Diplomatie

Oman poursuit ses efforts vers la stabilité au Golfe

Par Fathallah Mokhlis à Muscat

image

Le ministre des affaires étrangères d'Oman Yusuf bin Alawi bin Abdoullah se réunit avec le Président iranien Hassan Rouhani lors d'une visite récente à Téhéran. [Photo par l'Agence de presse d'Oman]

L'Oman prend le rôle de premier plan pour assurer la sécurité de la région et résoudre les disputes à travers les chaînes diplomatiques, alors que le Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (CGRI) continue l'escalade des tensions dans la région du Golfe, indiquent des analystes.

Le Sultanat a entretenu de bonnes relations avec l'Iran à travers les successives crises régionales, ce qui lui a permis de jouer un rôle principal de médiateur, même avec les États-Unis.

Le ministre d'Oman des affaires étrangères Yusuf bin Alawi bin Abdoullah a visité l'Iran et les État-Unis ces derniers mois pour discuter des développements régionaux.

Dans le cadre d'une tentative continue de réduire les tensions régionales, il s'est entretenu avec ses homologues dans les deux pays, le ministre iranien des affaires étrangères et Mohammad Javad Zarif et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

« Oman s'interesse vivement à contribuer à l'établissement de la paix dans tous les coins du monde, en particulier le Moyen-Orien et le Golfe arabe», a affirmé l'ancien diplomate Mohammed al-Harethi à Al-Mashareq.

Le Sultanat « travaille avec les partenaires internationaux pour prévenir les disputes qui peuvent perturber le trafic maritime et le transport du pétrole et du gas à travers les eaux du Golfe et la mer d'Oman», a-t-il fait savoir.

L'Oman a réalisé un énorme succès en tant que médiateur sur un nombre de problèmes régionaux et internationaux, a-t-il précisé.

A plusieurs occasions, Oman a « gardé les chaînes de communication et contact ouvertes entre toutes les parties, et cherché à assouplir les parties au conflit à créer un environnement conducteur aux négociations et rapprocher les différends, » poursuit-il.

« C'est la nature historiquement inhérente des omanais, un peuple qui a un haut niveau d'harmonie avec les autres peuples», a précisé al-Harethi.

Les Omanais cherchent à diffuser « la paix et l'harmonie par de gentils mots, le conseil sincère et la compréhension profonde de comment les choses sont et [l'importance] de ne pas être tiré dans des actions provocatrices qui peuvent empoisonner l'atmosphère», a-t-il dit.

Le Sultanat continue de « promouvoir le dialogue et la compréhension entre les peuples en s'appuyant sur l'important capital dont il jouit à ce sujet», a expliqué le chercheur en affaires omanaises Ahmed Turk à Al-Mashareq.

« L'Oman a toujours été soucieux de travailler pour réaliser les intérêts collectifs, au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG), dans la Ligue Arabe ou au plus large niveau international et régional», a-t-il dit.

« Il n'a jamais vendu ses positions politiques, ne les a pas utilisées pour servir des intérêts immédiats ou d'urgence», a-t-il confié.

« La sécurité dans la région du Golfe est réalisée dans une grande partie à travers la coopération entre les partenaires régionaux et les États-Unis, qui déploie de grands efforts pour sécuriser cette région et assurer le flux du pétrole et du gaz aux marchés mondiaux», a-t-il affirmé.

Médiations réussies

L'Oman s'est « engagé dans plusieurs médiations » à la requête de pays tels que les États-Unis, la France et l'Allemagne, a fait savoir l'analyste politique Mohammed al-Rawas.

Dans certains cas, des pays ont cherché l'aide pour retirer ou évacuer leurs citoyens de zones de conflits au Moyen-Orient, y compris le Yémen, a-t-il dit à Al-Mashareq.

Les médiations omanaises « étaient à chaque fois très réussies », a-t-il souligné.

Les individus libérés sont « premièrement accueillis au Sultanat pour s'assurer de leur bien-être et leur fournir les soins médicaux en cas de besoin, avant de les transporter à leurs pays», a affirmé al-Rawas.

« La diplomatie omanaise œuvre pour renforcer les futurs partenariats entre les pays et soutenir les efforts vers la paix mondiale, et jouer un rôle principal à ramener les parties à la table de dialogue et rapprocher leurs opinions divergentes», a-t-il ajouté.

« C'est ce que nous avons vu récemment avec la médiation menée par bin Alawi pour rapprocher les opinions entre Washington et Téhéran», a-t-il signalé.

Pensez-vous que la coopération avec l'Occident soit bénéfique ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire