Les États-Unis appellent les Houthis à mettre fin aux mauvais traitements infligés aux Bahaï

Les États-Unis ont exhorté les Houthis du Yémen (Ansarallah) à mettre fin aux mauvais traitements infligés aux adeptes de la foi Bahaï, alors que la communauté a critiqué jeudi 25 avril les accusations "absurdes" du procureur contre un Bahaï condamné à mort, a rapporté l'AFP.

La communauté bahaï a déclaré que Hamed bin Haydara, détenu depuis 2013, fera l'objet d'une audience d'appel mardi à Sanaa.

Le département d'État américain a déclaré qu'il était "profondément préoccupé" par le fait que les Houthis soutenus par l'Iran aient pris pour cible des dizaines de Bahaï, et s'est inquiété des informations selon lesquelles Haydara aurait été victime de "torture physique et psychologique".

"Cette tendance persistante à la vilification, à l'oppression et aux mauvais traitements infligés par les Houthis aux Bahaï au Yémen doit cesser", a déclaré la porte-parole du département d'État Morgan Ortagus dans un communiqué.

La communauté bahaï a rendu public jeudi ce qu'elle a qualifié de réponse à l'appel de Haydara, et le procureur accusant la foi d'être fondée sur une "pensée satanique".

Haydara a également été accusé d'avoir cherché à créer une patrie séparée des Bahaï sur l'île yéménite de Socotra.

"Les arguments du procureur ne traitent pas du fond de l'appel de Haydara, mais font plutôt des accusations absurdes et variées qui ne sont pas fondées en droit ou en fait", a déclaré Bani Dugal, principal représentant de la communauté internationale Bahaï à l'ONU.

Il a affirmé que le procureur suivait la tactique du régime des mollahs iraniens, qui permet la liberté de religion à plusieurs minorités mais cible les Bahaï.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire