Économie

Un projet de récupération aide les réfugiés syriens à gagner leur vie en Jordanie

Mohammed Ghazal à Amman

image

Salwa Naqarash utilise une machine à coudre qu'elle a achetée avec le salaire qu'elle a touché en participant au programme Action contre la faim. [Aida Burnett-Cargill/Action contre la faim]

Des réfugiés syriens et des Jordaniens à faibles revenus transforment des déchets en trésors grâce à un programme qui leur apprend à fabriquer avec des matériaux de récupération des produits qu'ils peuvent vendre.

Ce programme, financé par l'Agence allemande pour la coopération internationale, et dirigée par Action contre la faim, délivre des permis de travail temporaires à environ 1200 réfugiés syriens, dont près de la moitié sont des femmes.

Les participants, qui travaillent selon des contrats de 50 jours, sont payés douze dinars jordaniens (16,90 USD) par jour pour récolter et trier des déchets trouvés dans la rue, qui sont ensuite utilisés pour créer des objets comme des sacs à main et de petites tables.

Salwa Naqarash, réfugiée syrienne de 31 ans, a raconté à Al-Mashareq qu'elle est arrivée en Jordanie en 2014 avec ses deux filles, et qu'elle vit depuis avec sa sœur Salam à Irbid, mère elle aussi de deux enfants.

Naqarash, qui dispose d'un diplôme universitaire, enseignait l'anglais en Syrie, où elle possédait une maison et une voiture et vivait confortablement.

Mais lorsqu'elle est devenue réfugiée, a-t-elle précisé, elle a commencé à rencontrer des difficultés et n'a pas trouvé de travail pour nourrir ses deux enfants. Sa situation s'est aggravée lorsqu'elle a été abandonnée par son mari.

« Nous sommes arrivés en Jordanie après que deux de mes frères et mon père furent tués », a-t-elle expliqué. « Personne ne gagnait d'argent et je ne pouvais pas trouver de travail. Ça a été très difficile pour moi au début. »

« Les pressions ont augmenté et je ne pouvais plus payer le loyer ou acheter de la nourriture à mes filles », a-t-elle indiqué. « Ma sœur était dans la même situation. »

« Nous avons entendu parler du programme de formation d'Action contre la faim sur la collecte et la transformation de déchets en objets utiles, alors nous avons décidé de participer », a-t-elle relaté.

« Au début nous avons hésité, à cause de la nature du travail, mais nous nous sommes dit que nous avions besoin d'argent et de travail, et que nous n'aurions pas besoin de demander de l'argent à qui que ce soit. »

« Briser la culture de la honte »

Cette initiative fait partie d'un programme plus large en direction des familles dans le besoin, qui leur offre des contrats de 50 jours avec des coopératives locales, a précisé Sajida Saqallah, directrice du programme.

« Dans le cadre de ce programme, les bénéficiaires reçoivent une certaine somme, et les déchets collectés sont envoyés à des organismes et des femmes spécialisés qui les transforment en produits artisanaux », a-t-elle expliqué à Al-Mashareq.

La vente de ces objets crée une source de revenus, a-t-elle précisé.

« Plus de 1194 personnes, dont 550 femmes, ont profité du programme à Irbid », a-t-elle ajouté, et encore plus de gens vont en bénéficier avec le lancement d'une nouvelle phase du programme.

« Le programme a aidé à intégrer des Syriens dans la communauté locale et à bâtir des relations entre eux et la communauté », a-t-elle fait savoir.

Il a également aidé à « briser la culture de la honte en encourageant le travail dans la collecte de déchets en tant que moyen de subsistance », a-t-elle poursuivi.

Aider les gens à ne dépendre que d'eux-mêmes

« Je suis très heureuse d'avoir intégré le programme, car il a changé ma vie et m'a aidée à rencontrer de nombreuses femmes de la communauté locale », a déclaré Naqarash.

« J'ai un permis de travail, et ma sœur a pu réunir une certaine somme après avoir commencé à travailler dans le programme, alors nous avons acheté une machine à coudre avec l'argent que nous avons gagné », a-t-elle rapporté.

« Ma sœur et moi travaillons désormais chez nous, et nous cousons des vêtements, des rideaux et des tapis », a-t-elle indiqué. « Nous gagnons de faibles revenus, mais cela nous aide à subvenir à nos besoins. »

Les programmes comme celui-ci profitent aussi à l'économie jordanienne en général, a déclaré pour sa part l'économiste Hossam Ayesh à Al-Mashareq.

« Bien que les gens gagnent des revenus modestes, cela les aide à ne dépendre que d'eux-mêmes », a-t-il déclaré, soulignant que ces programmes aident les réfugiés et les communautés locales, et par là-même contribuent à alléger le fardeau pour la Jordanie.

« Ces programmes doivent être étendus pour inclure encore plus de personnes », a ajouté Ayesh, car ils aident les réfugiés à s'intégrer dans la société jordanienne et renforcent leur communication et leurs liens avec les communautés qui les accueillent.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

L'idée est très, très jolie. continuez le bon travail et bonne chance!

Répondre