Politique |

Les États-Unis et les pays du Golfe s'attaquent aux sources de financement du CGRI

Fares al-Omran

image

Qassem Soleimani, commandant de la Force al-Qod du CGRI, sur une photo publiée sur le site internet de l'Iranians Global Network le 1er mai.

Dans ce qui a été son plus grand nombre de cibles à ce jour, le Centre de lutte contre le financement du terrorisme (CLFT) a sanctionné le 30 octobre 25 personnes physiques et morales qui soutiennent le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) et le Hezbollah libanais.

Les pays membres du CLFT (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite, Émirats arabes unis et États-Unis) basé à Riyad ont conjointement inscrit 25 cibles affiliées à des réseaux iraniens de soutien au terrorisme sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés.

Parmi elles se trouvent 21 entités qui soutiennent la Force de résistance Basij, un groupe paramilitaire affilié au CGRI qui a été utilisé pour réprimer l'opposition intérieure en Iran et intervenir dans les conflits régionaux.

image

Les drapeaux des pays participant au sommet du Conseil de coopération du Golfe en décembre 2017 au palais Bayan de Koweït. [Giuseppe Cacace/AFP]

Ces entités comprennent des banques et des entreprises iraniennes dans les secteurs de l'investissement, de l'immobilier et de l'industrie.

Parmi elles se trouvent la Mobarakeh Steel Company d'Ispahan, la Negin Sahel Royal Investment Company, la Bandar Abbas Zinc Production Company, la Mehr Eqtesad Bank, la Mellat Bank, Parsian Bank et Sina Bank.

Quatre personnes étroitement liées au Hezbollah ont également été désignées : Mouhammad Abd-al-Hadi Farhat, Yousouf Hashim, Jawad Nasrallah et Shibl Mouhsin Ubayd al-Zaydi.

« La perturbation coordonnée par le CLFT des réseaux financiers utilisés par le régime iranien pour financer le terrorisme est une puissante démonstration de l'unité du Golfe », a déclaré le secrétaire du Trésor américain Steven Mnuchin dans un communiqué.

Cette décision témoigne de « la position unifiée des pays du Golfe et des États-Unis selon laquelle l'Iran ne sera pas autorisé à intensifier ses activités malveillantes dans la région », a-t-il ajouté.

La coordination entre les États-Unis et le Golfe est nécessaire

Ces désignations ralentissent l'exploitation des fortunes que ces entités tirent des investissements, de la production, du commerce et des transactions bancaires, a expliqué à Al-Mashareq l'écrivain et journaliste irakien Ziad al-Sinjari.

Elles empêchent l'utilisation de cet argent dans l'organisation d'activités subversives dans les pays de la région ou dans le but de menacer leurs intérêts et leur sécurité nationale, a-t-il poursuivi.

La désignation de terroriste mondial spécialement désigné signifie que tous les actifs et intérêts économiques de l'entité désignée seront gelés, et qu'il est interdit aux personnes morales et physiques de mener avec elle une quelconque transaction ou de traiter avec elle.

« Le CGRI et ses intermédiaires jouent un rôle très néfaste », a affirmé al-Sinjari.

« Ils menacent la sécurité de la région et mettent en danger les artères de l'économie mondiale en ciblant le trafic maritime dans les eaux territoriales et les installations pétrolières, comme ce fut le cas lors des attaques contre la compagnie saoudienne Aramco », a-t-il ajouté.

La coordination entre les États-Unis et le Golfe dans la lutte contre les flux de fonds destinés au CGRI et à ses affiliés « est nécessaire », a-t-il indiqué.

Les membres du CLFT doivent « consolider leur partenariat et porter leur coopération au plus haut niveau afin de couper tout approvisionnement financier et resserrer l'étau sur le régime iranien », a déclaré al-Sinjari.

Les États du Golfe veulent jouer un rôle de premier plan dans les efforts visant à mettre un terme aux actions des milices soutenues par l'Iran qui sont préjudiciables à leur sécurité, a-t-il ajouté.

Cibler les membres actifs de ces groupes et les entités qui les financent est un moyen essentiel pour faire pression sur ces milices afin de les empêcher de poursuivre leurs activités menaçant la stabilité, a-t-il affirmé.

Blocage des sources de financement du CGRI

Les mesures visant à saper les actes criminels du CGRI et des groupes qui lui sont liés doivent être renforcées, a déclaré le politologue Adel al-Ashram à Al-Mashareq.

« Il est important d'envisager toute mesure procédurale qui empêcherait les fonds d'atteindre ces groupes terroristes, ce qui leur porterait un coup dévastateur », a-t-il indiqué.

« Ils devraient se voir refuser toute possibilité d'obtenir le soutien dont ils ont besoin pour poursuivre leurs actions agressives », a-t-il ajouté.

Il convient d'adopter une position ferme « en réponse aux activités du CGRI et ses tentatives incessantes pour s'étendre dans les pays de la région, nuire à leurs populations et les noyer sous les problèmes, les divisions et la sédition », a déclaré al-Ashram.

Les membres du CLFT échangent activement des informations et renforcent leur capacité à traquer et poursuivre tous les réseaux et groupes qui mettent en danger la sécurité régionale et internationale, a-t-il poursuivi.

Le journaliste et blogueur irakien Omar al-Janabi a souligné la nécessité d'efforts diligents pour mettre fin aux exactions du CGRI, affirmant que le groupe « veut imposer à tout prix son hégémonie dans la région ».

« Chacun doit prendre ses responsabilités pour endiguer l'influence iranienne afin de fonder la stabilité », a-t-il affirmé à Al-Mashareq.

Il a appelé les pays de la région à renforcer leur coopération afin de créer un rempart contre l'ingérence iranienne.

Aimez-vous cet article?
2
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Adel al-Ashram ne sait pas qui est contre lui et qui est avec lui. Comment peut-il alors différencier la politique de l'Amérique des pays du Golfe? Ce sont des agents et des alliés des Juifs. Ce sont les petits-enfants de Muawiyah ibn Abi Sufyan et de Yazid qui ont profané la ville du prophète où ils ont tué et violé les femmes libres des Compagnons pendant trois jours. L’Iraq fait face à des catastrophes depuis le meurtre et l’hégémonie d’ibn Ziyad, al-Zubairayn, Bani Marawan, jusqu’à Hajjaj et les Barbares jusqu’à aujourd’hui. Il suffit de regarder votre histoire qui est pleine de trahison envers la religion, l’humanité, les principes, les valeurs, la dignité, la galanterie et la virilité, o, petits-enfants de ben Morjana!

Répondre