Diplomatie

Pompeo à Riyad pour des discussions sur l'Iran

AFP

image

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo arrive à l'aéroport international Roi Khalid International à la capitale saoudienne Riyad le 19 février. [Andrew Caballero-Reynolds/POOL/AFP]

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo est arrivé à Riyad mercredi 19 février pour des discussions avec les dirigeants saoudiens sur comment faire face à Téhéran, lors de sa première visite après que l'assassinat d'un haut général iranien a fait remonter les tensions régionales.

Le chef de la diplomatie américaine mènera des discussions avec le Roi Salman et son fils le Prince héritier Mohammed bin Salman et le ministre des affaires étrangères Faissal bin Farhan, ont indiqué les responsables au département d'État.

« Nous passerons beaucoup de temps à parler des questions de sécurité avec la menace de la République islamique d’Iran en particulier », a déclaré Pompeo avant de partir à Riyad.

Pompeo a souligné que les États-Unis sont « prêts à parler à tout moment » avec l'Iran, mais a souligné que le régime iranien doit « changer fondamentalement son comportement ».

« La campagne de pression continue. Ce n'est pas seulement une campagne de pression économique, c'est une pression diplomatique, une isolation à travers la diplomatie aussi», a-t-il indiqué.

La visite de trois jours de Pompeo en Arabie saoudite survient au lendemain de l'attaque aérienne américaine qui a tué le commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) Qassem Soleimani alors qu'il était en visite à Bagdad le 3 janvier.

Les tensions régionales ont remonté suite à l'assassinat et l'Iran a répondu avec des frappes de missiles sur les forces américaines en Irak.

Après Riyad, Pompeo s'envolera vers Oman pour rencontrer le nouveau sultan, Haitham bin Tariq, vendredi.

Pompeo offrira les condoléances suite au décès de son prédécesseur Qaboos, qui était le chef arabe qui servi le plus longtemps et qui avait servi d'intermédiaire entre l'Iran et les États-Unis.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire