Sécurité

Les manœuvres militaires Bright Star 2018 renforcent les liens entre les États-Unis et l'Égypte

Mohammed Mahmoud au Caire

image

Les exercices militaires conjoints Bright Star 2018 entre les États-Unis et l'Égypte ont eu lieu entre le 8 et le 20 septembre sur le complexe d'entraînement au combat de la base militaire Mohammed Naguib, proche d'Alexandrie. [Photo fournie par le service du moral du ministère de la Défense]

Les exercices militaires conjoints Bright Star 2018 entre les forces des États-Unis et d'Égypte, qui se sont tenus en Égypte pendant treize jours, se sont terminés le 20 septembre sur la base militaire Mohamed Naguib proche de la ville côtière d'Alexandrie.

Des forces terrestres, navales et aériennes d'Égypte, des États-Unis, de Grèce, de Jordanie, du Royaume-Uni, d'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, d'Italie et de France y ont participé, aux côtés de seize autres pays venus y assister en qualité d'observateurs.

Bright Star 2018, organisé du 8 au 20 septembre, a été l'occasion d'approfondir la coopération entre les pays participants dans le partage d'expertise et de réponse aux défis communs, avec un accent mis sur la lutte contre la menace terroriste, ont expliqué des experts militaires à Al-Mashareq.

Ces manœuvres comportaient plusieurs conférences théoriques et pratiques sur la lutte contre le terrorisme et les différentes manières de traiter les engins explosifs improvisés (EEI), a expliqué le général de brigade Tamer al-Rifaie, porte-parole des forces armées égyptiennes, dans une déclaration en date du 21 septembre.

image

Les forces armées d'Égypte, des États-Unis et de plusieurs autres pays ont participé aux exercices militaires conjoints Bright Star 2018 du 8 au 20 septembre. [Photo fournie par le service du moral du ministère de la Défense]

Elles comportaient également la conduite d'exercices de tir non conventionnels à balles réelles avec diverses armes, a poursuivi al-Rifaie.

Des éléments des forces navales ont mené des exercices conjoints sur la lutte contre des menaces non conventionnelles et la mise en œuvre d'opérations de sauvetage de jour et de nuit, y compris des attaques de bâtiments suspects, la fourniture d'un soutien et l'évacuation médicale des blessés.

Ces manœuvres traitaient également les opérations de déminage marin à l'aide de dragueurs de mines, l'explosion et la destruction sous-marines, et un entraînement conjoint à la plongée.

Elles prévoyaient des opérations aériennes conjointes, une formation au combat aérien défensif, aux attaques sur des cibles virales et des opérations de ravitaillement en vol, ainsi qu'au soutien aérien aux forces terrestres, a ajouté al-Rifaie.

Un entraînement complet

Cette année, les exercices militaires conjoints Bright Star 2018 avaient principalement pour objectif la coopération en matière de sécurité, le contre-terrorisme et l'entraînement à différents scénarios de menace, en appliquant à la fois un type de guerre conventionnel et asymétrique.

Les différents hauts commandements ont pu participer à des séminaires sur le terrorisme international et l'immigration clandestine.

La dernière phase de cet entraînement a consisté en un exercice de tir tactique réel (Field Training Exercise) utilisant différents armements de toutes les forces participantes, au cours duquel des avions de combat ont procédé à des reconnaissances aériennes et à des bombardements sur cibles.

« Ce qui a été démontré lors de cette phase a été la précision constante des frappes, le potentiel à mener des opérations conjointes, et la coopération pour atteindre les objectifs de l'entraînement au moment et au lieu spécifiés », a encore indiqué al-Rifaie.

Certaines phases de l'exercice ont pu être observées par le commandant en chef des forces armées égyptiennes et le ministre de la Défense, le lieutenant général Mohamed Zaki, et le commandant de l'US Central Command (CENTCOM), le major général Joseph Votel.

« Les manœuvres conjointes les plus importantes »

« Les exercices d'entraînement Bright Star sont parmi les exercices conjoints les plus importants dans le monde et ont depuis des décennies joué un rôle essentiel dans le développement de la coopération et de l'échange d'expertise entre l'Égypte et les États-Unis », a expliqué le major général Mohammed al-Ghabari, spécialiste militaire.

Ces exercices ont toujours comporté « les tests de nouvelles technologies en temps de guerre pour former les armées participantes à leur utilisation », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

L'entraînement de groupes de combat militaires originaires de différents pays à mener des missions conjointes renforce énormément leur capacité à coopérer dans la lutte contre les menaces régionales et internationales à la sécurité, a-t-il poursuivi.

« Au fil des ans, Bright Star a réussi à renforcer la coopération entre les pays dans le but de parvenir à la sécurité et à la paix dans la région », a expliqué le major général Mohamed al-Shahawy, conseiller au Command and Staff College de l'armée.

Il a également renforcé le niveau de coopération entre les forces armées égyptiennes et leurs homologues américaines à un « niveau encore inégalé », a-t-il précisé à Al-Mashareq.

Ces exercices jouent « un grand rôle dans l'unification des conceptions des défis conjoints et des domaines de coopération entre l'Égypte et les États-Unis », a-t-il ajouté.

Et de conclure en expliquant que cela contribuera au succès des futures opérations conjointes pour la paix et la sécurité internationales.

Aimez-vous cet article?
9
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire