Société

Sanaa étouffe sous le joug des Houthis, indiquent ses habitants

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des membres armés de la police des Houthis assis à l'arrière d'un véhicule militaire à Sanaa pendant une manifestation le 17 septembre. [Mohammed Huwais/AFP]

La vie à Sanaa sous le régime des Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran est oppressante et pleine de dangers, ont fait savoir les habitants de la ville à Al-Mashareq.

Depuis que la milice a envahi la ville et pris le contrôle de ses principales institutions en septembre 2014, y compris ses installations de services, les conditions de vie des gens ordinaires se sont beaucoup détériorées, ont-ils rapporté.

« Nous vivons dans la peur et l'appréhension à chaque instant », a déclaré à Al-Mashareq le fonctionnaire Mohammed Ali, précisant que les actions de la milice ont « exacerbé les souffrances » des habitants de la ville.

Les hôpitaux manquent maintenant d'équipements et de fournitures de base, a-t-il indiqué, parce que les Houthis ont nommé leur propre personnel pour administrer ces services.

La seule préoccupation de ces nouvelles recrues est d'augmenter leurs revenus personnels et d'enrichir leurs associés, a-t-il déploré, ajoutant que cela se fait au détriment du peuple yéménite, qui ne dispose plus de services adéquats.

Ali a indiqué qu'un membre de sa famille devait se rendre à l'étranger pour recevoir des soins médicaux, mais qu'il n'a pas pu le faire, car l'aéroport de Sanaa a été fermé.

Comme il y a eu des retards de vol aux aéroports d'Aden et de Seiyun, « mon proche a décidé de se rendre en voiture en Arabie Saoudite avec sa famille pour se faire soigner », a raconté Ali, mais a trouvé la mort dans un accident de la route sur le chemin du retour.

L'insuffisance des soins médicaux et les problèmes de transport ne sont que quelques-uns des problèmes auxquels les habitants de Sanaa sont actuellement confrontés.

« Les difficultés de la vie sont nombreuses et variées sous la domination des Houthis, qui contrôlent tout avec une main de fer », a déclaré dit Ali.

« Nous vivons désormais dans une grande prison »

Des habitants de Sanaa ont expliqué à Al-Mashareq que les Houthis leur soutirent de l'argent sous divers prétextes : soutenir leurs événements religieux, l'effort de guerre, les familles des martyrs « ou sous prétexte d'impôts ».

« Il ne se passe pas un jour sans que des représentants ne viennent nous voir pour de l'argent », a déclaré à Al-Mashareq Saleh Hussein, propriétaire d'un supermarché à Sanaa.

Ceux qui ne paient pas sont considérés comme des ennemis, a-t-il rapporté, et risquent d'être agressés, enlevés ou emprisonnés sous une accusation de collaboration avec le gouvernement yéménite ou la coalition arabe.

« Nous vivons désormais dans une grande prison », a-t-il indiqué. « Nous avons peur de laisser nos enfants sortir jouer dans la rue de peur qu'ils ne soient attirés dans des camps de recrutement, ce qui est une préoccupation même quand ils sont à l'école. »

« Si nous songeons à quitter le pays, il nous est très difficile de le faire parce que nos biens immobiliers seront confisqués et que nous pourrions être arrêtés à l'un des postes de contrôle des Houthis dispersés dans toutes les provinces », a ajouté Hussein.

Wadih Mohammed, ancien directeur général d'une institution gouvernementale, a déclaré à Al-Mashareq qu'il ne trouve pas de travail parce que les Houthis ne font pas confiance aux Yéménites qui ne sont pas membres de la milice pour occuper des postes importants dans une institution.

La plupart des fonctionnaires restent maintenant chez eux, parce que leur salaire a été suspendu, a-t-il rapporté, tandis que les Houthis se nomment eux-mêmes et leurs partisans à des postes administratifs dans les institutions qui fonctionnent toujours.

L'un de ses fils a obtenu un diplôme de la faculté d'ingénierie de l'université de Sanaa l'année dernière, a-t-il fait savoir, mais n'a pas trouvé de travail.

Sa mère a vendu certains de ses bijoux pour l'aider à démarrer sa propre entreprise locale, « un réseau de services internet dans notre quartier », a ajouté Mohammed.

Mais les médias locaux ont rapporté la semaine dernière que les Houthis avaient commencé à mener des campagnes sur le terrain dans les zones qu'ils contrôlent pour imposer des taxes sur les réseaux internet sans fil.

Les Houthis « sèment la peur » au Yémen

Les Houthis imposent des prélèvements sous prétexte que les fonds qu'ils collectent sont utilisés pour soutenir l'effort de guerre, a déclaré à Al-Mashareq Abdoul Rahman Barman, avocat et militant des droits de l'homme.

Le plan de la milice est d'enrichir ses dirigeants à tous les niveaux et de financer des activités qui soutiennent leur protecteur, le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), a-t-il expliqué.

Les Houthis sèment la peur dans les communautés en perpétrant des enlèvements, des emprisonnements et des actes de torture, ou en forçant les gens à payer des taxes, a-t-il poursuivi.

Le vice-ministre des Droits de l'homme, Nabil Abdoul Hafeez, a déclaré à Al-Mashareq que les actions des Houthis « étouffent le peuple yéménite ».

La milice a mis en place une « culture de la peur » à Sanaa, a-t-il déclaré.

« Des taxes sont imposées aux commerçants et à tous les magasins et vendeurs, et ceux qui refusent de s'y plier font l'objet de harcèlements, par exemple arrestations, saisie forcée de l'argent des commerçants et la fabrication de fausses accusations contre eux », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
6
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Ne croyez pas les rumeurs.

Répondre

Il y a une persécution au vrai sens du terme. Nous menons une vie pire que celle qu'ils mènent dans les prisons dans les autres pays.

Répondre