Criminalité et Justice |

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite va juger les responsables de raids meurtriers au Yémen

AFP

image

Un enfant yéménite se trouve dans l'épave d'un bus qui a été touché par une frappe aérienne sur le marché de Dahyan en août 2018 alors qu'il transportait des écoliers dans la province de Saada. [Stringer / AFP]

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite combattant les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran a entamé des démarches pour traduire en justice les personnes accusées d'être à l'origine de plusieurs frappes aériennes meurtrières contre des civils au Yémen, ont indiqué jeudi 13 février des informations.

"Les autorités judiciaires ont entamé les procédures du procès et les jugements seront annoncés une fois qu'ils auront acquis le statut impératif", a déclaré le porte-parole de la coalition Turki al-Maliki, cité par l'agence de presse officielle saoudienne.

La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite - qui comprend les Émirats arabes unis - est intervenue dans le conflit au Yémen aux côtés du gouvernement en mars 2015, peu de temps après que les Houthis ont pris la capitale de Sanaa.

La coalition et les Houthis sont accusés d’actions qui pourraient constituer des crimes de guerre.

Les cas qui font l'objet d'une enquête comprennent le bombardement meurtrier en 2016 d'un hôpital soutenu par Médecins sans frontières (MSF), dans lequel 19 personnes ont été tuées, a rapporté le quotidien Arab News, basé en Arabie saoudite.

Les cas impliquent également une frappe aérienne en 2018 sur un bus scolaire à Dahyan qui a tué au moins 40 enfants et un raid sur une fête de mariage la même année dans la région de Bani Qais contrôlée par les Houthis de la province de Hajjah, qui a fait 20 morts.

Al-Maliki, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Londres mercredi, a déclaré que la Joint Incident Assessment Team (JIAT) - que la coalition a établie mais opère de manière indépendante - a transféré les fichiers des résultats de l'enquête aux pays concernés.

La coalition s'est engagée à tenir pour responsables "les contrevenants ... du droit international humanitaire - le cas échéant - conformément aux lois et règlements de chaque pays de la coalition", a ajouté al-Maliki.

Des dizaines de milliers de personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées et des millions ont été déplacées dans le conflit au Yémen, qui selon l'ONU est en proie à la pire crise humanitaire du monde.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha