Terrorisme

Les Yéménites dénoncent les attaques contre des points de contrôle d'al-Mukalla

Par Abu Bakr al-Yamani à Sanaa

image

Lundi 18 juillet, des résidents d'al-Mukalla courent se mettre à l'abri alors que la fumée s'élève après l'explosion d'une voiture piégée d'Al-Qaïda dans une attaque contre un poste de contrôle de l'armée dans la capitale provinciale de Hadramaout. [Abduljabbar Bajubair/ AFP]

Les citoyens et les responsables gouvernementaux yéménites ont fermement condamné le double attentat suicide revendiqué par Al-Qaïda qui a visé des postes de contrôle de l'armée à al-Mukalla, capitale provinciale de Hadramaout, lundi 18 juillet.

Des troupes yéménites soutenues par les forces de la coalition avaient libéré cette ville portuaire des mains d'Al-Qaïda le 24 avril.

« Lundi, à 6h10, des éléments terroristes ont attaqué des postes de contrôle militaires à al-Ghabra et Burum », a fait savoir le commandement de la 2e région militaire de Hadramaout dans un communiqué publié par les médias yéménites.

« Le poste de contrôle d'Al-Gharb a été attaqué avec un véhicule piégé, et le point de contrôle de Burum avec un bus piégé », a précisé le communiqué.

Bien que les soldats aux postes de contrôle ont été en mesure d'intercepter les véhicules et de les empêcher de franchir les barrières de sécurité, six soldats ont été tués et 18 autres ont été blessés dans les attaques, selon le communiqué.

Les médias locaux ont rapporté que quatre civils ont également été tués dans l'attentat.

Le commandement de la 2e région militaire a décrit les attentats comme des « actes méprisables » et a appelé le public à coopérer avec les autorités de sécurité adéquates pour appréhender les responsables de ces attaques et empêcher de futures attaques de se produire.

« Les tueurs et les criminels paieront », a-t-il affirmé.

Une commission d'enquête a été formée pour examiner les circonstances de ces incidents et prendre les contre-mesures nécessaires, a souligné le commandement.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a revendiqué ces attentats suicides sur les réseaux sociaux le jour même.

Éradication du terrorisme

Les attentats suicides « renforcent la détermination de l'armée à éradiquer le terrorisme et à lui déclarer une guerre ouverte pour assurer la sécurité et la stabilité d'Hadramaout », a déclaré le gouverneur de la province de Hadramaout, Ahmed Saeed bin Breyk.

Ce récent incident montre que les soldats sont prêts à sacrifier leurs vies pour maintenir la sécurité et la stabilité d'Hadramaout et la sûreté de ses habitants, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

« Les habitants d'Hadramaout, et d'al-Mukalla en particulier, condamnent les attentats terroristes qui ont eu lieu, mais ils sont fiers des soldats et [des troupes aux] points de contrôle qui ont empêché les voitures piégées d'atteindre leurs objectifs », a déclaré Salim bin Ali Abu Bakr, responsable du directorat d'al-Mukalla, à Al-Mashareq.

Les citoyens ont salué les soldats qui ont sacrifié leurs vies pour assurer la sécurité de la province, a déclaré Abu Bakr, ajoutant que l'interaction positive entre le public et l'armée mènera à une plus grande coopération.

Les dirigeants de la province développent des plans pour améliorer la sécurité et la stabilité d'Hadramaout, a souligné Abu Bakr, notant que le directorat d'al-Mukalla a mené une campagne de sensibilisation contre l'extrémisme dans les mosquées et les lieux publics.

Elle sera suivie d'une deuxième campagne dans les écoles « pour inoculer les enfants et les jeunes contre les groupes extrémistes qui cherchent à détruire et tuer », a-t-il ajouté.

« Hadramaout rejette l'extrémisme »

« Hadramaout rejette toute forme d'extrémisme et de terrorisme, vu qu'elle a été touchée par les attaques menées par ces groupes au cours de l'année pendant laquelle Al-Qaïda contrôlait la ville d'al-Mukalla », a affirmé Osama Belfkih, natif d'Hadramaout.

Les habitants d'Hadramaout ne peuvent pas s'arrêter à la seule condamnation des attaques, a-t-il insisté, ils doivent aider les forces de sécurité par tous les moyens possibles pour faire face à ces groupes extrémistes.

« Penser qu'il est permis de prendre des vies innocentes n'est pas autorisé par la religion et les valeurs humaines », a proclamé Ahmed Badwilan, natif de Hadramaout et conseiller du ministère de l'Information.

La lutte contre le terrorisme doit être un effort communautaire commun, a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Nous devons tous travailler, chacun selon son rôle au niveau de la famille, ainsi que les érudits, les prédicateurs, les enseignants, les médias, la société et l'État, parce que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme est la responsabilité de tous », a-t-il affirmé.

Nous avons besoin d'un programme national de sensibilisation pour protéger les jeunes contre l'influence néfaste des groupes extrémistes et pour canaliser leur énergie pour le bien de la société et du pays, a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Tout d'abord, nos condoléances aux victimes de cet attentat suicide terroriste. Ensuite, ce gouvernement fantoche ne prend-il pas part à la conspiration visant à détruire le Yémen, en plus de tuer et de massacrer les Yéménites ? Qui a apporté le terrorisme de l'EIIL pour combattre Ansar Allah et l'armée qui est préoccupée par le Yémen et son peuple ? J'espère que les leaders qui ont fait défection à la légitimité d'Ansar Allah, qui protège le Yémen, consulteront leur conscience et rejoindront le peuple avant que le jour vienne où plus aucun remords et aucune excuse ne fonctionnera.

Reply