Économie

Des femmes libanaises et syriennes cousent des masques pendant la pandémie

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Jamila Darwish fabrique des masques en tissu dans son atelier de la région de Miniyeh, près de Tripoli, avec une machine à coudre fournie par l’USAID dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus. [Photo fournie par l’USAID]

Jamila Darwish se penche sur sa machine à coudre dans son atelier de la région de Miniyeh, près de Tripoli, et fait tout son possible pour terminer une commande urgente de 2000 masques qui aideront à se protéger contre le nouveau coronavirus (COVID-19).

Mon défunt mari et moi avons été propriétaires d’un atelier de couture pendant plus de 50 ans, mais je l’ai abandonné après la mort de mon mari il y a des années et je n’ai jamais pensé à le relancer », a-t-elle raconté à Al-Mashareq.

Il y a deux ans, un responsable du projet Livelihoods and Inclusive Finance Expansion (LIFE), financé par l’USAID, a visité l’usine pour déterminer si elle pouvait être utilisée pour former des femmes à la couture.

Darwish, mère de huit enfants âgée de 65 ans, aime la couture depuis son plus jeune âge et a aidé son mari à créer cet atelier.

image

La couturière libanaise Rachida Itani a récemment suivi une formation financée par l’USAID pour apprendre à coudre des masques faciaux et des équipements de protection pour aider à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

Après en avoir été éloignée pendant quatorze ans, depuis la mort de son mari, le projet LIFE lui a permis de réintégrer la profession.

« Je n’ai pas rouvert cet atelier pour l’argent, parce que Dieu m’a bénie avec plus que ce que je mérite », a-t-elle déclaré. « Je l’ai rouvert pour aider des femmes et des filles et les former à la couture, afin que cela devienne une source de revenus pour elles. »

« Le projet LIFE m’a fourni des machines à coudre neuves et modernes, et j’ai reçu une formation sur la façon de commercialiser ce que nous produisons », a-t-elle rapporté.

Darwish forme périodiquement des jeunes femmes aux bases de la couture. Dernièrement, dix jeunes femmes du quartier Jabal Mohsen de Tripoli ont été formés à la couture de masques, lesquels ont ensuite été distribués gratuitement.

Le programme BALADI

Le programme BALADI de l’USAID au Liban a également organisé récemment une formation à la couture de masques et d’équipements de protection pour des femmes dans tout le Liban.

Rachida Itani, âgée de 50 ans et mère de deux enfants, travaille dans l’atelier de l’Association islamique philanthropique al-Makassed à Beyrouth, où elle coud des vêtements artisanaux. Mais récemment, après s’être inscrite au cours de couture de BALADI, elle a commencé à concevoir et à fabriquer des masques.

Cette formation « m’a été très utile », a-t-elle indiqué à Al-Mashareq. « Elle m’a permis de développer mes capacités et m’aidera à l’avenir à créer ma propre entreprise. »

« Cela m’a aussi permis de gagner de l’argent pour subvenir aux besoins de ma famille », a-t-elle ajouté.

Zainab Hayawi, une réfugiée syrienne de Deir Ezzor âgée de 35 ans qui vit à Beyrouth, s’est également inscrite au cours de BALADI.

Elle coud actuellement des masques dans l’atelier d’al-Makassed, ce qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille de huit personnes.

Cette formation « m’a donné un travail, a amélioré la situation financière de ma famille, a renforcé ma confiance en moi et a atténué les difficultés causées par notre déplacement », a expliqué Hayawi.

Soutien aux communautés vulnérables

L’USAID « a soutenu et continue de soutenir les communautés locales par une série d’interventions dans de nombreux secteurs, et a augmenté son aide à ces communautés dans la lutte contre le coronavirus », a déclaré à Al-Mashareq une source de l’agence, qui a demandé à rester anonyme.

Par le biais du programme BALADI de renforcement des capacités, l’agence verse des subventions aux municipalités, et aux organisations religieuses et de la société civile afin de soutenir les communautés vulnérables, a-t-elle indiqué.

« Plusieurs femmes ont été formées aux techniques de couture et elles cousent maintenant des masques et des équipements de protection pour empêcher la propagation du COVID-19 », a-t-elle déclaré.

Le programme prévoit également d’aider les prestataires de santé à domicile en leur fournissant une formation et des équipements de protection.

Par ailleurs, le programme de développement de projets de l’agence aide des entreprises à répondre aux besoins supplémentaires liés à la lutte contre la propagation du COVID-19, comme les entreprises qui produisent des antiseptiques et des masques, ainsi que les distributeurs d’alimentation.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire