Économie

Les commerçants jordaniens attendent la réouverture de la frontière syrienne

Mohammed Ghazal à Amman

image

Cette photo montre la Zone libre des deux côtés du passage frontalier de Jaber vers la Syrie, appelé le passage de Nassib du côté syrien. [Photo fournie par la Compagnie jordano-syrienne de la Zone libre]

Des commerçants et des chefs d'entreprise jordaniens appellent à ce que soit accélérée la réouverture d'un passage frontalier essentiel entre le Royaume de Jordanie et la Syrie, afin que l'activité commerciale entre les deux pays puisse reprendre.

Le marché syrien est d'une importance capitale pour l'économie jordanienne, ont-ils affirmé à Al-Mashareq, ainsi que pour le commerce extérieur du royaume, par le biais d'opérations de transit vers la Turquie, le Liban et les pays européens.

Un comité jordano-syrien a organisé sa première réunion mercredi 12 septembre pour aborder la réouverture du passage frontalier reliant les deux pays, a rapporté l'AFP.

« D'autres rencontres vont avoir lieu pour dresser un tableau complet des mesures devant être prises pour rouvrir les passages frontaliers à l'avenir », a fait savoir une source.

Préparatifs en vue de la réouverture de la frontière

Des employés de la municipalité de Sarhan, en coordination avec les autorités du passage de Jaber, appelé passage de Nassib côté syrien, ont éliminé les obstacles physiques en prévision de sa réouverture, a rapporté Khalaf al-Sarhan, maire de Sarhan.

Ils préparent le passage pour qu'il puisse accueillir la charge escomptée s'il est décidé de le remettre en service, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Des mesures sont prises pour entretenir et réparer les installations et les équipements afin qu'ils soient prêts à gérer les flux de voyageurs dans les deux sens, les véhicules particuliers et les camions chargés de marchandises », a-t-il poursuivi.

C'est une partie normale de l'activité commerciale entre les deux pays, a-t-il fait savoir.

« La réouverture de la frontière est d'une importance capitale pour le secteur [agricole], qui a subi d'énormes pertes après la fermeture de la frontière il y a quelques années », a affirmé Adnan Khaddam, président du Syndicat des agriculteurs de la vallée du Jourdain.

Près d'un milliard de dollars de biens étaient exportés annuellement par le passage de Jaber/Nassib avant le début du conflit syrien en 2011, et sa fermeture a eu un impact négatif sur l'économie de ces pays voisins, a-t-il rapporté.

« La Syrie est un marché important pour la Jordanie, et le volume des exportations agricoles était élevé », a déclaré Khaddam à Al-Mashareq.

« Les agriculteurs jordaniens exportaient de grandes quantités de produits agricoles vers l'Europe et la Turquie via la Syrie », et après la fermeture de la frontière, les coûts de transport ont augmenté, et les agriculteurs ont été durement impactés.

« Nous espérons que la frontière rouvrira bientôt », a-t-il déclaré.

Durant ces six dernières années, a poursuivi Khaddam, le secteur agricole, qui représente 3,2 % du produit intérieur brut (PIB) de la Jordanie, a perdu plus de sept milliards de dinars (9,8 milliards USD).

Des milliers de camions en attente

Le secteur du transport routier est prêt à transporter et à échanger des biens avec la Syrie, a indiqué Mohammed Khair al-Daoud, président du Syndicat des propriétaires de camions jordaniens.

Il est important que la réouverture du passage frontalier avec la Syrie intervienne le plus rapidement possible, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Plus de 6000 camions jordaniens sont prêts à transporter des marchandises », a-t-il indiqué, ajoutant que la majorité des camions jordaniens empruntaient cette voie d'échange avec la Syrie avant 2011.

« Le secteur du transport routier a perdu plus de 1,2 milliard de dollars après la fermeture de la frontière avec la Syrie », a déploré al-Daoud.

« La Syrie est très importante pour les industries et le commerce jordaniens, car c'est la route économique la plus viable pour le transport de biens vers l'Europe et la Turquie ; nous espérons donc que la frontière sera très bientôt rouverte », a-t-il déclaré.

« L'activité commerciale entre la Jordanie et la Syrie ne retrouvera pas rapidement les niveaux d'avant 2011, lorsque le volume commercial annuel était d'environ un milliard de dollars », a expliqué l'économiste Hossam Ayesh à Al-Mashareq.

La réouverture de la frontière permettra de réduire le coût des produits jordaniens et ceux du commerce et de l'industrie, a-t-il fait savoir, et elle améliorera de ce fait la compétitivité des produits jordaniens, même si cette amélioration ne se fera sentir que de manière graduelle.

« Le marché syrien est essentiel pour la Jordanie, et c'est un point de transit vers l'Europe et la Turquie, qui sont des marchés importants pour le pays », a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500