Sécurité

L'Iran utilise l'argent des trafics dans le Golfe pour financer ses guerres par procuration

Sultan al-Barei à Riyad

image

Des marins, des marines et des gardes-côtes américains participent à un exercice d'entraînement le 28 octobre à bord d'un navire transportant du fret et des munitions dans la zone d'opération de la 5e Flotte. [CENTCOM]

L'Iran utilise les eaux du golfe Persique pour mener des opérations de contrebande qui financent ses guerres par procuration et son programme expansionniste au Moyen-Orient, ont affirmé les experts à Al-Mashareq.

La marine américaine et les forces de la coalition internationale ont réussi à freiner ces opérations, en coopération avec les pays de la région, bloquant ainsi une source de financement essentielle pour le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Un navire français de la Force maritime combinée (CMF) a saisi le 8 novembre plus d'une tonne de haschisch d'une valeur de 8 millions de dollars à bord d'un navire suspect sur « l'autoroute du haschisch » en mer d'Arabie.

Le trafic est un problème dans les eaux du Golfe depuis un certain temps, a expliqué à Al-Mashareq le colonel Rashid Mohammed al-Marri, ancien membre du département de lutte contre les stupéfiants de la police de Dubaï.

image

Le 28 octobre, des membres de la marine américaine participent à un exercice d'entraînement sur la prise d'assaut et la fouille de navires dans le golfe Persique. [CENTCOM]

image

Sur cette photo non datée, un navire de la marine saoudienne se trouve aux côtés de navires des gardes-côtes et de la marine américaine lors d'exercices d'entraînement. [CENTCOM]

Du trafic de marchandises illégales de toutes sortes a lieu, y compris des stupéfiants, des armes, et même des opérations de traite de personnes, a-t-il fait savoir.

C'était auparavant le domaine des gangs de contrebandiers et de pirates, a déclaré al-Marri, mais lorsque le CGRI est apparu, il a pris le contrôle de la plupart de ces opérations secrètes.

Les gangs traditionnels ont été effrayés par les tensions régionales, a-t-il expliqué, et ces opérations sont devenues presque exclusivement le domaine du CGRI.

« Par conséquent, toutes les opérations de lutte contre la contrebande sont désormais dirigées contre les opérations du CGRI », a indiqué al-Marri.

Les opérations de contrebande de toutes sortes « sont une source majeure de financement pour les filiales du CGRI dans la région, en particulier le trafic de drogue, qui rapporte énormément d'argent », a-t-il précisé.

« L'intensification de la surveillance et l'interruption de ces opérations paralyseront sans aucun doute les affiliés du CGRI, car l'argent est essentiel pour leurs agissements », a-t-il ajouté.

Les opérations de la marine américaine, menées en coordination avec des unités régionales, ont permis « d'intercepter et de saisir des milliers de tonnes de drogue », a déclaré al-Marri.

Les forces américaines forment de façon régulière les unités militaires et de sécurité des États du Golfe, a-t-il rapporté, afin de les aider à faire face à ce problème.

Les forces terrestres ont reçu une formation sur la sécurisation du littoral, à partir duquel les opérations de trafic sont lancées, et des unités navales participent aux exercices de formation, a-t-il fait savoir.

Cette formation s'étend également aux détachements des douanes, qui effectuent des patrouilles régulières dans les eaux régionales afin de surveiller les activités suspectes, a indiqué al-Marri.

Reprise des exercices d'entraînement

« Les opérations de lutte contre la contrebande nécessitent des compétences de haut niveau qui ne s'acquièrent qu'au travers de formations et d'exercices qui simulent la réalité », a expliqué l'expert militaire égyptien Talaat Moussa à Al-Mashareq.

Les opérations dans le Golfe Persique « nécessitent coordination et coopération entre les forces américaines déployées dans la région et les unités des États du Golfe et d'autres pays participant aux opérations de surveillance, de recherche et d'inspection », a-t-il indiqué.

La marine américaine se prépare à reprendre les exercices de « visite, embarquement, recherche et saisie » (VBSS) dans le Golfe. Ces exercices comprennent l'embarquement à bord de navires pour effectuer des inspections, la capture de navires ennemis et la lutte contre le terrorisme, la piraterie et la contrebande.

En attendant, a-t-il ajouté, « les forces américaines mènent continuellement des exercices centrés sur les aspects tactiques liés à la surprise, à l'embarquement et aux fouilles rapides, qui sont les bases d'opérations similaires ».

Le 28 octobre, des marins, des marines et des gardes-côtes ont effectué un entraînement sur les procédures d'embarquement à bord du navire à cargaison sèche et munitions USNS Matthew Perry, du Military Sealift Command.

Ce type de formation est nécessaire, car il nécessite une coordination totale entre les nombreuses unités qui « assurent une couverture aérienne et une surveillance traditionnelle et électronique précise, en plus d'assurer la protection des équipes qui mènent l'assaut », a expliqué Moussa.

« Ces exercices sont très importants en raison du risque que comportent les raids, qui risquent parfois de dégénérer en véritables batailles avec les trafiquants », a-t-il déclaré.

Moussa a noté que « le CGRI emploie souvent des gangs et des trafiquants pour mener ces opérations », pour ne pas risquer d'être impliqué et parce qu'ils « connaissent très bien les itinéraires de contrebande et savent comment échapper à la surveillance ».

Les eaux du Golfe ont longtemps été l'un des corridors commerciaux les plus importants, car elles se trouvent aux confins de nombreux pays, notamment pour le transport du pétrole, a fait savoir à Al-Mashareq le major de police saoudien Jamal al-Nukhaifi.

« De grandes quantités » d'armes ont été saisies au large de Bahreïn, de l'Arabie saoudite et d'autres États du Golfe, a-t-il indiqué, « et il a été établi que leur source était l'Iran, qui cherche à les distribuer à ses filiales dans les États du Golfe ».

L'influence iranienne est-elle une bonne chose pour le Moyen-Orient ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500