affaires iraniennes.

« Aurait-il été préférable de voir Soleimani se déplacer d'un pays à l'autre, envoyer des cargaisons d'armes aux différentes milices et régions, bombarder les intérêts américains et menacer les régions et les couloirs de production de pétrole », a-t-il demandé ?

Concernant la disparition de Soleimani, il a déclaré que « la question ne nécessite pas d'explication ou de clarification. C'était un dangereux criminel international, et les peuples qu'il a blessés sont tous reconnaissants d'en être débarrassés ».

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha