Politique

Les Houthis vampirisent le système de santé pendant la pandémie

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des membres de la milice houthie soutenue par l’Iran ont attaqué ce mois-ci l’Hôpital royal de Sanaa. [Haitham Mohammed/Al-Mashareq]

Les Houthis (Ansarallah) soutenus par l’Iran pillent le secteur de la santé publique dans les zones qu’ils contrôlent et le privent de ressources essentielles pendant la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19), ont affirmé des responsables et des médecins au Yémen.

Les Houthis « pillent le secteur de la santé dans les zones qu’ils contrôlent au nom de l’effort de guerre », a rapporté Mouammar al-Eryani, ministre yéménite de l’Information.

Des dizaines de plaintes ont été déposées par des propriétaires d’hôpitaux et de cliniques privés, alléguant que la milice leur a imposé des taxes supplémentaires, a-t-il fait savoir dans une déclaration le 9 juin.

Les Houthis extorquent de l’argent aux travailleurs de la santé et leur imposent des restrictions, a-t-il indiqué, notant que les plaintes comprenaient également une augmentation du coût du traitement pour les patients, qui sont déjà confrontés à des conditions de vie difficiles.

La milice houthie a détruit le secteur de la santé publique et l’a rendu incapable de gérer les épidémies, a déploré al-Eryani.

Elle a pillé l’aide médicale et imposé des taxes supplémentaires aux hôpitaux, cliniques, entreprises pharmaceutiques et entrepôts privés au prétexte de l’effort de guerre, a-t-il fait savoir.

La milice a créé des hôpitaux privés pour ses commandants et ses éléments, « tout en abandonnant le reste des Yéménites à leur sort », a ajouté al-Eryani.

Pratiques abusives

« Les Houthis imposent des frais pour les services fournis aux citoyens, en déduisant un pourcentage des recettes », a rapporté le Dr Moataz al-Maqtari, qui travaille dans un hôpital au sud de Sanaa.

Ils ont également augmenté les taxes et d’autres frais, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

« Ceux qui refusent sont soumis à des pratiques abusives qui vont jusqu’à l'agression physique du personnel médical et l’imposition de frais arbitraires », a-t-il déclaré.

Le 15 juin, le conseil exécutif suprême du Syndicat des médecins et pharmaciens yéménites a déclaré sa solidarité envers le personnel médical des centres de confinement de l’Hôpital scientifique et technologique et de l’Hôpital royal de Sanaa qui ont été attaqués par les Houthis.

Des médecins ont été blessés et du matériel de soins intensifs coûteux a été détruit, a-t-il rapporté.

« Le personnel médical de ces centres d’isolement a cessé de travailler jusqu’à ce que la protection nécessaire à leur travail leur soit fournie », a déclaré le syndicat dans un communiqué.

« Les Houthis attaquent régulièrement le personnel médical et les établissements médicaux privés, et ils ont ordonné en mai aux hôpitaux privés de ne pas admettre de patients présentant des symptômes similaires à ceux du coronavirus », a déclaré le Dr Nasr Salem, membre du syndicat.

Ils ont limité les opérations aux accouchements et à l’admission des patients normaux, et les salles des urgences et de chirurgie sont restées fermées, a-t-il précisé à Al-Mashareq.

Dans le même temps, la milice impose des taxes et autres frais pour contrer l’épidémie de coronavirus, a-t-il indiqué.

Salem a déclaré que le Bureau de la santé de Sanaa « a fermé quatre hôpitaux pour ne pas avoir admis de patients [normaux], alors qu’il ne leur a pas distribué l’aide médicale fournie par les organisations caritatives pour lutter contre la pandémie de coronavirus ».

Les ressources hospitalières menacées

Des équipes de terrain affiliées aux Houthis surveillent les hôpitaux et prennent des mesures répressives contre ceux qui ne respectent pas les directives des Houthis, a rapporté le Dr Mosleh Ahmad, qui travaille dans un hôpital du nord de Sanaa.

Cela menace les maigres ressources dont disposent encore ces hôpitaux, a-t-il indiqué, notant que beaucoup fonctionnent déjà à un niveau minimum en raison des taxes et des frais imposés par les Houthis.

Les hôpitaux privés sont confrontés au spectre de la fermeture, a-t-il fait savoir, ajoutant que leurs ressources financières limitées ne leur permettent pas d’ouvrir et d’équiper des centres de confinement pour les cas de coronavirus suspectés.

L’aide médicale fournie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que le soutien du gouvernement ont aidé les hôpitaux à faire face à ces coûts dans les zones contrôlées par le gouvernement, a-t-il déclaré.

Dans le même temps, dans les zones contrôlées par les Houthis, la milice « n’a rien distribué de cette aide, en particulier les équipements de protection individuelle pour les médecins », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire