Droits de l'Homme

Les Houthis entravent les opérations d’aide au Yémen

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Une femme portant un masque de protection reçoit une aide humanitaire à Taez le 8 mai, pendant la crise du coronavirus. [Ahmad al-Basha/AFP]

Les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran ont entravé la livraison de l’aide aux régions du Yémen sous leur contrôle, ont affirmé à Al-Mashareq des responsables et des observateurs.

« Les Houthis se fichent de la souffrance des citoyens dans les zones qu’ils contrôlent, provoquée par la guerre qu’ils ont déclenchée pour servir les intérêts de l’Iran », a déclaré le vice-ministre des Droits de l’homme Nabil Abdoul Hafeez à Al-Mashareq.

La situation humanitaire dans ces régions « est très inquiétante, après le retrait de plusieurs organisations et la réduction des activités de plusieurs autres », a-t-il poursuivi.

Les organisations restantes menacent de suspendre leurs activités à cause du manque de financement et de la difficulté de fonctionner dans ces zones, a-t-il ajouté.

Les exactions des Houthis et les conditions qu’ils imposent aux organisations humanitaires, parmi lesquelles une « approbation préalable » à la mise en œuvre des projets humanitaires, ne feront que nuire aux civils yéménites, a affirmé Abdoul Hafeez.

Il a souligné que la milice s’était immiscée dans les opérations de ces organisations en exigeant qu’elles embauchent des employés affiliés aux Houthis et s’associent à des organisations locales qui agissent sous les auspices de la milice.

Les organisations humanitaires allouent des fonds pour la mise en œuvre de projets au Yémen, a déclaré Abdoul Hafeez, mais les Houthis « refusent ensuite de permettre la mise en œuvre de ces projets, si ce n’est à leurs conditions, ce qui entraîne l’échec de ces projets ».

Le 19 mai, lors d’un briefing au Conseil de sécurité, Ramesh Rajasingham, coordinateur adjoint par intérim des secours d’urgence des Nations unies, a déclaré que les Houthis avaient refusé d’approuver 93 projets d’ONG visant à sauver des vies dans les provinces sous leur contrôle.

Ces projets, dont beaucoup sont en attente depuis des mois, représentent au total 180 millions de dollars d’investissements de la part des bailleurs de fonds.

« Situation catastrophique »

Dans le même temps, la crise du coronavirus a entraîné une détérioration de la situation.

« La situation est devenue catastrophique, car le nombre de cas confirmés d’infection au coronavirus ne cesse de croître », a déclaré Abdoul Hafeez.

Cette crise sanitaire est exacerbée par la manière dont les milices houthies gèrent la pandémie dans les zones sous leur contrôle, a-t-il affirmé.

De nombreuses organisations humanitaires, dont le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Agence américaine pour le développement international (USAID), ont réduit leur aide dans les zones contrôlées par les Houthis en raison du pillage de l’aide.

Le 20 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fermement condamné l’utilisation des dons en dehors du système de santé du Yémen, après que des photos de Houthis utilisant des ambulances pour transporter leurs propres combattants ont été diffusées.

L’agence des Nations unies a déclaré que ces actions constituent une violation du droit humanitaire international, et a déclaré qu’elle enquêtait sur la question.

« Il est décourageant de constater qu’en cette période critique de pandémie mondiale, au lieu de mettre la santé des populations au premier plan, l’attention soit détournée », a déclaré l’OMS. « L’heure est à la solidarité, pas à la division. »

Walid al-Ibara, directeur du centre de recherche du ministère des Droits de l’homme, a condamné l’utilisation abusive par les Houthis des ambulances fournies par l’OMS pour aider les instances sanitaires du pays à lutter contre le coronavirus.

« Les Houthis ont utilisé ces véhicules pour leur effort de guerre et pour transporter leurs commandants afin d’éviter qu’ils ne soient pris pour cible », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Ils ont détourné l’assistance qui leur était fournie et l’ont utilisée pour leur effort de guerre, faisant ainsi risquer l’échec des efforts et des activités de secours menés dans les zones sous leur contrôle », a-t-il déclaré.

Les Yéménites sont privés d’aide

La Haute Commission humanitaire du Yémen a demandé que soit diligentée une enquête des Nations unies « sur la façon dont l’aide d’urgence destinée aux nécessiteux s’est retrouvée entre les mains des combattants houthis sur les champs de bataille », a rapporté le politologue Faisal Ahmed.

Le gouvernement yéménite avait indiqué fin avril que des combattants houthis avaient été vus transportant de l’aide portant l’emblème de l’OMS, « ce qui menace d’en priver les bénéficiaires et d’accroître leurs souffrances », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« Les Yéménites traversent actuellement une période très difficile à cause de l’épidémie de coronavirus, qui nécessite un effort concerté de la part des autorités officielles et des organisations humanitaires », a précisé Ahmed.

Les Houthis doivent agir « pour aider à la mise en place d’activités humanitaires et [l’acheminement de] l’aide au secteur de la santé, plutôt que de gaspiller cette aide et de l’utiliser pour leur effort de guerre et au bénéfice de l’Iran », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

L'argent

Reply