Argent

Le Hezbollah sape les efforts du Liban dans sa lutte contre le blanchiment d'argent

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Un Libanais retire de l'argent d'un guichet automatique dans le nord de Beyrouth. [Nohad Topalian / Al-Mashareq]

Les banques libanaises se sont engagées à respecter les législations nationales et internationales qui luttent contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, mais ces efforts sont sapés par les activités en cours du Hezbollah soutenu par l'Iran, disent les banquiers et les économistes à Al-Mashareq.

Le Hezbollah opère en dehors du système bancaire normal, laissant le groupe relativement non affecté par les efforts déployés par les autorités libanaises et les sanctions internationales.

"Nous sommes ouverts sur le fait que le budget du Hezbollah, ses revenus, ses dépenses, tout ce qu'il mange et boit, ses armes et ses roquettes, viennent de la République islamique d'Iran", a déclaré le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah dans un discours fait en juin à ses partisans, ajoutant que son groupe "ne sera pas affecté" par la nouvelle série de sanctions américaines.

En décembre 2015, le Congrès américain a adopté une loi visant à empêcher le Hezbollah et ses sociétés affiliées d'avoir accès au système financier international.

La banque centrale du Liban, soutenue par le gouvernement et la communauté économique, est engagée à faire respecter ses dispositions, même si cela n'a pas été facile, vu l'étendue de l'influence du Hezbollah au Liban, a déclaré l'ancien vice-gouverneur de la banque centrale Ghassan Ayyach, qui occupe actuellement un siège au sein du conseil d'administration de la banque Cedrus.

Il n'est pas réaliste de penser que la loi peut être mise en œuvre sans objections ni réactions, a-t-il dit, "parce que, contrairement à tous les pays du monde, le Hezbollah fait partie de la vie politique du Liban et a des membres au sein du gouvernement".

Le groupe soutenu par l'Iran dispose également d'un grand bloc parlementaire, en raison de sa base populaire, a-t-il ajouté, en plus "d'un arsenal d'armes qui lui donne une influence considérable sur le cours de la vie politique au Liban".

"La banque centrale du Liban était déterminée à mettre en œuvre la loi de sorte que le système bancaire libanais ne perde pas ses relations avec les institutions bancaires des Etats-Unis", a déclaré Ayyash. "Cette position peut être décrite comme courageuse, et elle a été prise et défendue par le gouverneur de la banque centrale Riad Salameh".

Le Liban déterminé à faire respecter la loi

En mai, les banques au Liban ont commencé à mettre en œuvre la loi n ° 44 de novembre 2015 relative à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et les circulaires émises par la banque centrale du Liban.

En juin, le gouverneur de la banque centrale Riad Salameh a annoncé la fermeture de 100 comptes liés au Hezbollah conformément à la Loi américaine internationale sur la prévention du financement de Hezbollah.

A l'époque, Salameh avait dit que sa priorité était de garder le Liban sur la carte financière internationale et améliorer sa crédibilité sur les marchés internationaux.

Les banques libanaises se sont engagées à respecter les lois libanaises et les exigences internationales, y compris l'application de sanctions, a déclaré le président de l'Association des banques au Liban Joseph Tarabay.

Les mouvements sont conçus pour protéger les intérêts du Liban, préserver la richesse de ses citoyens et les intérêts des citoyens et des clients, a-t-il dit, pour garantir la sécurité et la continuité des opérations dans le système financier mondial.

Les contraintes de l'application

À ce jour, l'économiste Jassem Ajaka a déclaré à Al-Mashareq, les banques libanaises "sont à plus de 95%" en conformité avec la nouvelle loi, car elles réalisent que la non-conformité ne constitue pas une option.

Cependant, la nouvelle loi n'a pas encore contrecarré "certaines activités entrepreneuriales, dont un certain nombre sont des passerelles vers le blanchiment d'argent, y compris le commerce de vêtements, des restaurants et d'autres professions qui doivent encore être automatisées", dit Ajaka.

Il a appelé à l'imposition de l'automatisation économique et financière et la mise en place d'un plafond sur les transactions impliquant des paiements par chèque ou par carte de crédit qui établiraient les montants maximaux admissibles.

Ajaka a également souligné la nécessité d'élaborer une loi qui "aborde la question des sociétés offshore qui peuvent être impliquées dans le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, en raison de l'absence de contrôles juridiques sur elles".

La mise en œuvre de la nouvelle loi est conçue pour "garder le Liban au sein du système financier international et de protéger les banques et l'économie", affirme l'expert financier et économique Louis Hobeika dans une déclaration à Al-Mashareq.

Elle n'a pas encore réussi à arrêter complètement le blanchiment d'argent et lutter contre le terrorisme, cependant, parce que les blanchisseurs d'argent et les groupes extrémistes opèrent souvent en dehors du système financier, a-t-il dit.

Le blanchiment d'argent et les opérations terroristes sont généralement financés avec de l'argent en espèces, a noté Hobeika, qui est souvent importé illégalement dans le pays à bord d'un avion privé ou de navires qui accostent dans les ports privés le long de la côte libanaise.

Aimez-vous cet article?
30
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Michel Aoun réussira-t-il à empêcher l'exportation de milices armées iraniennes du Liban vers des pays arabes ? Depuis plusieurs années maintenant le régime iranien a utilisé le Liban, très faible, pour mobiliser et envoyer des milices iraniennes armées du Liban vers des pays arabes pour les détruire, saper leur tissu et drainer leur économie.

Répondre

La fin des bandes armées de l'imposteur Abdoul Malak Badr Adin al-Houthi, qui est un adorateur de l'Iran, et la fin des bandes armées du voleur et tueur Ali Abdoullah Saleh Affash al-Quti sont proches. Le grand peuple musulman du Yémen n'aura pas à attendre longtemps, et des poursuites sont en cours pour les bandes d'al-Houthi et Affash al-Quti à Serwah, Nahem, Taiz et d'autres villes et villages de notre bien-aimé Yémen et le sud arabe bien-aimé.

Répondre