Criminalité et Justice

Le tribunal de Marib poursuit l'ambassadeur d'Iran à Sanaa

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Hassan Eyrlou, ambassadeur d'Iran au Yémen, rencontre des responsables yéménites à son arrivée à Sanaa en octobre. [Photo via SNN.ir]

Le tribunal militaire de Marib a ouvert le procès de Hassan Eyrlou, l'ambassadeur d'Iran au Yémen, accusé « d'espionnage, sabotage et participation à des actions hostiles contre les yéménites et l'armée nationale du Yémen ».

Dans une audience du tribunal le 11 novembre, avec le juge Aqil Taj al-Din comme président, un procureur militaire a introduit l'affaire contre Eyrlou, qui avait servi en tant qu'officier au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Le procureur militaire a présenté les preuves de communication des Houthis avec l'Iran qui comprenaient des détails relatifs à Eyrlou.

La prochaine audience du tribunal est prévue pour mercredi 25 novembre.

Le chef Houthi Abdoul-Malik al-Houthi et 174 autres responsables Houthis sont actuellement poursuivis pour des accusations comprenant la communication avec l'Iran et mener un coup d'État contre le gouvernement légitime du Yémen.

L'ingérence de l'Iran au Yémen a entraîné l'inclusion d'Eyrlou dans ce groupe, a précisé à Al-Mashareq le directeur du centre Abaad pour les études stratégiques, Abdoul Salam Mohammed.

Le nouvel ambassadeur d'Iran est arrivé à Sanaa à la mi-octobre, la première fois qu'un diplomate iranien est envoyé au pays depuis cinq ans.

Le procès intenté contre Eyrlou vise à l'éloigner du statut diplomatique et le considérer comme « ennemi militaire », a indiqué Mohammed.

Il a accusé le régime iranien de « charger Eyrlou de diriger la guerre au Yémen pour servir les intérêts régionaux de la république islamique ».

« L'Iran cherche à mettre la pression sur l'Arabie saoudite et exercer son influence dans le Golf et la région arabe», a-t-il dit. « Eyrlou a été ainsi chargé de travailler pour entraver tout rapprochement entre les Houthis et la coalition arabe».

Colère populaire à Sanaa

Il y avait eu une vague de colère populaire parmi la population au Yémen à l'arrivée d'Eyrlou à Sanaa.

« Après l'arrivé d'Eyrlou, un nombre d'assassinats ont eu lieu avant que les milices Houthis ne ferme la Chambre des représentants à Sanaa car ils ont échoué à élire un Houthi affilié au groupe comme président», a indiqué le fonctionnaire au gouvernement yéménite Abdoul Waseh Mohammed à Al-Mashareq.

« Ils prévoyaient de remplacer le président actuel, qui est affilié au Congrès général du peuple (CGP)», a-t-il confié.

« L'arrivée d'Eyrlou en tant qu'ambassadeur iranien à Sanaa, qui est sous le contrôle Houthi, est une preuve évidente que les Houthis communiquent étroitement avec l'Iran», a affirmé l'analyste politique Waddah al-Jalil à Al-Mashareq.

« L'historique d'Eyrlou révèle son travail aux renseignements du CGRI, il a été alors désigné pour organiser les activités des milices affiliées au CGRI dans la région», a souligné al-Jalil, ajoutant qu'il était responsable du recrutement et soutien aux personnalités Houthis.

Il semble que la mission d'Eyrlou était de « restructurer le mouvement Houthi et renoncer à ceux qui ne croient pas en sa mission et celle du CGRI dans la région », a indiqué al-Jalil.

Au lieu d'un ambassadeur, l'Iran doit envoyer de l'aide au Yémen, a signalé le citoyen yéménite Yasser Hassan à Al-Mashareq.

Le peuple du Yémen a souffert pendant cinq ans suite aux actions des affiliés du CGRI, a-t-il dit, et maintenant ils souffrent encore plus que jamais.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500