Sécurité

Indignation au Yémen : une fillette blessée par un sniper houthi présumé

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Ruwaida Saleh, qui aurait 9 ou 10 ans, a été touchée lundi 17 août à Taez alors qu’elle allait chercher de l’eau pour sa famille. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Un incident à Taez, au cours duquel une jeune fille a été blessée par balles lundi 17 août alors qu’elle allait chercher de l’eau pour sa famille, prétendument par un sniper houthi, a suscité l’indignation des responsables, des organisations de la société civile et des militants yéménites.

Suite à cet incident survenu dans le quartier d’al-Rawda de Taez, les Yéménites ont demandé au Conseil des droits de l’homme des Nations unies de diligenter des enquêtes urgentes sur les attaques contre les civils.

La « porteuse d’eau », identifiée comme étant Ruwaida Saleh et qui aurait 9 ou 10 ans, a été blessée lundi alors qu’elle allait chercher de l’eau pour sa famille.

Les photos diffusées sur les réseaux sociaux montrent son petit corps étendu au milieu d’une rue résidentielle, et son frère tentant de sauver sa sœur blessée.

Ruwaida, qui a été gravement blessée, est actuellement traitée à l’hôpital.

Le Conseil de coordination des organisations de la société civile à Taez a condamné cet incident.

Le gouverneur adjoint de Taez, Abdoul Qawi al-Mekhlafi, a appelé les Nations unies et la communauté internationale à faire pression sur les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran pour les empêcher de prendre les civils pour cible.

« Les principes humanitaires qui sont applicables dans les conflits et les guerres, et qui considèrent le ciblage des civils comme un crime de guerre, doivent être respectés », a déclaré al-Mekhlafi mardi matin, alors qu’il se rendait à l’hôpital de Ruwaida.

Il a exhorté le Conseil de sécurité et le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à mener des enquêtes urgentes sur le ciblage des civils et le bombardement des zones résidentielles.

« Mépris pour le sang des enfants »

Les snipers houthis ont déjà ciblé des enfants et des femmes à Taez, a rappelé à Al-Mashareq le militant des droits de l’homme Ahmed Hazza.

« Depuis six ans maintenant, les Houthis font couler le sang des enfants et mobilisent leurs combattants contre les femmes et les enfants de Taez », a-t-il indiqué.

« Le ciblage de Ruwaida, qui ne faisait que transporter de l’eau et ne portait pas d’armes, est un crime montrant au grand jour des Houthis soutenus par l’Iran », a-t-il déclaré.

L’incident de lundi a suscité la colère et la condamnation populaires parce qu’il montre le mépris total des Houthis pour le sang d’enfants innocents, a déclaré à Al-Mashareq le militant des droits de l’homme et journaliste Nabil al-Bakiri.

« Si les gens n’avaient pas eu peur d’être eux-mêmes pris pour cible par le tireur, ils se seraient précipités pour la sauver », a-t-il indiqué, notant que son frère est allé la sauver après avoir hésité, de peur de subir le même sort.

Aimez-vous cet article?
4
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Je jure devant Dieu qu'avoir peur de ces gens ne résout aucun problème. ُ Plus les habitants de la région en Iran, en Irak, au Liban et ailleurs ont peur, plus leur situation se détériore. La solution est de ne pas avoir peur. Sinon, ils violeront, tueront et cibleront [tireront] des personnes dans la tête et la poitrine. Pendant ce temps, les organisations internationales jouent le rôle d'épouvantails. J'ai une question. A quoi servent ces institutions internationales? Comme je l'ai déjà écrit ici, les pays puissants doivent écarter ces institutions et agir de manière indépendante. Ces institutions sont devenues un jouet entre les mains de tyrans en Russie, en Chine, en Iran et ailleurs.

Répondre

Comment savez-vous que le sniper est Houthi? Je veux juste savoir.

Répondre