Droits de l'Homme |

Le premier 'vol de la merci' de l'ONU quitte Sanaa contrôllée par les Houthis

AFP

image

Un enfant yéménite avance pour monter à bord d'un avion de l'ONU à l'aéroport international de Sanaa le 3 février pendant leur évacuation à la capitale jordanienne d'Amman pour y recevoir le traitement médical. [Mohammed Huwais/AFP]

Des enfants yéménites dans un besoin critique de soins médicaux ont été évacués de Sanaa, une ville sous le contrôle des Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, dans ce que l'ONU espère être le premier de plusieurs vols de merci.

Sept jeunes patients et leurs proches se sont envolés de l'aéroport de Sanaa, qui a été fermé aux vols commerciaux depuis 2016, à bord d'un avion de l'ONU à destination d'Amman.

« C'est le premier de ce que nous espérons être un certain nombre de vols du pont aérien médical », a déclaré Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU au Yémen, ajoutant que d'autres patients et leurs familles voyageraient à la Jordanie et l’Égypte les prochains jours.

image

Les enfants yéménites attendent avec leurs tuteurs à l'aéroport international de Sanaa le 3 février pour l'évacuation à bord d'un avion de l'ONU à destination de la capitale jordanienne Amman pour y recevoir le traitement médical. [Mohammed Huwais/AFP]

« C'est très important que ce premier est parti, » a-t-elle précisé sur le programme d'évacuation qui a pris des mois pour sa négociation. « Nous croyons tous aujourd'hui que c'est une avancée majeure et un signe d'espoir pour le Yémen».

En novembre, la coalition arabe -- qui contrôle l'espace aérien yéménite -- a indiqué que les patients qui ont besoin de traitement médical seront autorisés à être évacués de Sanaa.

Cette action fait partie de mesures pour établir la confiance ayant pour but mettre fin à la guerre.

D'autres vols sont programmés

Grande a affirmé que les enfants à bord de l'avion souffraient de maladies graves y compris le cancer et l'insuffisance rénale.

« Ce sont des cas troublants», a-t-elle souligné.

Une porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé a précisé que d'autres vols avaient été programmés pour les 4, 5 et 7 février, à destination d'Amman et du Caire.

Parmi les patients qui attendent l'évacuation il y a « des femmes et des enfants qui souffrent de conditions telles que les tumeurs du cerveau ou qui ont besoin de chirurgie réparatrice», a indiqué l'OMS.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés a salué le début du transport humanitaire aérien.

« Nous espérons que ces vols médicaux sauveront les vies d'autres yéménites. Plusieurs autres attendent toujours de recevoir le traitement dont ils ont besoin, » a affirmé le directeur du pays pour le Yémen du CNR Mohamed Abdi.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha