Droits de l'Homme

Les Houthis empêchent l'aide d'atteindre les Yéménites

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Les travailleurs déchargent l'aide de blé fournie par l'UNICEF d'un cargo dans le port d'al-Hodeida, sur la mer Rouge, le 27 janvier. Les Houthis (Ansarallah) ont été accusés de piller l'aide destinée aux Yéménites appauvris dans les zones sous leur contrôle. [Abdo Hyder / AFP]

Les activistes des droits de l'homme au Yémen ont condamné les actions prises par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran pour empêcher les organisations humanitaires d'opérer dans les zones sous le contrôle des milices.

Ils ont également dénoncé les falsifications et le pillage de l'aide par les Houthis, affirmant que ces actions aggravent la souffrance du peuple yéménite à un moment où 85% de la population vit dans la pauvreté..

Le 21 janvier, le ministère houthi de la Santé publique et de la Population a publié une circulaire interdisant à 36 organisations de secours internationales, arabes et locales d'opérer dans des zones contrôlées par les milices et leur interdisant de fournir des services aux citoyens.

La milice Houthi a adressé la circulaire à tous les bureaux de santé dans les régions et les provinces sous son contrôle, leur demandant d'interdire le mouvement des organisations internationales de secours énumérées dans la circulaire.

La directive, signée par le vice-ministre de la Santé Houthi Abdoul Aziz al-Dulaimi, a appelé tous les bureaux de santé à empêcher ces organisations de fonctionner jusqu'à ce qu'elles soient autorisées par le ministère contrôlé par les Houthis.

Les activistes disent que c'est juste une couverture pour permettre aux Houthis de piller l'aide humanitaire pour financer leur effort de guerre.

Détérioration du secteur de la santé

"Pour interdire l'accès à l'aide médicale aux personnes dans le besoin, compte tenu notamment de la détérioration de la situation sanitaire dans le pays, nous vivons une ère d'effondrement moral", a déclaré Dalia Hizam, pharmacienne, à Al-Mashareq.

"L'impact sera négatif pour les citoyens, en particulier à la lumière de la détérioration du secteur de la santé", a-t-elle déclaré, citant des rapports récents de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquant que la situation sanitaire au Yémen est sur le point de s'effondrer.

En empêchant les organisations humanitaires de faire leur travail, "ce groupe soutenu par l'Iran nous confirme qu'il ne croit à aucun travail humanitaire ou civil", a déclaré l'avocat et défenseur des droits humains Abdoul Rahman Barman.

Les Houthis sont "un groupe armé combattant les efforts humanitaires pour sauver les Yéménites confrontés à la famine, la pauvreté et la maladie", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Ils sont motivés par leur désir de s'emparer du pouvoir par la force des armes dans les zones sous leur contrôle, a-t-il ajouté.

Barman a appelé la communauté internationale "à répondre clairement à ces pratiques et violations du travail humanitaire".

Aide cruciale pour les Yéménites

"L'ironie de ces événements est que cette milice, qui ramène le pays à l'âge de pierre, prétend avoir ses propres normes que l'organisation [humanitaire] doit respecter", a déclaré Mousa Namrani, responsable des médias pour l'Organisation nationale pour la défense des droits et Libertés (HOOD).

Les organisations humanitaires aident les Yéménites à surmonter le désastre sanitaire auquel ils sont confrontés en raison de la propagation des épidémies et de l'absence d'infrastructures sanitaires dans le pays, a-t-il déclaré.

Ces organisations fournissent environ 80% des services médicaux dont les Yéménites ont besoin, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

"Au cours des dernières années, nous avons été témoins de plusieurs incidents de pillage d'entrepôts d'organisations internationales dans des zones contrôlées par les milices", a-t-il dit.

De même, l'aide a été empêchée d'atteindre les zones assiégées de Taïz, a-t-il dit, ajoutant que les Houthis ont également enlevé des travailleurs humanitaires internationaux, leur ont tiré dessus et les ont terrorisés.

Pillage de fonds

A la fin du mois de janvier, les conflits internes entre les dirigeants houthis se sont intensifiés au sujet du prétendu détournement d'une aide de 14 millions de dollars fournie par l'ONU pour des opérations de déminage au Yémen, ont rapporté les médias locaux.

Les médias ont indiqué que les Houthis ont porté plainte contre l'un de leurs dirigeants, le directeur du Centre de déminage, Yahya Hassan al-Houthi, et ont ordonné son arrestation dans son bureau de Sanaa.

Les accusations "sont un prétexte utilisé par certains chefs de milices pour piller ces fonds", selon les médias.

"Depuis que l'aide humanitaire a commencé à arriver au Yémen, tout le monde sait que les Houthis ont pillé tout ce qu'ils pouvaient trouver", a déclaré le chercheur Waddah al-Jalil à Al-Mashareq.

Ils détournent l'aide à leurs partisans ou la vendent au marché noir pour financer leur effort de guerre, a-t-il dit.

"La disponibilité de l'aide alimentaire fournie par les organisations internationales sur le marché noir en grande quantité montre l'ampleur du pillage de cette aide par les Houthis", a déclaré Mohammed al-Haimi, un comptable travaillant pour une entreprise privée à Sanaa.

Il s'est dit choqué par "l'audace" de vendre de l'aide portant les emblèmes d'organisations humanitaires en quantités commerciales.

Tout cela se passe "alors que les citoyens souffrent de la famine, de la pauvreté, de la misère et d'autres circonstances dévastatrices de la guerre", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

2 000 paniers d'aide alimentaire pillés

Le ministre yéménite de l'Administration locale et président du Comité supérieur de l'aide, Abdoul Raqeeb Saif Fateh, a condamné la poursuite de la saisie et du pillage des secours et de l'aide humanitaire par la milice Houthi.

Ces pratiques violent toutes les lois internationales et humanitaires, a-t-il déclaré le 9 février.

Quelque 2 000 paniers d'aide alimentaire ont été découverts ce mois-ci dans une ferme appartenant à Abdoullah Hamoud Talib al-Ahdal, un sympathisant des Houthis, dans la région d'Al-Hodé à al-Hodeidah, ont rapporté les médias locaux.

Ceci représente "une preuve irréfutable de la famine continue qu'impose la milice sur le peuple yéménite", a déclaré Fateh.

Il a appelé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires au Yémen à mener une enquête urgente et complète sur l'aide pillée.

"Le silence sur cette question est inacceptable, surtout que l'aide porte les logos des organisations des Nations Unies", a-t-il dit.

Fatah a exhorté les organisations internationales humanitaires et de secours à inventorier toute l'aide et à veiller à ce qu'elle atteigne en toute sécurité tous les bénéficiaires méritants.

"Tant que les ports resteront entre les mains de la milice [Houthi], ils constitueront une menace réelle et seront exploités à des fins inhumaines", a souligné Fateh.

Aimez-vous cet article?
8
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire