Les Houthis et le gouvernement du Yémen établissent des positions communes dans une ville portuaire clé

Le gouvernement yéménite et les Houthis soutenus par l'Iran (Ansarallah) ont mis en place des postes d'observation conjoints dans le cadre de mesures de désescalade dans la ville d'al-Hodeidah, une ville très animée, initiative que l'ONU a saluée mercredi 23 octobre.

L'envoyé onusien au Yémen, Martin Griffiths, a écrit sur Twitter que la création de quatre postes le long des lignes de front dans la ville portuaire clé et le déploiement d'officiers de liaison étaient des avancées positives, a rapporté l'AFP.

"Ce pas en avant améliorera la désescalade dans les zones touchées et sauvera des vies", a-t-il écrit sur Twitter.

Le gouvernement soutenu par les Saoudiens et les Houhis sont aux prises avec un conflit dévastateur depuis 2014.

L'année dernière, des loyalistes soutenus par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite ont lancé une offensive visant à reprendre la ville portuaire de la mer Rouge, qui constitue un point d'entrée crucial pour les importations et l'aide humanitaire.

Les pourparlers de décembre entre les parties belligérantes en Suède, négociés par l'ONU, ont abouti à une série de percées, dont un cessez-le-feu à al-Hodeidah, où les combats ont pratiquement cessé.

En mai 2019, l'ONU a annoncé que les Houthis s'étaient retirés d'al-Hodeidah et de deux autres ports proches, première étape concrète sur le terrain depuis la trêve.

Le chef de la mission d'observation des Nations Unies, Abhijit Guha, s'est également félicité de la création de postes d'observation conjoints, "conçus pour faciliter la désescalade directe entre les parties dans les zones critiques vulnérables au conflit", selon un communiqué de l'ONU.

Un responsable gouvernemental, qui a requis l'anonymat, a déclaré à l'AFP que les points d'observation fonctionnaient "sans heurts".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500