Diplomatie

Yémen: Début de l'échange de prisonniers difficilement négocié

Par l'AFP

image

Les prisonniers libérés marchent vers un avion du Comité International de la Croix Rouge dans un aéroport de la ville de Seiyun contrôlée par le gouvernement du Yémen, dans la province est de Hadramaout, alors que le pays déchiré par la guerre commence l'échange de 1.000 prisonniers dans une opération compliquée supervisée par le CICR. [AFP]

Un échange de prisonniers difficilement négocié entre le gouvernement yéménite et les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran a commencé jeudi 15 octobre avec le départ des premiers avions chargés de combattants libérés.

Les parties belligérantes au long conflit du Yémen vont échanger 1.081 prisonniers pendant deux jours dans un accord conclu en Suisse le mois dernier, soit le plus grand nombre depuis l'éruption du conflit en 2014.

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR), qui assure la logistique d'une opération compliquée de deux jours, a affirmé que cinq avions ont jusqu'à présent transporté plus de 300 combattants dans des villes au Yémen et en Arabie saoudite.

Ils ont voyagé entre Sanaa, la ville de Seiyun sous contrôle du gouvernement et la ville saoudienne d'Abha, a-t-il expliqué.

L'envoyé de l'ONU au Yémen Martin Griffiths, qui a assisté aux pourparlers du mois dernier en Suisse, a salué le début réussi de l'opération.

« L'opération de libération aujourd’hui, menée par le CICR, est un autre signe que le dialogue pacifique peut aboutir», a affirmé l'envoyé.

« J'espère que les parties se réuniront bientôt sous l'égide de l'ONU pour discuter de la libération de tous les prisonniers et détenus liés au conflit. »

Premier échange d'envergure

Le CICR a annoncé que ses équipes sont déployées aux aéroports engagés dans le transfert, et ont fourni aux détenus des vêtements, produits d'hygiène et argent pour leur transport au pays.

« Le CICR mène des entretiens individuels et examens médicaux avec les détenus pour s'assurer qu'ils veulent être transportés au pays et qu'ils sont assez en forme pour le faire», a affirmé le porte-parole.

Un correspondent de l'AFP a observé le départ des premiers avions de la capitale.

L'un d'eux s'est dirigé vers la ville d'Abha en Arabie saoudite avec des prisonniers de guerre libérés des rangs de la coalition qui soutient le gouvernement yéménites, ont indiqué les responsables Houthis.

Ceux à bord comprenaient 15 saoudiens et quatre soudanais.

Le gouvernement yéménite et les Houthis ont convenu d'échanger environ 15.000 dans le cadre d'un accord de paix négocié par l'ONU au Suède en 2018.

Les deux côtés avaient depuis lors mené des échanges sporadiques de prisonniers, mais l'échange prévu cette semaine marquera la plus grande opération depuis l'éruption de la guerre en 2014.

L'échange survient après la libération mercredi de deux américains détenus en otage au Yémen, dans un échange apparent d'environ 240 partisans Houthis qui ont été autorisés à rentrer au pays après qu'ils étaient coincés dans le pays voisin Oman.

Les Houthis ont également envoyé la dépouille d'un troisième américain mort en captivité.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500