Religion |

Les Houthis exploitent les fêtes religieuses pour extorquer des Yéménites

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Les Houthis ont organisé un événement à l'occasion de la naissance du prophète Mohammed le 3 novembre à Sanaa. [Photo fournie par Fouad al-Harazi]

Les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran perçoivent des frais auprès d'hommes d'affaires et de commerçants dans les zones sous leur contrôle, sous le prétexte de financer des événements à l'occasion de l'anniversaire du prophète Mohammed, connu sous le nom de "al-Mawlid al-Nabawi". célébré le vendredi 8 novembre.

Les frais varient de 5 000 riyals yéménites (20 dollars) à 10 000 riyals pour les propriétaires de magasins, à des centaines de milliers de riyals pour les hommes d'affaires et importateurs, ont déclaré des résidents locaux à Al-Mashareq.

Les commerçants souffrent des taxes imposées par les Houthis d'une part, tandis que les propriétaires des magasins essayent d'autre part d'augmenter les loyers, a indiqué Hammoud Dhafir, commerçant à Sanaa.

image

Le ressentiment a augmenté dans les zones contrôlées par les Houthis en raison de l'extorsion de résidents par la milice pour financer des événements extravagants, tels que celui illustré ici, marquant al-Mawlid al-Nabawi. [Photo fournie par Fouad al-Harazi]

"Nous ne pouvons pas dire non à ces taxes car nous serions punis", a-t-il dit à Al-Mashareq.

Ahmed Saleh, chauffeur de minibus, a déclaré que les Houthis avaient demandé aux gens et passagers des bus de contribuer aux événements marquant le Mawlid.

"Certains acceptent, mais d’autres refusent tout simplement de payer", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Ressentiment croissant

Pendant ce temps, les Houthis ont forcé les entreprises et les institutions autour de Sanaa à acheter du tissu vert et blanc pour décorer les bâtiments.

Mustafa Ahmed, membre du personnel d'un hôpital privé à Sanaa, a déclaré que la milice avait forcé les propriétaires de l'hôpital à décorer le bâtiment et la rue adjacente avec des tissus blanc et vert.

Les Houthis infligent des amendes à quiconque refuse de le faire, a-t-il affirmé.

Il existe un ressentiment général parmi la population des provinces sous contrôle houthi à l'égard de "l'extravagance et de l'utilisation du budget de l'État pour célébrer l'anniversaire du prophète Mohammed", a déclaré l'économiste Abdoul Aziz Thabet à Al-Mashareq.

"Selon certaines sources, environ un demi-milliard de riyals (2 millions de dollars) ont été dépensés pour marquer cet événement", a-t-il indiqué.

Les montants collectés auprès des grands et petits commerçants, des entreprises et des banques représentent bien plus que les montants utilisés dans le budget de l'État, a-t-il ajouté.

"Sanaa a viré au vert à cause du grand nombre d’affiches vertes et blanches utilisées pour marquer l’occasion et des feux verts qui illuminent la plupart des mosquées et des rues de la ville", a fait savoir Thabet.

Toute personne qui refuse de payer les frais imposés par les Houthis risque d’être accusée de "s’opposer à la démarche du prophète et mérite d’être punie et emprisonnée", a déclaré l’analyste politique Faissal Ahmed à Al-Mashareq.

"En célébrant ces événements, les Houthis peuvent facilement collecter des fonds et s’enrichir aux dépens de la population", a-t-il souligné.

Aimez-vous cet article?
5
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha