Sécurité

Des entraînements menés par les États-Unis améliorent la sécurité au Moyen-Orient

Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

Les forces peshmergas ont été entraînées en septembre 2019 par les forces américaines. [Photo fournie par le ministère des Peshmergas de la région kurde]

Les programmes de formation et les exercices militaires dirigés par les forces américaines aux côtés des armées régionales constituent l'épine dorsale de la sécurité de la région, expliquent des experts.

Ces manœuvres mettent les forces locales dans une meilleure position pour combattre les groupes terroristes et extrémistes, faire respecter la loi et contrer l'ingérence de groupes ou de régimes malveillants, notamment l'Iran, ont-ils déclaré.

Les manœuvres conjointes et les programmes d'entraînement qui se déroulent en Irak, en Arabie Saoudite, au Qatar, au Koweït, au Liban, en Égypte et dans d'autres pays de la région, « donnent des résultats rapides en termes d'amélioration de la sécurité et d'efficacité des performances », a affirmé Badr Hammadi, expert en sécurité et chercheur à l'université de Bahreïn.

« L'année dernière a ainsi vu une amélioration considérable du niveau de formation, des manœuvres sur le terrain, des ateliers communs et des conférences périodiques, ce qui a renforcé la situation de sécurité et l'efficacité des différentes forces de sécurité », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Les exercices conjoints sont importants, a-t-il expliqué, « et cette coopération peut être considérée comme l'épine dorsale des forces militaires et de sécurité [de la région] ».

L'amélioration des performances peut se voir dans l'entraînement pratique des troupes et leur état de préparation face à des circonstances difficiles, aux opérations de sauvetage et d'évacuation en cas de catastrophes naturelles ou de crises, a-t-il poursuivi.

Elle est également visible dans l'engagement des forces armées à respecter les droits de l'homme et des normes de travail professionnelles, a-t-il indiqué.

« Sans aucun doute, ceux qui ont la possibilité de coopérer et de s'entraîner avec les forces américaines sont généralement meilleurs que leurs pairs », a précisé Hammadi.

Accélérer le retour des DI

Les forces peshmergas ont reçu une série de cours de formation sur le terrain de la part des forces américaines en 2018 et 2019, qui ont contribué à augmenter le niveau d'efficacité des combattants dans la lutte contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) et le maintien de la sécurité, a déclaré Jabbar Yawar, secrétaire général du ministère des Peshmergas en Irak.

« La formation et l'acquisition d'expérience assurent la sécurité des citoyens, et nous apprécions le rôle central que jouent les forces américaines à cet égard », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Grâce à l'amélioration de la situation sécuritaire, de nombreux déplacés internes (DI) ont pu rentrer chez eux , a-t-il rapporté.

L'entraînement que les forces américaines dispensent aux forces locales est exhaustif, a déclaré Fouad Ali, expert irakien en sécurité et conseiller auprès du gouvernement local de l'Anbar.

Les forces armées et le Service antiterroriste ont reçu une formation au combat rapproché, à la libération d'otages, au désamorçage de mines et d'explosifs, à la traque d'éléments terroristes dans les rues et ruelles habitées, ainsi qu'une formation aux techniques de combat et de traque des poches terroristes dans le désert et les zones montagneuses, a-t-il détaillé pour Al-Mashareq.

« Les programmes de l'armée américaine lancés il y a plusieurs années ont contribué à protéger des dizaines de milliers d'Irakiens d'une mort certaine », a-t-il affirmé.

« Toute diminution ou suspension de ce soutien signifie que le niveau de menace pour la sécurité des civils va certainement augmenter », a-t-il ajouté.

Engagement américain en faveur de la sécurité de la région

En Arabie saoudite, les programmes de formation et les exercices militaires ont non seulement permis de former des commandants, des officiers et des troupes qualifiés, mais aussi d'améliorer les compétences en matière d'analyse des informations, de suivi des foyers de terrorisme et de poursuite des extrémistes et des diverses menaces dans la région, a déclaré le colonel à la retraite Hamad ben Salem al-Dawsari, professeur à la faculté de sécurité du Roi Fahd à Riyad.

« Nous constatons que le problème de la langue ne constitue plus un obstacle pour les forces locales dans ces programmes, mais plutôt une incitation à apprendre des langues, à se familiariser avec d'autres cultures, et aussi à établir des relations amicales avec d'autres peuples », a déclaré al-Dawsari.

Ces programmes « sont une démonstration concrète de l'engagement des États-Unis en faveur de la sécurité de la région et du golfe Persique en particulier », a-t-il indiqué.

En 2020, les États-Unis vont mener plusieurs exercices pour renforcer le partenariat, l'interopérabilité et la réponse aux crises.

Ceux-ci prévoit l'exercice bilatéral Native Fury aux Émirats arabes unis de mars à avril, ainsi que l'exercice de l'armée de l'air Iron Falcon dans ce même pays, Eagle Resolve au Koweït et l'exercice naval Iron Defender à Oman, qui se dérouleront tous en mars.

L'exercice de formation multilatérale sur le terrain Bright Star se tiendra également en Égypte en septembre.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire